AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Alexis K. Brighton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage





Queen A.
▬ Would you stay if she promised you heaven ?

Queen A. ▬ Would you stay if she promised you heaven ?


★ MESSAGES : 568
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 719
★ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow *O*

more

A propos de moi
ÉTOILES:
67/100  (67/100)
DISPONIBILITÉ EN RP: Disponible !
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Alexis K. Brighton Mer 8 Fév - 17:48

© Luna

Alexis Kaley BRIGHTON
feat Blake Lively


“Ton nom seul est mon ennemi. Tu n’es pas un Montague, tu es toi-même. Qu’est-ce qu’un Montague ? Ce n’est ni une main, ni un pied, ni un bras, ni un visage, ni rien qui fasse partie d’un homme… Oh ! sois quelque autre nom ! Qu’y a-t-il dans un nom ? Ce que nous appelons une rose embaumerait autant sous un autre nom. Ainsi, quand Roméo ne s’appellerait plus Roméo, il conserverait encore les chères perfections qu’il possède… Roméo, renonce à ton nom ; et, à la place de ce nom qui ne fait pas partie de toi, prends-moi tout entière.” – Roméo et Juliette.


Carte d'identité

19 ans
16 octobre, à Manhattan
Élite
Première année, à Brown
Célibataire au cœur pris et aux mains liées
Queen A., Lexis ou Kay
Vous &&. le vice

Tabac ? Uniquement avec Jake.
Alcool ? OUI – NON
Drogue ? Une fois ou deux.
Première fois ? OUI – NON
Comment êtes-vous en amour ? Rolling Eyes .
Que pensez-vous de Gossip Girl ? Si c'est pour me retrouver dessus non merci.

Partie HRPG

Personnage interprété : poste vacant
Prénom – Pseudo : Luna
Âge : 21 ans
Comment avez-vous connu le forum ?
Qu'est-ce qui vous à poussé à vous inscrire ?
Points à améliorer sur le forum ?
Commentaire(s) :



Dernière édition par Alexis K. Brighton le Jeu 9 Fév - 2:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Queen A.
▬ Would you stay if she promised you heaven ?

Queen A. ▬ Would you stay if she promised you heaven ?


★ MESSAGES : 568
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 719
★ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow *O*

more

A propos de moi
ÉTOILES:
67/100  (67/100)
DISPONIBILITÉ EN RP: Disponible !
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Alexis K. Brighton Mer 8 Fév - 17:48

Le récit de votre vie


“ Prologue, le début du commencement ”

“ Les mariages arrangés, un phénomène de mode, une vraie tradition dans notre milieu. Le cas de mes parents, William Brighton et Elisabeth Smith, n’y a pas fait d’exception. Pour cette fois, ce n’était ni coup du sort, ni une fatalité. Ils étaient éperdument amoureux l’un de l’autre, depuis toujours. Néanmoins, malgré les obligations, sans compter les préparatifs et toute la paperasse, leur union pris effectivement un peu de temps, bien que d’ordinaire, dans l’Upper East Side, il n’est pas question d’attendre le consentement des premiers concernés. ”

– Flash Back –

“ Épouse-moi ! ” lâcha William en un souffle. “ Chéri, veux-tu bien me passer le sel s’il te plait ? ” demanda Elisabeth simplement. Elle ignorait totalement ce que son partenaire venait de lui exprimer. “ C’est un non ? ” ajouta-t-il. “ Non. ” termina-t-elle. C’était une femme de caractère, franche et par dessus tout, cynique. Et pourtant, Mlle Smith était la plus belle créature que l’on n’ait jamais connu. Une silhouette fine, élancée, un visage fin, des traits fins, des cheveux blés, des yeux foncés, très foncés ne laissant apparaître aucune expression dans son regard. Comment une aussi belle demoiselle pouvait avoir un caractère aussi trempé que le sien ?

Et pour couronner le tout, cette presque ironie, un plateau digne d'une scène de théâtre. Une salle entièrement blanche, ornée de frises aux couleurs or et de tableaux, parfaite reproduction du château de Versailles, style Louis XIV, roi ayant choisit le soleil pour emblème. Après tout, le soleil, c'est Apollon, le dieu de la paix et des arts ; c'est aussi l'astre qui donne vie à toutes choses, qui est la régularité même, qui se lève et qui se couche. Et chacun d’eux occupait un bout de cette table dont la longueur n’en finissait pas.

William n’en était pas malheureux, il la connaissait par cœur. Depuis l’officialisation de leur union, une sorte de jeu s’était un installé entre eux. Peut-être ce jeu avait été la clé de leur couple, la raison pour laquelle l’amour n’a jamais faibli. Ils avaient trouvé une façon – et c’était une façon comme une autre – de ne jamais laisser dépérir l’amour qui les unissait. Ils étaient simplement fous l’un de l’autre.

Quelques mois plus tard, de nouveau dans ce même décor, de nouveau sur ce même plateau, dans une discussion familière, c’était comme si le destin était venu frappé à leur porte. “ Je suis enceinte. ” lâcha Elisabeth, le plus calmement du monde. Alors qu’à ce moment William était en train de porter une bouchée à ses lèvres, il lâcha prise et toussa étouffé par sa propre salive, choqué par les paroles de sa compagne. “ Pardon ? ” “ J’attends un enfant, et tu es le père. ” répondit-elle, toujours aussi froidement. “ Épouse-moi ! ” De retour à la case départ, mais cette fois, la réponse d’Elisabeth fut différente. Ils se marièrent, mais seulement… Seulement… Ils n’eurent pas beaucoup d’enfants et ne vécurent pas non plus heureux pour toujours. Et à ce jour fatidique, ce jour qui aurait dû être le plus beau jour de leur vie, n’en fut pas moins d’un jour des plus détestable. En cette nuit du seize Octobre, à vingt trois heures et cinquante huit minutes exactement, Mme Brighton succomba d’une fièvre puerpérale. Les médecins disaient que cette infection avait été causée par des bactéries qui avaient gagnés le péritoine et d’autres organes abdominaux.

Enfin, malgré la colère, la tristesse, et un tas d’autres sentiments en opposition face à son destin, William pris tout de même à sa charge son enfant, Alexis Kaley Brighton.

– Fin du Flash Back –

“ Jamais je n’eus le droit aux remontrances, il ne tient pas assez à moi pour se mettre en colère. Et c’est comme ça depuis le jour de ma naissance. Il me haït, car sa femme, sa raison de vivre, est morte en me mettant au monde. Il pense que c’est moi qui l’ai tué, et, dans le fond, il n’a sans doute pas tord. J’avais commis, de façon involontaire, de façon accidentelle, l’irréparable. ”


“ L’enfance, un rêve brisé. ”


L’enfance, c’est synonyme d’innocence. Mais pour Alexis, ainsi que tous ses congénères de l’Upper East Side, c’était un tout autre train de vie. C’était une éducation stricte et forcée. Après tout, elle était née avec une cuillère en argent dans la bouche, et comme pour tout, il y avait un prix à payer. Durant sa jeunesse, cette petite blondinette aux yeux clairs avaient appris toutes les bonnes manières, comme, ne pas mettre ses coudes sur la table, se servir des bons couverts lors des repas, la politesse pour mériter toute chose. A cette époque, elle avait suivi des cours de piano, d’équitation, de crosse, et tous ces autres sports et activités de bourge.

Enfin, la mémoire est sélective, et bien souvent elle retient plus facilement lorsque nous apprenons quelque chose qui nous plait, ou à contrario, nous ne pouvons plus supprimer de notre mémoire quelque chose qui nous a fait du mal. Ce n’est qu’une question d’émotion.
Alexis fut surtout élevée par une nourrice, son père n’étant presque, si ce n’est pas pour dire jamais, présent à son domicile. Bien qu’elle se souvenait d’une journée, qui semblait pourtant être comme les autres.

– Flash Back –

“ Le public en redemande ! ” s’écriait Nathaniel tout en applaudissant, tandis qu’Alexis défilait sur ce qui pouvait être un semblant de scène. Tous deux dans le salon, elle était dorénavant debout sur la table basse, tandis que Nathaniel sautillait, tout excité, sur le sofa. Elle se tenait là, cambrée, une main posée sur la hanche, tandis que son autre bras longeait son corps de petite fille, comme à la télévision. C’était son défilé, et Nathaniel était son fidèle public.

La blondinette tourna des talons et fit marche arrière jusqu’au bout de la table avant de reprendre sa marche candide. Sous les uniques acclamations de son meilleur ami, elle se jeta sur lui. Ils culbutèrent vers le sol tandis que son père, irrité par cette agitation, pénétrait dans le salon. Tous deux arrêtèrent leur petit jeu. L’espace d’un instant, hésitante, Alexis regarda son père, puis, d’un air décidé, elle se releva.

“ Un nouveau fan ! Un nouveau fan ! ” s’exclamait Alexis tout en tressautant vers son père, attrapant au passage un stylo et un bout de papier. “ M’sieur, vous voulez un autographe ? ” demanda-t-elle, tout en écrivant sur la feuille blanche, sans attendre la réponse de son père.

Ce dernier pris tout de même ce bout de papier entre ses mains puis le serra et n’en fit qu’une boulette. Il regarda sa fille avec insistance, ne laissant rien paraître. “ Quel âge as-tu pour jouer à ça ? ” demanda-t-il sèchement avant de se tourner vers Nathaniel “ Tu devrais rentrer chez toi. ” A ces mots, Alexis baissa la tête. Nathaniel passa à ses côtés. Il saisit sa main l’espace d’un instant et la lâcha aussi hardiment. Il rentrait chez lui, et elle, s’en alla s’enfermer dans sa chambre. Elle n’avait que douze ans. Était-elle déjà trop âgée pour s’amuser à ce genre de jeu ? Une question à laquelle elle n’aurait jamais de réponse.

– Fin du Flash Back –

Ce jour avait été un jour où elle s’était amusée, mais qui s’était malheureusement mal terminé. Un jour qui nous plait, mêlé à un souvenir douloureux. Ces genres de moments aussi peuvent rester gravés à jamais dans notre mémoire. Encore une fois, tout n’est qu’une question d’émotion.

Et ces souvenirs, aussi futiles qu’ils peuvent paraître, peuvent être le déclic vers une destinée déterminée. Les choix, les conséquences, les envies, elles peuvent être décidées par de simples souvenirs comme ceux-ci. Qu’ils soient bons, ou mauvais, tôt où tard, ils refont surface et nous guide dans nos choix. Il arrive aussi que l’on découvre de nouveaux sentiments, sans réellement s’en rendre compte. Et pourtant, ils sont bien présents. Ils attendent juste le bon moment pour enfin faire leur apparition.



Dernière édition par Alexis K. Brighton le Jeu 9 Fév - 12:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Queen A.
▬ Would you stay if she promised you heaven ?

Queen A. ▬ Would you stay if she promised you heaven ?


★ MESSAGES : 568
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 719
★ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow *O*

more

A propos de moi
ÉTOILES:
67/100  (67/100)
DISPONIBILITÉ EN RP: Disponible !
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Alexis K. Brighton Mer 8 Fév - 17:48

“ Le lycée, les premiers pêchés. ”

Nathaniel et Alexis, ce n’était plus qu’une simple amitié. Il l’avait énormément aidé à s’épanouir, à avoir goût en la vie malgré son jeune âge. Mais un jour, il faut se réveiller. L’adolescence, c’est là que tout commence. Les années de lycée sont sans doute les meilleurs souvenirs que l’on puisse avoir à l’adolescence. Durant ces trois années, “ fête ” était le mot d’ordre. Alexis était une élève brillante, ambitieuse, qui n’avait qu’une seule envie : réussir. Et comme elle n’avait que de bons résultats, elle se permettait les excès.

Nathaniel et Alexis ont étudié dans les écoles privées les plus sélect, afin de les former, eux, élèves issus de la haute société, en parfait modèles de vertu et de responsabilité. Mais, ce n’était qu’une image de la bourgeoisie. Non, en vérité, lorsque le soir se présentait, les masques tombaient, et tous se retrouvaient les uns comme chez les autres, à quelques jours d’alternance, pour faire la fête.

Les personnalités se forgent, les chemins se séparent, se croisent et se décroisent. Était-ce donc à cause de son nom de famille où de son charme à en faire tomber plus d’une ? Quoi qu’il en soit, Alexis pouvait sentir l’éloignement de Nathaniel. Il trainait de plus en plus avec les gars de son équipe de football, et se faisait de plus en plus populaire auprès des filles. Alexis n’osait plus pointer le bout de son nez chez lui. Une fois elle l’avait même surprise en pleine action avec une autre. Alors elle n’en fit rien, elle se disait simplement que le jour où il aurait envie de revenir, il reviendrait. Et pourtant, ce fut à cette période que ces nouveaux sentiments s’installèrent en elle : jalousie, envie, possession. Et plus les jours passaient, plus ces sentiments se faisaient présents. Il n’était pas rare de le voir changer de fille du jour au lendemain, et Alexis se sentait juste bouillir de l’intérieur.

– Flash Back –


Combien de temps était-elle restée là, devant l’immeuble des Howell à faire les cents pas ? Depuis l’aube, elle s’était pointée devant le hall d’entrée, et depuis l’aube, elle espérait qu’il allait sortir de chez lui. La matinée était déjà bien entamée. Alexis s’arrêta un instant, sortit son téléphone portable de son sac pour constater l’heure. Soupir. Onze heures passé, et Nathaniel n’avait toujours pas fait son apparition. Une multitudes de questions sonnaient dans sa tête. Était-il bien chez lui ? Oui, l’hôte d’accueil le lui avait confirmé. Était-il seul ? Elle l’ignorait. Peut-être se trouvait-il encore dans un profond sommeil. Oui, mais avec qui ? Alexis grimaça. Elle l’imaginait aux côtés d’une autre fille, en pleine scène d’érotisme. “ Non je ne veux pas. ” cria-t-elle tandis qu’elle secouait la tête. Les passants la dévisageait. Une scène plutôt comique. La blondinette rougit.

Enfin, d’un pas hésitant, puis enfin décidé, elle pénétra dans l’immeuble. “ Allez, courage ! ” souffla-t-elle. Elle n’avait pas eu de nouvelles de son meilleur ami depuis une semaine. Elle continuait de le croiser au lycée, mais il affichait toujours un simple sourire et ne s’arrêtait jamais pour la saluer. C’était une telle frustration pour elle. Après tout ce qu’ils avaient vécus ensemble. En un instant, sa jeunesse venait de voler en éclat à cause de son ignorance.

Alexis s’était présentée à l’accueil afin qu’on lui permette l’accès aux appartements de Nath’. Elle pénétra ensuite dans l’ascenseur. Douzième étage. Pendant la montée, elle n’hésita pas à se repoudrer légèrement. Bien qu’elle s’était levée tôt, elle avait plutôt bonne mine. Mais demain, elle n’en serait que plus fatiguée. Le “ ting ” de l’ascenseur se fit entendre. Arrivée à bon port, la blondinette parcourue le couloir jusqu’à arriver devant la suite de Nathaniel. Inspiration, expiration. Elle toqua enfin à la porte.

Les minutes paraissaient défiler et Nath’ ne daignait pas à se montrer. Alexis tapotait nerveusement du pied. Encore ces questions. Elle se sentit blêmir. Et si c’était une femme qui lui ouvrait ? Non pas encore ce genre de pensées. Elle pris la tête entre ses mains pour tenter de les chasser une nouvelle fois, affichant encore une grimace sur son visage. A cet instant, la porte s’ouvrit, laissant place à Nath’. “ Eh bien, t’en fais une tête ! ” lâcha-t-il l’air moqueur, tandis qu’il se frottait les yeux. C’était là le summum de la honte. Gênée, offusquée, Alexis poussa la porte sans dire mot et se permit de rentrer dans l’appartement de Nathaniel. “ J’entre. ” dit-elle enfin une fois à l’intérieur. Elle balaya la salle du regard. Non, il n’y avait pas l’air d’avoir de trace sur la scène du crime. Alors il n’aurait pas fait de folies de son corps cette nuit ? Alexis continua son inspection, jusqu’à ce qu’elle entende le bruit de la porte se refermer derrière elle. “ Qu’est-ce que tu fais ? ” demanda-t-il. “ Où est-elle ? ” rétorqua-t-elle, tout en continuant ses recherches. Essayant de paraître la plus innocente du monde, elle ne gênait plus de le faire devant lui. C’est ainsi qu’Alexis s'accroupit afin de regarder sous le sofa s’il n’y avait pas une quelconque arme de l’homicide. “ Tu ne la trouveras pas ici, elle dort encore dans mon lit. ” Nathaniel avait fortement insisté sur le “ lit ”. Alexis se redressa, bien plus rapidement qu’elle ne s’était baissée et fusilla son ami du regard, rouge comme une tomate. A la vue de cette scène, il s’était mis à rire. Il la faisait tourner en bourrique et cela avait tendance à l’énerver davantage.

De nature impulsive et surtout sans gêne, Alexis tourna des talons et se dirigea vers la chambre de Nathaniel. Elle ouvrit la porte sans aucune discrétion et n’hésita pas non plus à la faire claquer contre le mur. Vide. Le lit n’était pas encore fait mais il était bel et bien vide. Bouche béante, honteuse, Alexis ne bronchait plus. Nath’ l’avait rattrapé dans sa course et s’était arrêté derrière elle. Elle pouvait sentir son souffle dans son cou, faisant virevolter quelques mèches de ses cheveux blonds. “ Jalouse ? ” murmura-t-il dans le creux de son oreille. Alexis se sentir frémir, non pas par ces mots, mais parce qu’elle le sentait si proche de lui. Au point qu’elle ne répondit rien, préférant le laisser terminer. “ Si tu le désires, tu n’as qu’à demander. ” Des paroles qu’elle n’avait pas envie d’entendre. Pas comme ça. De nouveau en ébullition, elle tourna les talons. Et bien que son visage se trouvait à quelques centimètres de Nathaniel, elle ne craqua pas. “ Si tu crois que tu m’intéresses, tu peux toujours crever ! ” Et sur ces mots, elle fit un pas latéral pour passer aux côtés de Nathaniel, – il ne la retint pas – jusqu’à retraverser le salon et prendre la porte. Il venait de l’énerver, mais surtout de la blesser. Un simple coup ? Elle ne le voulait pas. Elle voulait être bien plus pour lui. Il n’était plus le Nathaniel si gentil de l’époque, celui qui la soutenait toujours, qui la suivait toujours. Non, aujourd’hui, les rôles s’étaient inversés, il ne la faisait même pas marcher, il la faisait courir.

– Fin du Flash Back –

Ce genre de scène était devenu une habitude. Si bien qu’Alexis avait fini par déposer les armes et laisser tomber. Elle n’avait pas renoncer à ses sentiments, dorénavant, elle se laisserait simplement faire. Peut-être qu’une fois qu’ils l’auraient fait, il tomberait amoureux d’elle. Tout du moins, c’est ce qu’elle désirait au plus profond d’elle, bien qu’elle savait pertinemment que ce genre de chose, cela ne se passait qu’au cinéma. Et Helena le lui rappelait sans cesse.

Helena, c’était devenue sa meilleure amie et sa confidente. Quand et comment s’étaient-elles connues ? Même Alexis n’arrivait pas à s’en souvenir. Elles se connaissaient depuis toujours, mais s’étaient toujours détestées. Ironie. C’est souvent comme ça. On pense avoir une ennemie jurée, puis au final, on a beaucoup plus de points communs qu’on ne le pensait. Et l’amitié finit par naître. Pourtant, elles avaient bien des différences. Alexis qui était quelqu’un avec des principes et des valeurs, Helena en était son opposée. Par exemple, elle qui préférait se préserver, elle qui était du genre plutôt fleur bleue, Helena, quant à elle, était plutôt du genre la femme à hommes. Elle avait énormément de charisme, et elle savait s’en servir. Toutes deux étaient aussi opposées par leur physique. Alexis, blonde aux yeux clairs, fine, plutôt grande, élancée, tout comme sa mère, et Helena, brune aux yeux foncés, tout aussi fine, mais d’une plus petite taille.

“ Tu sais que si tu lui tombes dans les bras comme ça, il aura gagné ! ’Faut pas que tu te laisses faire, Alexis, c’est à lui de faire le premier pas. Sinon tu le regretteras. Ah les mecs, le jour où ils penseront avec leur tête… ” Encore une fois, leur discussion tournait autour de Nathaniel. Alexis était dépitée. Elle venait de lui raconter leur petite scène, et Helena lui rabâchait encore les mêmes paroles. “ T’es pas la mieux placée pour en parler. J’ai essayé de t’appeler toute la nuit, où étais-tu encore passée ? ” Un sourire s’affichait sur les lèvres de sa meilleure amie. Il n’y avait pas besoin d’en rajouter pour deviner où est-ce qu’elle avait bien pu passer la nuit. Soupir. La blondinette baissa la tête pour attraper son mocha avant de le porter à ses lèvres. Rendez-vous habituel. Les deux jeunes filles avaient pour tradition de toujours se retrouver au Starbuck Coffee pour discuter de choses et d’autres. Enfin, de choses et d’autres concernant toujours Nathaniel, l’éternel preneur de tête. “ Puis si tu lui dis pas clairement ce que tu ressens, il va penser que pour toi aussi, c’est juste comme ça. ” ajouta-t-elle. Alexis reposa tout aussi tranquillement son mocha sur la table. C’était apaisant d’être ici, bien plus que chez Nathaniel. Là au moins, la voix ne haussait pas. “ Je peux pas lui dire ça, ça serait comme vendre mon corps ! ” Encore une chose séparait les deux jeunes filles. Leur expérience. Helena, elle en avait vu passer plus d’un, Alexis, quant à elle, était encore au point mort. “ Qui ne tente rien n’a rien. Tu ne vas pas rester en arrière toute ta vie quand même, un jour ou l’autre, faut tenter, sinon tu te feras toujours dépasser. ” Helena trouvait toujours les bons mots pour lui mettre la réalité en face. Non pas qu’Alexis était d’une nature timide, elle était simplement trop fière. Mais si elle ne laissait jamais sa fierté de côté, elle ne profiterait jamais. Après tout, il fallait voir ça comme un danger. Et le danger, c’était excitant, ça faisait monter l’adrénaline. “ Il fait une fête le week-end prochain chez lui… ” murmura finalement la blondinette. “ Eh bien voilà une occasion en or de tenter quelque chose ! Je viendrais, mais ne compte pas sur moi te consoler pendant qu’il sera dans les bras d’une autre. ” Au moins, c’était dit, et il n’y avait pas mieux pour lui mettre la réalité en face. Elle devait prendre les devants, c’était certain, mais comment ? En plus, Helena la lâcherait dans l’arène, au milieu de tous ces fauves. “ T’es trop cruelle Chels ! ” pleurnichait la blondinette. Mais dans le fond, elle n’avait pas tord. Elle devait tenter le tout pour le tout. Elle n’ajouta rien de plus à ce sujet. Il était clos, et Alexis devait se débrouiller. “ On va faire du shopping cet après-midi ? On va te trouver une belle tenue pour la soirée, tu verras. ”

La semaine s’était écoulée plutôt calmement. Alexis évitait Nathaniel au maximum, et ce dernier n’avait tellement cherché à la croiser d’ailleurs. Il devait se dire qu’elle reviendrait quand sa crise lui serait passée. Cependant, la semaine était passée bien trop rapidement pour Alexis qui ne s’était pas suffisamment préparée mentalement pour le week-end qu’elle allait passer. Helena lui avait choisi sa tenue. Ce soir, en guise de sous-vêtements, elle avait mis son bikini noir, décoré de quelques ficelles qui pendaient de ça et là, et par dessus, une robe assez bouffante, blanche, ornée de paillettes argentées, lui arrivant bien au dessus des genoux. Et, pour finir, escarpins noirs, simples, aux talons assez hauts, et un petit gilet du même coloris.

Elle avait débarqué à l’immeuble des Howell en compagnie de Helena où elles avaient pris l’ascenseur jusqu’au dernier étage, c’est-à-dire, sur la terrasse où se trouvait une piscine, un bar, ainsi que tous les invités. Alexis avait fait une entrée plutôt discrète. D’ailleurs, à peine avait-elle mis un pied hors de la terrasse que Helena la lâcha pour rejoindre la foule. Elle s’était retrouvée plantée là, seule. Elle balaya la terrasse du regard, cherchant Nathaniel à l’horizon. Mais lorsque ses yeux se posèrent sur lui, elle put déjà apercevoir à ses côtés deux jeunes filles. Il semblait rire avec elles. Ainsi éprise d’une jalousie maladive, Alexis se dirigea le bar. Peut-être que quelques verres la détendrait, du moins, c’est ce qu’elle se disait. “ Une téquila rose s’il te plait ” demanda-t-elle au barman, le plus familièrement du monde. Quelques secondes plus tard, se tenait devant elle sa commande. Du lait, de la téquila et du sirop de fraise. Un délice. La jeune fille porta le verre à ses lèvres pour en prendre une petite lichette. Pas loin de quarante cinq minutes plus tard, Alexis était dorénavant affalée sur le comptoir, s’amusant à faire une parfaite queue leu leu des verres de cocktails qu’elle s’était enfilée. Elle riait de sa connerie, bien atteinte par l’alcool. Mais quelque chose, où plutôt quelqu’un s’approcha et vint la couper dans son délire. “ Tu t’amuses bien ? ” commença Nathaniel avant de reprendre sans même attendre une réponse d’Alexis “ Tout le monde commence à se baigner, viens. ” Doucement, la blondinette tourna la tête en direction de son camarade, et le fusilla du regard “ Tiens, tu reviens me parler maintenant ? Tu attends quelque chose de moi peut-être ? ” Au départ l’air sérieuse, dorénavant, elle accrochait un sourire stupide sur les lèvres. “ Seulement si tu me le demandes. ” murmura-t-il au creux de son oreille. Elle le dévisagea un instant avant de reprendre cet air imbécile. Évidemment, lucide comme elle était, la blondinette finit par attraper le bras de son ami afin qu’il la fasse basculer sur ses deux pieds. Elle lui suivait donc clopin clopan, pendue à son bras, jusqu’au bord de la piscine. De nombreux invités, sûrement dans le même état qu’elle ne s’étaient pas fait prier pour se jeter à l’eau. Alexis et son camarade de bras allaient bientôt les rejoindre.

Plutôt empotée à cause de l’alcool qui circulait dans son sang, Nathaniel l’aida à enlever sa robe, mais surtout à la soutenir pour ne pas qu’elle tombe à la renverse à cause de ses talons trop hauts. Et dans la minute qui suivait, il l’avait entraîné dans la piscine, le plus tendrement du monde, au grand étonnement d’Alexis, mais aussi de tous les invités. Lui qui d’ordinaire aimait énormément chahuter, il s’était tout à coup attendri. Si bien qu’il l’avait prise dans ses bras pour l’entraîner avec lui. Silence. Elle le regardait droit dans les yeux, bien que de son regard, tout semblait tourner. “ Dis Nath’, je suis quoi pour toi ? ” lâcha-t-elle enfin. C’était peut-être maladroit, et il ne comprendrait certainement pas là où elle voulait en venir. Enfin, il fallait qu’elle tente le tout pour le tout. “ T’es ma meilleure amie. ” C’était pas vraiment la réponse à laquelle s’attendait la jeune fille. Et cela pouvait se lire sur son regard. Elle venait simplement de froncer les sourcils avant de baisser la tête, tout en demandant gentiment qu’il relâche son étreinte. Doucement elle reculait, désirant mettre de la distance entre eux. Prise de peur, incapable d’ajouter quoi que ce soit. Mais ce soir, il avait décidé de ne pas la laisser. Il était revenu vers elle, de nouveau il l’avait prise dans ses bras. “ J’ai l’impression que c’était pas la réponse que tu désirais. ” finit-il par dire avant de se rapprocher encore plus près de son visage pour lui murmurer “ Alex’, et toi, qu’est-ce que tu voudrais être pour moi ? ” A ces mots, Alexis se retourna vers Nathaniel. A cet instant, elle aurait tout lui balancer, tout lui avouer, lui dire enfin ce qu’elle avait sur le cœur depuis quelques temps déjà. “ Je… voudrais être plus qu’une amie pour toi. ” lâcha-t-elle, en un souffle. Il la dévisageait peut-être, ou était certainement en train de sourire, de se moquer d’elle, elle n’en savait rien, elle avait baissé la tête juste après avoir prononcé ces paroles. Mais, alors qu’elle ne s’y attendait pas, du bout des doigts, il lui releva la tête et la regarda droit dans les yeux. A cet instant, c’est comme si plus rien n’existait autour d’eux. C’était le noir complet, et ils étaient les deux seuls acteurs dans cette scène. Nathaniel resta figé là quelques instants, sans rien dire. Les secondes semblaient être des minutes, et les minutes semblaient être des heures. Doucement, il approcha son visage du sien et vint déposer un baiser sur ses lèvres. Une multitudes d’images fusaient dans la tête de la jeune fille. Des images de son meilleur ami, et elle, durant leur enfance. Comment en étaient-ils arrivés là aujourd’hui ? Comment tout ceci était arrivé ? Alors que même si on connait une personne sous tous les angles, qu’aucune de ses réactions ne peut plus nous surprendre, pouvons-nous encore tomber amoureux ? Il fallait croire que ça pouvait encore exister. Nathaniel se détacha enfin et de nouveau, plongea son regard dans le sien. Alexis sentait ses joues rosir, était-ce dû à ce premier baiser qu’il venait de lui offrir ou par le trop plein d’alcool qui venait de lui en une fraction de seconde jusqu’au cerveau ?

Alexis resta plantée là, sans réagir. Il venait de lui faire perdre les pédales. Nathaniel ne la lâchait plus. Il l’invita même à sortir de la piscine, invitation qu’elle accepta sans broncher. Il l’emmena ensuite dans un lieu qu’elle ne connaissait que trop bien, sa chambre. Durant le trajet, il la tenait bien fermement, étant donné comment la blondinette titubait. C’était pas tellement joli à voir, et encore fallait-il qu’elle se rendre vraiment compte de ce qu’elle s’apprêtait à faire. Néanmoins, elle ne disait mot, et lui non plus. Étaient-ils gênés par la situation ? Ce n’était pourtant pas du tout le genre de Nath’. Une fois arrivés à bon port, il l’entraîna sur son lit, puis fit marche arrière pour fermer la porte de sa chambre. Alexis s’était laissée tomber sur le lit, riant comme une folle. Mais lorsqu’il revint à ses côtés, elle était de nouveau redevenue sérieuse. Il pris place à ses côté, s’allongeant lui aussi. Un instant, il la regarda, avant de déposer de nouveau ses lèvres sur les siennes. Instinctivement, la jeune fille alla l’enlacer comme elle le pouvait. Elle pouvait sentir les mains de Nath’ caresser ses cuisses, ses fesses, son ventre, sans jamais atteindre ses parties intimes pour autant. Et plus les caresses se faisaient intenses, plus l’excitation montait. Du moins, jusqu’à ce qu’il s’arrête pour la regarder de nouveau et lui dire “ Alex’, ton maillot de bain est mouillé, enlève-le, j’ai pas envie que mon lit soit trempé ! ”, c’est avec une bouche béante qu’elle le regardait. Choquée, oui mais par quoi ? Non pas par sa demande, mais plutôt par son manque de tact. Mais dans l’état qu’il l’avait mise, elle ne pouvait que s’exécuter, ou tout du moins, ne rien lui refuser. “ T’as qu’à le faire toi ! ” bougonna-t-elle, légèrement honteuse de ses propres paroles. Aussitôt prononcé, Nath’ s’empressa de répondre à ses attentes, tout en faisant de même pour lui. Il attrapa ensuite sa dulcinée par les hanches afin de la faire glisser sous les draps. Elle se laissait faire sans bouger. Cette nuit-là avait été sa première fois. Une première avec l’homme qu’elle avait tant désiré. Pas une seule fois il ne lui avoua ce qu’il ressentait, ni même la phrase magique, mais elle pouvait le sentir, au plus profond d’elle même. Oui. Cette nuit-là, il l’avait aimé, de tout son cœur, comme il n’avait jamais aimé une autre fille avant elle.

Une douce et chaude nuit mais qui ne vous garantit pas une réveil sans encombres. En effet, le lendemain, c’est avec une gueule de bois qu’Alexis émergea. Les rayons du soleil filtraient la pièce et les volets qui n’avaient pas été fermés la veille laissaient entrer une lumière bien trop éblouissante pour qu’elle puisse retourner dans les bras de Morphée. Essayant de se rappeler la veille, c’est lorsque l’image de Nath’ et elle dans sa chambre lui revint en tête qu’elle sentit ses joues rougir. Alors doucement, Alexis tourna la tête. Il était bien là, profondément endormi à ses côtés. Toute heureuse et comblée, elle serra fermement la couverture contre elle avant se rapprocher de Nath’ et de se glisser dans ses bras, bien au chaud contre lui.


Dernière édition par Alexis K. Brighton le Sam 18 Fév - 11:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Queen A.
▬ Would you stay if she promised you heaven ?

Queen A. ▬ Would you stay if she promised you heaven ?


★ MESSAGES : 568
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 719
★ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow *O*

more

A propos de moi
ÉTOILES:
67/100  (67/100)
DISPONIBILITÉ EN RP: Disponible !
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Alexis K. Brighton Mer 8 Fév - 17:49

“ Un point culminant, l’ascension. ”

Ce dimanche matin sonnait comme le début d’une grande aventure. Alexis avait fini par se rendormir dans les bras de Nathaniel. Et lorsqu’elle s’éveilla de nouveau, elle était seule. New York semblait si rayonnant aujourd’hui. Alexis semblait baigner dans une lumière si éclatante qu’elle paraissait artificielle. La blondinette fit voler la couverture et sauta hors du lit. Ne voyant pas d’autre alternative, elle remis son maillot de bain qu’elle trouva au sol et ne se gêna pas pour aller dénicher une chemise à Nathaniel afin de se couvrir davantage. Elle finit par quitter la pièce, tout en se frottant les yeux. Alexis l’avait retrouvé dans la cuisine, où il était en train de préparer le petit déjeuner. Alors, le plus discrètement du monde, elle alla se faufiler derrière lui pour l’enlacer par la taille et se nicher dans son dos. Répondant à son étreinte, elle lâcha légèrement sa prise et le laissa se retourner face à elle. Un pancakes encore chaud entre les mains, il déposa un doux baiser sur son front avant d’en arracher un bout et de le lui glisser entre les lèvres. La jeune fille ne pu s’empêcher de sourire à ce geste, légèrement intimidée. Puis, comme un jeu, elle en fit de même pour lui. Sur la pointe des pieds, proche de son visage, elle n’hésita pas pour aller lui voler un baiser. Nathaniel l’attrapa alors par les hanches et, à son tour, tout en la serrant contre lui, s’en alla déposer quelques baisers dans son cou. Quelle sensation étrange. Il était son meilleur ami, mais désormais, il lui appartenait, entièrement. Et pour lui, comment s’imaginait-il leur couple ? Et cette façon de se comporter avec elle, est-ce que tout allait se terminer une fois qu’elle aurait franchi la porte de son appartement ? Non, il n’avait pas l’air de jouer là.

Il avait fini par se détacher d’Alexis afin de reprendre ses activités culinaires. Ce matin là, il lui faisait vivre une vie de princesse, une vie qu’elle s’imaginait jusque là, simplement impossible. Puis, bien qu’il lui tournait le dos, il ne s’empêchait pas d’agir tel un Don Juan, il prenait soin d’elle. Elle se trouvait face à un inconnu. “ Bien dormi ma belle ? ” demanda-t-il, le plus gentiment du monde. Tout d’abord, Alexis dévisagea son nouveau compagnon, puis calmement, elle repris son assurance, tentant de lui répondre le plus naturellement possible “ … Oui. ” Réponse courte. Mais si elle lui en aurait confiée davantage, il se serait rendu compte que sa voix tremblait. En effet, Alexis s’était sentie vaciller, durant une seconde, étonnée par cette facette de Nathaniel qu’elle ne connaissait pas.

Tel un vrai couple, bien que nouveaux dans ce domaine, ils s’étaient installés à table afin de prendre le petit déjeuner que Nath’ leur avait préparé. Le repas fut étonnement silencieux, et il y avait une atmosphère pesante qui régnait au dessus d’eux. Étaient-ils gênés ? Réalisaient-ils les conséquences de leurs actes ? C’était un moment de réflexion, mais il fallait s’y attendre. L’ambiance était revenue à la normale, le quotidien reprenait son cours, la fête n’était plus. Alexis savait où elle en était, dans sa tête. Elle était sur son petit nuage, sur lequel elle s’était désormais posée. Elle sautillait dessus, elle s’allongeait dans ce coton blanc et moelleux, elle s’y roulait en boule. Mais pour lui, où en était-il ? Ce silence devenait bien plus qu’embarrassant, il l’étouffait presque. Puis, quelques instants plus tard, ne tenant plus, elle lui demanda enfin “ Tu regrettes ? ” Silence. Alexis regardait Nathaniel avec insistance, attendant une réponse, n’importe laquelle, même si au fond d’elle, scintillait un certain espoir. “ Je regrette que ce soit arrivé comme ça. ” lâcha-t-il finalement. La blondinette arqua un sourcil, ne comprenant pas totalement. Soupirant, Nathaniel continua, se doutant qu’elle n’allait pas comprendre. “ J’aurais préféré quelque chose de plus… magique… pour toi… ” Silence. Alexis soutenait son regard, mais fut très étonnée de la réponse donnée par Nath’. Elle ne s’y attendait pas, et encore moins à ce qu’elle venait d’entrevoir sur son visage. Il avait baissé la tête, mais elle pouvait voir ses joues rougir. Elle s’était finalement levée pour se diriger aux côtés de son partenaire. Là, elle le prit dans ses bras, simplement heureuse, sans dire mot.

* * *

Ce fut au tour de la semaine de reprendre son cours, comme à l’habitude, les cours, et les sorties attendaient Alexis, à un détail près. Oui, depuis ce week-end, quelque chose avait changé. Oui, elle avait surmonté ses angoisses, elle avait mis de côté sa fierté, quoi qu’avec une petite aide tout de même, mais le résultat était là aujourd’hui. Les choses lui semblaient si différentes à ces jours-ci qu’Alexis s’était levée au petit afin de donner rendez-vous à sa meilleure amie et lui conter son week-end avant de retourner au lycée. Aujourd’hui simplement vêtue d’un jean slim, et d’un petit top, elle était sortie en vitesse afin de retrouver Helena sur la route. Et, sans même se dire bonjour, comme si elles ne s’étaient pas quittées, la brunette engagea directement la conversation, un large sourire sur les lèvres. “ Tu vois, tu as finalement tenté, et tu y es arrivée ! ” “ Oui, enfin merci l’alcool quand même, ça m’a bien aidé… Par contre toi, tu m’as carrément lâché, je t’ai pas vu de la soirée. ” ronchonna Alexis, comme à son habitude à vrai dire. “ Je t’avais dis que tu ne devais pas compter sur moi. ” rétorqua Helena avant d’ajouter “ Enfin, raconte moi, c’était comment ? ” “ Douloureux, enfin je crois, à mes souvenirs. ” répondit Alexis, tout en riant. “ Donc ça y est, vous êtes ensemble ? ”

Et ça, pour être ensemble, ils l’étaient, au point que tout le lycée en était informé, si ce n’était pas la grosse pomme entière. Les Howell, une des familles les plus richissimes de New York, unis à une famille toute aussi puissante, les Brighton. Pour vous dire, c’était à un tel point que la nouvelle était même parue dans une petite rubrique du New York Times. Et en seulement deux semaines, Alexis, qui était déjà très réputée par son nom, était devenue reine du lycée. Désormais, elle était l’amie de l’équipe de football de Nathaniel, mais l’ennemie jurée d’un tas de filles. C’est qu’il y avait une certaine concurrence maintenant qu’il n’était plus un cœur à prendre, et elle non plus d’ailleurs. Mais cela n’empêchait pas des tentatives, des deux côtés. Cependant, une complicité s’était installée au sein du jeune couple, si bien qu’ils s’en amusaient fortement. Un jeu qui ne laissait jamais le temps à ce duo de s'essouffler.

“ Il y avait cependant un hic à notre célébrité ; les ragots. C’était l’équivalent du téléphone arabe, si bien qu’au bout d’un moment, même ma rencontre avec Nath’, et ce, jusqu’à ce que nous sortions ensemble, était devenue une histoire complètement faussée et déformée. Et le jour où ces on-dit sont remontés jusqu’aux oreilles de mon père, ma vie pris un tournant différent de ce que je m’imaginais. ”



– Flash Back –

Une deuxième année se finissait, presque un an et demi s’était écoulé pour ce couple modèle qu’était Nathaniel et Alexis. Et bien qu’il n’y avait pas toujours besoin d’un motif pour une quelconque fête, le prétexte de la fin d’année semblait être une bonne excuse pour en organiser une. Un choix toujours aussi sélect, avec bien évidemment, en tête de liste des invités, les Élites de Manhattan. Petit à petit, l’appartement de l’organisatrice, se remplissait de jeunes adolescents, en quête d’amusement.

Alexis était encore chez elle, à se préparer. Elle était vêtue d’un collant foncé, couleur ardoise, d’un haut noir bouffant, long et plutôt décolleté, et des escarpins noirs. Pile à l’heure, et alors qu’elle s’apprêtait à sortir, son père entra dans la pièce commune et lui bloqua le passage. “ J’ai à te parler Alexis. ” Elle qui avait, d’ordinaire, un pas décidé, venait tout d’un coup de perdre toute son assurance. Elle se planta devant son père, silencieuse, attendant quel venin il allait encore lui cracher. Son père, plus grand de facilement deux têtes, lui tendit un magazine, ouvert en page douze, où Alexis et Nathaniel y figuraient sur une photo. Cette dernière était plutôt compromettante, puisque dessus, on pouvait y voir le jeune couple, dans une soirée, s’arrosant de Champagne au point d’en avoir des hauts transparents, et où Nath’ butinait le liquide dans le cou d’Alexis d’une façon des plus sensuelles qui soit. La blondinette restait là, à dévisager son père, jusqu’à ce qu’il lui mette cette fameuse revue sous le nez. Elle baissa la tête, en direction du magazine. L’étonnement pouvait se lire son visage, ainsi qu’un air légèrement apeuré. Puis, de nouveau, elle regarda son père “ Tu arrangeras la chose, comme toujours. ” lâcha-t-elle, sarcastique. Et pour la première fois de sa vie, les mots qu’elle venait de prononcer étaient une grave erreur. Il lui fallu peut-être quelques secondes avant de réaliser que son père venait de poser la main sur elle. Les larmes quant à elles, ne mirent pas longtemps à lui monter aux yeux. Par réflexe, la jeune fille porta sa main sur sa joue, tout en lançant un regard noir sur son père. “ Ne crois pas t’en tirer cette fois. Tu veux qu’on te prenne en adulte ? Commence donc à agir comme tel ! ” dit-il, simplement, comme s’il lui parlait tout à fait normalement. Alexis ne rétorqua pas, elle passa simplement aux côtés de son père et traversa la pièce pour rejoindre l’extérieur “ Je suis attendue ” lâcha-t-elle simplement, faisant comme s’il ne s’était rien passé. Une fois l’ascenseur à son étage, elle pénétra à l’intérieur. Une fois les portes refermées, toute la pression qu’elle venait d’accumuler redescendit, et elle ne put retenir ses pleurs. Une bonne dizaine de minutes s’écoula avant qu’elle n’appuie sur le bouton du rez-de-chaussée. Le temps pour elle de se calmer, et de reprendre ses esprits. Il fallait qu’elle soit forte.

Mais ces minutes de perdues lui étaient pourtant si précieuses. Parce qu’une fois arrivée là-bas, ce temps qu’elle venait de prendre pour sa fierté ne lui valu pas une porte de sortie pour ce cauchemar. Non. Il ne faisait que commencer. Parce qu’une fois arrivée sur place, les invités pouvaient se délecter de ce spectacle. Elle se tenait là, sur le seuil de la porte, et dans son champ de vision, Nath’. Heureuse de le voir dans les premiers instants, se disant qu’elle pourrait lui parler de ce qu’il venait de se passer, mais ces quelques pas la ramena bien vite à la réalité. Car, plus elle s’approchait de lui, plus elle put discerner ce qui se passait sous ses yeux. Hayley, la maîtresse de ces lieux, était accrochée au bras de son petit ami. Tous deux étaient proches, bien trop proches pour une simple discussion. Bien trop fière, ou peut-être bien plus préoccupée par ce qui venait de se passer avec son père plutôt que ce qu’il se passait sous ses yeux, Alexis tourna des talons et alla s’enfoncer dans la foule, l’air de rien. Après tout, comme on le dit si bien, le feu qui semble éteint dort souvent sous la cendre. Et Nathaniel n’y faisait pas exception. Comment avait-elle pu croire une seule seconde qu’il changerait parce qu’il était avec elle ? Non, le temps nous rattrape toujours. Il nous rappelle que quoi qu’il arrive, nous ne changeons pas. Du moins, pas comme ça.

Très rapidement, Alexis trouva un compagnon à cette soirée, et qui plus est, un ami proche de Nathaniel. Enfin, peut-être pas tant que ça pour oser draguer la petite copine de son ami. Alexis avait bu un grand nombre de verres, mais ce qui l’acheva réellement, fut cette petite pilule que lui offrit son compagnon de soirée. Première fois pour elle, mais elle s’en fichait. Elle voulait lui faire payer, peu importe le prix. Et les choses se mirent alors à déraper. Une main qui se pose sur votre cuisse, et un baiser dérobé. Et tout ceci sous les yeux de Nathaniel, qui venait de trouver sa dulcinée. Ce dernier resta là, un instant, à les regarder. Il avait ce regard haineux, empli de dégoût. Alexis, quant à elle, lui lançait un simple regard en guise de réponse, et un air je-m’en-fiche. “ J’y crois pas ! ” lâcha finalement Nath’, secouant la tête. Alexis se leva et s’approcha de lui, tout en laissant une certaine distance. “ Réveille-toi alors, parce que c’est bien arrivé ! ” répondit-elle, sur le même ton. D’ordinaire, lui qui se serait sûrement jeté sur le garçon pour lui en coller une, il n’en fit rien. Non, au lieu de ça, il tourna le dos à Alexis, et pris la direction de la sortie. Quant à elle, elle le regarda partir, simplement, sous les yeux de tous les invités qui venaient d’assister à la scène.

– Fin du Flash Back –

Très vite, et heureusement pour Alexis, les vacances sont arrivées. Elle avait appris au cours de la soirée cet énorme quiproquo qui avait ruiné son couple. Oui, Hayley était bien accrochée au bras de Nathaniel, mais elle était très loin de tout savoir. D’après Helena, qui avait parlé avec Nath’, il l’avait repoussé lorsqu’elle était allée trop loin. Il s’était ensuite mis à la recherche d’Alexis, jusqu’à lui téléphoner mais sans succès. Et lorsqu’il trouva enfin sa partenaire, elle était dans les bras d’un autre. Seulement, Nath’ n’a pas eu le fin mot de cette histoire, et même si Alexis avait tenté plusieurs fois de lui annoncer. Chaque jour, elle passait chez lui, mais personne ne répondait, elle avait tenté de le joindre sur son téléphone mais il refusait systématiquement son appel. Jusqu’au jour où, alors qu’elle faisait une nouvelle tentative chez les Howell, elle appris le départ de Nathaniel, pour un pensionnat. C’était la fin, pour de bon. Et jamais, elle ne pourrait lui expliquer les vrais raisons. Alexis en voulait à son père. Parce que si elle était arrivée quelques minutes plutôt, tout ceci ne serait jamais arrivé. Non, les choses se seraient passées exactement comme elles devaient se dérouler. Ces deux mois de vacances, la blondinette les passa dans les Hamptons, histoire d’oublier, de faire le point, et de prendre un nouveau départ pour la terminale. Elle espérait aussi se faire oublier, mais c’était pas gagné. Puis finalement, la rentrée fit son apparition. Alexis vit ses notes chuter, et tomba dans la débauche et ses vices. Une nouvelle réputation pour elle. Et toute l’année se déroula ainsi, avec “ fête ” pour mot d’ordre. Et plus rien d’autre ne comptait. Rater son année scolaire ? Elle n’en avait que faire, de toute façon, son père la ferait entrer à Brown, coûte que coûte, alors les études restaient en arrière plan.

“ J’ai vécu toutes les choses qui, à l’époque, me rebutaient. J’ai fait des choses dont je n’étais pas fière, mais qui m’ont permis d’avoir certaines expériences, même si un bon nombre d'entre elles étaient des erreurs. Je n’avais jamais réellement pris le temps de faire le point sur tout ça, ou même sur moi-même. Non, je me laissais vivre, au sens propre du terme. Et petit à petit, j’oubliais Nath’. Quand l’année de terminale toucha à sa fin, j’avais vraiment pris une belle claque, et j’étais finalement redevenue celle que j’étais avant, celle que j’estimais être droite, juste, et bonne. ”


Dernière édition par Alexis K. Brighton le Sam 18 Fév - 11:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Queen A.
▬ Would you stay if she promised you heaven ?

Queen A. ▬ Would you stay if she promised you heaven ?


★ MESSAGES : 568
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 719
★ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow *O*

more

A propos de moi
ÉTOILES:
67/100  (67/100)
DISPONIBILITÉ EN RP: Disponible !
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Alexis K. Brighton Mer 8 Fév - 17:49

“ un nouveau départ. ”


Cela faisait déjà plusieurs mois, après sa rupture avec Nath’, qu’Alexis se disait simplement que cette année là, allait être la pire année de toute sa vie. Paroles en l’air, mais paroles d’une personne qui venait de perdre son premier amour. Parce que quoi que l’on pouvait dire, elle était éperdument amoureuse de lui, et se venger de cette façon, c’était se renfermer sur elle-même, dans sa carapace, et dans le fond, elle le regrettait amèrement. Le premier amour, même s’il est oublié un jour, il nous reste là, gravé, à jamais. Le premier amour, si merveilleux soit-il, est irrévocablement douloureux. Il nous laisse un certain souvenir, qui, parfois, nous donne le sourire, ou qui nous enfonce plus bas que Terre. Mais, n’était-ce donc pas ce que l’on nommait les aléas de la vie ? Et puis, après tout, il fallait continuer à avancer. Tout le monde a connu un premier amour, tout le monde s’en remet, alors pourquoi pas elle ? Il faut parfois se détacher du passé pour continuer à avancer. Et finalement, c’était ce qu’elle avait fait. Même si pour cela, elle n’avait pas emprunté le meilleur des chemins, si au final, le résultat était bien là, elle était alors pardonnée, n’est-ce pas ?

Helena l’avait soutenue, comme toujours, enfin, du mieux qu’elle pouvait. Évidemment, elle n’était pas toujours présente pour Alexis, car elle avait elle aussi sa vie, et d’un côté, du moins, dans le fond, elle lui en voulait un peu pour ça, ne pas être suffisamment là pour elle. Si bien qu’au bout d’un moment, Alexis s’était mise à se confier de moins en moins à sa meilleure amie, elle se forgeait un petit jardin secret, avec sa propre vie. Plutôt égoïste ? Non, fière, encore une fois. Elle désirait se montrer forte, et lui faire croire qu’elle avait finalement réussi à mettre le pied devant l’autre. C’était en partie vrai, mais Helena ne le méritait pas, bien qu’elle ne s’en plaignait jamais. Peut-être qu’elle l’avait comprise…

Cet été-là, Alexis était restée à New York. Lorsque la fin de l’année scolaire s’était terminée, elle, ainsi que tous les élèves de son école privée avaient été diplômés, et la plupart d’entre eux avaient réussi à entrer dans l’université qu’ils désiraient intégrer. Alexis était reçue, malgré les débordements de cette année, à Brown. Mais encore une fois, c’était grâce à son père, qui avait étouffé tous ses écarts de conduite. Et la jeune fille s’était finalement résignée à quitter le cocon familial – si l’on pouvait l’appeler ainsi – pour se trouver son appartement, enfin, même si dans un sens, elle vivait toujours au crochet de son paternel.

Helena, quant à elle, partie en Europe pour les deux mois. Et Alexis, passerait ses vacances au déménagement. Dans les débuts, désireuse de se faire oublier sans pour autant quitter New York, elle s’était cherchée un appartement dans un autre quartier que l’Upper East Side. Mais en réalité, ce n’était pas si simple, surtout quand vos voisins vous rient au nez parce que vous renoncez à tout votre héritage. Elle ne se découragea pas pour autant. Après avoir visité les quartiers de Queens et Brooklyn, et ne voulant surtout pas atterrir dans le Bronx, elle se rapprochait un peu plus de chez elle. Greenwich Village était sa dernière échappatoire. Après cela, elle abandonnerait sûrement l’idée de quitter l’Upper East Side. Et pourtant, elle qui croyait au destin dur comme fer, était persuadée qu’elle avait le mauvais œil aux trousses.

– Flash Back –


Encore une journée où elle allait rentrer bredouille. Sa dernière pour ainsi dire, puisqu’il était bien tard maintenant, et qu’elle n’avait rien trouvé sur Greenwich Village. Enfin, d’un côté, elle se sentait un peu rassurée, parce que vivre une vie de bohème ne lui convenait pas vraiment. Elle n’avait pas grandi dans ce genre de milieu. Alors qu’elle attendait patiemment un taxi pour rentrer chez elle, elle n’avait pas remarqué ce petit groupe de jeunes qui la suivait depuis un bon moment déjà. Après tout, une fille vêtue des plus grandes marques dans un quartier bien reculé de son milieu, c’est très vite remarquable. Et alors que finalement un taxi s’approchait pour s’arrêter, un des jeunes s’interposa entre elle et le taxi pour l’empêcher de monter. Oh non, à cet instant, elle ne comprenait pas vraiment ce qui lui arrivait, si ce n’est que son corps, quant à lui, réagissait ; le cœur battant à vive allure, le sang qui tapait contre ses tempes, les mains moites, et le regard apeuré, cherchant de l’aide autour d’elle. Le jeune qui se trouvait devant elle, se décida à prendre la parole, l’air sournois, sourire aux lèvres, heureux d’avoir rattrapé sa proie “ Hé ma jolie, où tu vas comme ça ? ” Et comme toute personne normalement constituée, Alexis ignora ses paroles et tourna des talons, tentant de faire le chemin en sens inverse – le taxi étant reparti sous les ordres du jeune homme – Seulement, un autre homme se trouvait derrière elle à ce moment là. Ils étaient deux. Deux contre elle, deux hommes contre une femme. Sur le coup, la peur se faisait de plus en plus présente. “ J’crois que mon pote t’a posé une question, c’est pas poli de pas répondre. ” dit l’autre homme qui lui barrait la route. Bien évidemment sur la défense, mais certaine que cela ne changerait rien, elle daigna enfin à répondre quelque chose “ Laissez-moi tranquille. ” Mais à ces mots, l’homme attrapa le bras d’Alexis et tenta de lui arracher son sac à main. Et bien qu’elle essayait de se défendre, ce fut au tour premier homme, qui l’avait empêché de monter dans le taxi qui l’attrapa, et la serra bien fermement, l’empêchant de se débattre. Mais alors que tout naturellement, elle allait crier, quelque chose l’en empêcha. “ Lâchez-la. ” Soudain, une voix masculine, quoi qu’assez jeune, se fit entendre. Un autre jeune homme, sorti de nul part s’approcha des deux voyous. Bien sûr, en nombre plus grand, ce n’était pas un type comme lui qui allait les effrayer. “ De quoi j’me mêle ? ” rétorqua l’un des deux hommes. “ Ouais, tu cherches les problèmes ? ” ajouta l’autre. “ Je crois plutôt que c’est vous qui allez en avoir si vous ne la lâchez pas tout d’suite. ” répondit-il, de façon plutôt agressive. Ni une ni deux, l’homme qui tenait Alexis l’entraîna avec elle, tandis que l’autre s’approcha du jeune homme pour lui régler son compte. Mais il s’était peut-être un peu surestimé sur le coup. Un coup de poing et le voilà au sol. Son acolyte s’arrêta net, voyant son partenaire au sol, lâcha finalement Alexis pour s’en mêler lui aussi. Encore une fois, ce ne fut pas très long, quoi qu’il y eut un peu plus d’échanges de coups. Mais à la fin, ce fut ce mystérieux jeune homme qui remporta la victoire. Encore sous le choc, Alexis regardait la scène, bouche béante. Finalement, le garçon s’approcha d’elle, et lui tendit le bras “ Tiens, je crois qu’c’est à toi. ” Revenant à elle, Alexis secoua la tête avant de regarder la main du jeune homme. Son téléphone. “ Mer... Merci. ” Silence. “ Je m’appelle Alexis. ” finit-elle par ajouter. Il esquissa un sourire, et radicalement, son visage entier changea d’expression. “ Jake ” répondit-il finalement. De nouveau, un silence s’installa. Un silence qu’il brisa au plus vite “ Tu devrais pas trainer ici le soir, c’est pas un quartier fréquentable. ” ajouta-t-il avant de prendre la jeune fille par le bras et de lever le sien pour appeler de nouveau un taxi. Alexis se laissa entrainer dans cette danse, jusqu’à ce qu’ils s’arrêtent au bord de la route, elle dit finalement “ Comme la plupart des quartiers. ” Il ne la regardait pas, tandis qu’elle, ne le quittait pas des yeux. Et de nouveau, elle pu lire une sourire sur son visage, un sourire assez moqueur, mais il était bien présent tout de même. Aux premiers abords, il avait un visage très dur, mais pourtant des traits fins. Il avait des yeux bleus, qui se distinguaient très bien malgré cette obscurité grâce aux réverbères. Il avait les cheveux courts, coiffés en brosse, et le visage dégagé. Il était grand, habillé de vêtements sombres, un long manteau long cachait tout son corps. Il restait très mystérieux. “ Je reste avec toi jusqu’à ce qu’un taxi arrive, comme ça, tu peux rentrer tranquille. ” Sa voix s’était nettement radoucie, et Alexis se sentait rassurée. De nouveau, elle le remercia. Quelques instants plus tard, un taxi arriva. Et au moment où elle allait refermer la portière, Jake l’en empêcha et glissa sa tête dans la voiture afin de lui confesser ses dernières paroles “ Fais attention à toi la prochaine fois. ” Sourire. Alexis n’eut même pas le temps de répondre qu’il s’était retiré et avait fermé la portière. Pendant tout le trajet, de Greenwich jusqu’à New York, Alexis ne pouvait s’empêcher de penser à sa rencontre avec Jake. Il l’avait bouleversée, avec une apparence en totale contradiction à ses paroles. Oui, vraiment étrange.

– Fin du Flash Back –


Cette rencontre a été, pendant plusieurs jours, une réelle prise de tête pour Alex’. Cet homme mystérieux, impulsif aux premiers abords, doux dans la seconde qui suivait. Elle n’avait pas cessé d’y repenser, enfermée chez elle. Pourtant, il était loin d’être ce genre de héros que l’on idolâtre dans les films, ou dans les mangas. Il avait lui aussi, ce côté délinquant. Le genre de bad boy, froid, distant, qui nous dégoûte bien souvent, nous les filles. Plusieurs semaines s’étaient écoulées depuis cette rencontre, et Alexis ne l’avait jamais revu, malgré qu’elle s’était finalement décidée à sortir, qui sait, peut-être serait-elle tombée dessus, mais rien…

“ Notre rencontre était loin d’être quelque chose d’apaisant, tout du moins, dans les débuts ; on était toujours en train de se chercher. ”

– Flash Back –


De nouveau sur les traces de son héros, Alexis le trouva finalement non loin de chez elle, sur les bords des rives de Central Park. Il paraissait attendre quelqu’un, là, sous ce pont. Alors de loin, elle restait plantée là, à l’observer, jusqu’à ce que finalement, elle trouve réponse à sa question. Et ce qui se passa sous ses yeux la retourna au plus haut point. Il était en train de vendre de la drogue ? Elle connaissait la procédure, elle n’était pas née de la dernière pluie, et ce spectacle qui s’offrait sous ses yeux la choqua, elle ne s’attendait pas à ce qu’il soit quelqu’un de ce genre. Alors que les deux protagonistes qui se trouvaient en face d’elle se séparèrent enfin, elle tourna des talons pour faire demi-tour, ni vue ni connue. Mais elle était loin de se douter que Jake allait prendre la même route qu’elle. Une dernière fois, elle se retourna. Mauvaise idée. Il la vit, il la reconnu, là. Et d’un coup, comme une impression de déjà vue, son visage changea du tout au tout. Il passa à ses côtés, comme s’il allait l’ignorer, mais s’exclama tout de même au passage “ J’te conseille d’oublier ce que tu viens de voir. ” Il allait continuer sa route, mais par réflexe, elle l’attrapa par le bras, le retenant. Il s’arrêta, net “ Lâche-moi, Alexis. ” “ Non. ” répondit-elle froidement. Et pour la première fois, il planta son regard dans le sien. La colère se lisait sur son visage, mais elle ne flancha pas. Tremblante, elle ajouta “ Alors, t’es comme eux ? ” Eux, ces deux hommes qui l’avaient agressés. Oui, elle venait de le mettre dans le même bain, chose qui ne lui plu pas, mais alors pas du tout. “ Et alors ? En quoi ça te regarde ? T’es déçue de découvrir mon vrai visage alors tu me compares à ces types ? Tu me remercies beaucoup moins maintenant que je ne rentre pas dans le moule idéal que tu m’avais préparé. ” Il lisait dans ses pensées comme dans un livre ouvert. Lui, qui ne la connaissait pas, elle, qui ne le connaissait pas, comment faisait-il cela ? Il était maintenant odieux, et sur le coup, elle n’avait qu’une envie, lui coller une sacrée baffe. Finalement, elle reprit tant bien que mal son calme. Elle aurait pu lui dire bien d’autres choses, mais en une réplique, il venait de lui démontrer qu’elle se trompait sur lui, sur toute la ligne, alors tout naturellement, elle ne pu que se renfermer sur elle même et lui lancer un “ va t’faire. ” en guise de défense avant de le lâcher. Mais à croire qu’il n’aimait pas la provocation, ce fut lui qui l’attrapa par les épaules à son tour. Là, il planta ses yeux bleus dans les siens, le regard toujours aussi froid, sourcils froncés “ Je n’aime pas tellement ton manque de respect, si t’es pas contente de ce que tu vois, c’est pas mon problème, tu n’as qu’à partir et m’oublier. Tu crois que c’est parce que j’étais là au bon moment que ça fait de moi quelqu’un de bien ? La preuve, tu te trompes, tu dois d’ailleurs te tromper souvent, et à en juger ce que je vois, tu dois trop te fier aux apparences. Maintenant, veux-tu bien me laisser tranquille s’il-te-plait. ” Il lui avait fait la grande tirade, résumant le petite monde dans lequel vivait Alexis, et étrangement, il tombait dans le mille. Mais le “ s’il-te-plait ” forcé qui venait de mettre un point à cette discussion, pas du tout sincère, l’irrita davantage. “ T’as raison, j’me suis vraiment trompée sur ton compte, et t’inquiète pas pour ça, t’entendra plus jamais parler de moi, un pecno comme toi, on en trouve pas là où je vis. ” Insulte fatale. Jake lâcha son étreinte, révolté par ce qu’elle venait de dire, mais bien évidemment, les choses étaient loin de s’arrêter là. “ Je vois, t’es une gosse de riche, en même temps, j’aurais dû m’en douter, vu tes fringues. Tu te permets de juger les gens comme moi, normal, tu connais rien, tu vis dans un petit cocon. ” C’était des piques, sur des piques, c’était à lequel blessera le plus l’autre, et tout le monde le sait, ce genre d’histoire ça ne finit pas bien. “ Qu’est-ce que t’en sais, tu sais rien de moi. Tu l’as dis toi-même, il faut pas se fier aux apparences. ” rétorqua-t-elle, plutôt fière de sa réponse, l’air hautaine. Il recula d’un pas, et lâcha un petit rire étouffé. “ J’ai rien envie de savoir sur toi, en tout cas, une chose est sûre, tu confirmes mes aprioris, toi et les autres gosses de riches, il y a que votre petit monde et papa et maman pour se plier à tous vos caprices. ” C’était comme si, chacun d’eux, avait une telle blessure qu’ils la faisaient ressortir par ces insultes. Mais cette dernière réplique fit réagir Alexis au quart de tour qui s’avança vers Jake et lui donna une gifle. A ce geste, les larmes ne mirent pas longtemps à lui monter aux yeux. Et alors qu’elle s’attendait à une riposte de la part de Jake, il n’en fit rien. Non, au lieu de cela, il porta simplement sa main à son visage, là où elle l’avait frappée. Finalement, il lâcha un soupir, regardant la Alex’, qui se trouvait là, devant lui, tremblante, laissant ses larmes couler le long de ses joues. Une colère si forte qu’elle vous fait pleurer, ça arrive rarement, mais quand elle arrive, c’est quelque chose d’effrayant, et de très touchant. Parce que dans ces moments, on se sent désemparé, on ne sait pas quoi faire. Maladroitement, il l’a pris dans ses bras, dépassé par la situation. Il s’était laissé emporté, et lui avait jeté les pires des saloperies au visage. Doucement, il l’entraîna avec elle dans sa marche, jusqu’à un banc, où il l’assied avant de prendre place à ses côtés. Silencieux, il sortit une cigarette de sa poche et l’alluma. Il tira quelques bouffées avant de se décider à dire quelque chose “ Désolé, je me suis emporté. ” Il semblait embarrassé, et à ces mots, Alexis releva la tête dans sa direction, les yeux encore humides. Puis, elle baissa la tête, et murmura “ C’est moi, tu as raison quand tu dis que je me fie trop aux apparences… ” Jake esquissa un sourire. “ D’un côté, ça peut être une bonne chose, sinon t’aurais pas essayé de me retrouver. ”

– Fin du Flash Back –


Cette deuxième altercation s’était finalement bien terminée. Une fois calmés et réconciliés, Alexis lui avait demander de faire un bout de chemin avec elle, chose qu’il ne refusa pas. Et au moment de se dire au revoir, ils s’étaient échangés leur numéro, tous deux dans le parfait rôle des adolescents. Une fois rentrée chez elle, Alex’ s’était remémorée toute la scène. Et une fois de plus, elle trouvait qu’il avait raison, à propos des apparences. Mais que dans le fond, elle n’avait pas si tord que ça. Il était impulsif, certes, froid aussi, mais il semblait cacher une certaine tendresse. Une carapace sans doute, mais dû à quoi ? Elle l’ignorait. Néanmoins, elle n’y songea pas davantage, plutôt heureuse de pouvoir rester en contact avec lui. Il avait ce quelque chose qui l’attirait, tel un aimant. Ce n’était pas un coup de foudre, c’était une envie bien plus profonde que ça, quelque chose d’inexplicable. Mais une envie de possession, de reconnaissance. Elle voulait le connaître davantage. Peut-être parce que, dans un sens, elle avait toujours rêvé de vivre une vie normale, loin de la manipulation de l’argent. Il l’avait blessé dans sa fierté, elle en avait fait de même, mais étrangement, elle ne lui en voulait pas, non pas qu’elle en redemandait, mais plutôt qu’elle était désireuse de connaître un nouveau monde, mais aussi désireuse de connaître quelqu’un comme lui. Il avait l’air d’avoir certains principes, et des valeurs, qu’eux, les Élites, ne connaissaient pas.


Dernière édition par Alexis K. Brighton le Sam 18 Fév - 11:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Queen A.
▬ Would you stay if she promised you heaven ?

Queen A. ▬ Would you stay if she promised you heaven ?


★ MESSAGES : 568
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 719
★ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow *O*

more

A propos de moi
ÉTOILES:
67/100  (67/100)
DISPONIBILITÉ EN RP: Disponible !
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Alexis K. Brighton Mer 8 Fév - 17:49

“ Rien que toi, rien que moi, faits de fièvre et d’envie. ”

Seulement quatre jours s’étaient écoulés depuis sa dernière rencontre avec Jake. Seulement quatre jours, mais quatre jours qui lui semblaient une éternité. Étrangement, elle n’avait cessé de penser à lui. Il faut croire qu’elle attirait les mauvais garçons, ceux qui d’ordinaire, étaient repoussants, d’un point de vue féminin. Nathaniel, était un coureur de jupons, et elle en était tombée amoureuse. Peut-être était-ce parce que finalement, elle le connaissait mieux que quiconque ? Ou alors qu’inconsciemment, elle savait qu’il pouvait être quelqu’un de bon. Était-ce semblable pour Jake ? Un dealer, sorti tout droit des bas quartiers, possédant un faible pour les bagarres et les répliques cinglantes. Mais ce côté qu’il lui laissait entrevoir, oui, ce côté doux, ce sourire si sincère lorsqu’il était mérité, et cette attention particulière dans certains de mots qu’il lui avait prononcé.

Enfermée chez elle depuis ce fameux jour, son père absent pour voyage – comme toujours – cela faisait déjà quelques jours qu’elle était désireuse de lui envoyer de ses nouvelles, et pourquoi pas, l’inviter dans ses appartements. Néanmoins, le côté fier de Lexis la retenait, oui, elle attendait qu’il fasse le premier pas. Mais plus les minutes défilaient, plus elle perdait patiente. Elle tournait en rond dans sa chambre, faisant les cents pas, attendant une réponse divine, un miracle. Rien. “ Oh et puis merde ! ” lâcha-t-elle avant de s’emparer de son téléphone. Elle ouvrit le clapet, alla dans son répertoire, jusqu’à la lettre “ J ”, option, envoyer un message.


Citation :
Que dirais-tu d’un repas, digne d’une gosse de riche telle que moi ? C'est à l'Upper East Side. 1122 5th Ave Alexis.

Petit pique, naturel, sans arrière pensée. Un petit jeu, qu’elle se décidait d’instaurer. Bien que ce message ressemblait plutôt à un rendez-vous, elle espérait fortement qu’il n’arrive pas à lire entre les lignes d’un texto, lui qui le faisait si bien dans un face à face. Pourtant, elle s’imaginait d'innombrables réponses de sa part, enfin, s’il daignait à lui répondre. Mais elle était lui de se douter qu’il était toujours et indéniablement plein de surprises. Il ne mis pas bien longtemps à répondre, et lorsqu’Alexis sentit son téléphone vibrer dans ses mains, elle ne put s’empêcher d’adresser une petite prière envers les puissances supérieures.


Citation :
C’est un rencard ? J’arrive dans vingts minutes. Je m’attends à la petite tenue assortie du dernier Chanel. Jake.

Sourire. Il était plein de surprises. Et même si Jake semblait différent de tous ceux qu’elle côtoyait, il n’en restait pas moins un homme. Et qui plus est, il rentrait dans son jeu. Rien n’était gagné, mais rien n’était perdu pour autant. Alex’ lisait et relisait son message, de long en large. Elle se sentait rougir, elle sentait une étrange chaleur l’envahir – elle était gênée mais aussi apeurée de ne pas pouvoir savoir à l’avance ce qui allait se passer – Impatiente, elle s’assit sur son lit et regardait dorénavant les minutes défilées.

“ Ce fut sans doute à partir de ce simple texto que notre histoire commença. Comme un rêve, je m’endormais, comme un cauchemar, je sombrais. Je le désirais au plus haut point. J’étouffais. ”

Les cinq premières minutes lui semblaient une éternité. Et c’est ainsi que Lexis se décida enfin à appeler le traiteur de l’immeuble afin de commander un riche repas, et bien que désireuse de se faire connaître, son choix se dirigea vers un plateau de sushi : soupes, salade, riz et un assortiment de plusieurs pièces. Tandis qu’elle attendait sa livraison, elle reçut un appel de l’accueil, lui signalant qu’un invité l’attendait. Alexis donna son accord pour que Jake puisse se rendre à ses appartements. “ Bonsoir. ” lâcha-t-elle tout en ouvrant la porte à son convive. Il lui répondit par un sourire avant de pénétrer dans la pièce. “ Eh bien, je n’aurais jamais cru être baigné un jour dans un tel monde. ” “ Tu t’y habitueras. ” rétorqua-t-elle avant d’ajouter “ J’espère qu’un jour, toi aussi, tu me montreras ton univers… ” “ Un jour ” répondit-il avec un large sourire. Alexis soupira face à cette réponse. Toujours aussi mystérieux, toujours aussi difficile à cerner. “ Et tu vis toute seule ici ? ” demanda-t-il tout en balayant l’immense salon du regard “ Non, je vis avec mon père, pour l’instant. Je suis à la recherche d’un nouvel appartement, histoire de… m’éloigner de tout ça. ” “ Pourquoi donc ? Ce monde qui est le tiens n’est plus à la hauteur de tes attentes ? ” Il lui avait balancé cette phrase, naturellement, bien qu’elle pouvait lire une pointe de moquerie dans son regard. Pour cette fois, elle n’avait pas réellement envie de parler de ce côté “ sombre ” de son histoire. “ On peut dire que cet univers n’est pas aussi parfait qu’il le laisse paraître. On a tous notre côté sombre. ” Bien évidemment, ce bout de phrase était adressé à Jake. Lui aussi avait son côté sombre, celui qu’elle avait découvert par hasard dans Central Park. Ce dernier ne répondit rien, bien trop fier pour répondre à un tel pique. Alors, Alexis ajouta “ Tu peux poser tes affaires sur le canapé. ” Il s’exécuta. Quelqu’un toqua de nouveau à la porte, cela devait être le traiteur. Comme toujours, cela n’avait pas été long. Pendant que Lexis se dirigeait vers la porte, elle adressa un dernier mot à Jake “ J’espère que tu aimes le poisson cru ! ” Quelques secondes plus tard, la blondinette réapparu avec sa commande. Il n’ajouta rien, sans doute satisfait par la plat qui lui était présenté sous ses yeux.

Pendant ce repas, Alexis s’était aperçue qu’il s’accommodait très bien des baguettes et qu’il avait l’air de s’y connaître en nourriture asiatique, ce qui la rendait d’autant plus satisfaite. Ils s’étaient installés sur la table basse du salon, côte à côté, tout en gardant une certaine distance l’un de l’autre. Ils parlaient de tout, de rien, mais pas réellement de chacun, du moins jusqu’à ce que les paroles anodines s’épuisent. C’est ainsi que Jake lui conta un peu son histoire. Il était originaire du Texas, il avait une petite sœur, et s’il s’était rendu à New York, c’était par obligation professionnelle de son père, qui mourut un an après leur arrivé dans cette ville. Pour finir, il lui avait avoué que s’il vendait de la drogue, c’était pour payer les études de sa petite sœur, car l’enterrement de leur père leur avait tout coûté. Alexis était extrêmement touchée par cette histoire, et elle ne pu s’empêcher de poser sa main sur cette de Jake, geste qui la fit frissonner. “ T’es une des rares personnes qui connaît toute cette histoire, surtout la dernière partie. ” Il ne semblait plus tellement affecté par son passé, du moins en apparence. Il se montrait fort, sûrement pour sa petite sœur. “ Je suis ravie et très touchée que tu te confies à moi. ” répondit-elle, mince sourire aux lèvres.

Jake planta son regard dans celui d’Alexis, et la dévisagea quelques secondes “ Et toi, quel est ton côté sombre ? ” La blondinette grimaça, bien que peureuse de ce que Jake pourrait penser d’elle, elle hésita un instant avant de se lancer. “ Si seulement il n’y en avait qu’un ! ” lâcha-t-elle dans un rire jaune. “ Pour commencer, ma naissance… Ma mère est morte en me mettant au monde, et pour ça, mon père m’en a toujours voulu. Je n’ai pas réellement connu la joie d’une famille telle que toi tu l’as connu. ” Premier point sombre, et ce n’était pas fini. Plus Alexis avançait dans sa discussion, plus elle se sentait à l’aise de lui raconter son histoire. Même si elle n’osait pas le regarder, de peur de voir ses réactions. Elle lui parla de Nathaniel, son ami d’enfance, elle lui parla de Helena, sa meilleure amie, mais sans lui conter ce qu’il se passait réellement derrière le rideau : elle et son ex petit ami, elle et ses mauvais côtés. Non au lieu de cela, elle lui parlait de quelques anecdotes qui lui semblaient être de bons souvenirs, tel que ses jeux avec Nathaniel, ses soirées pyjama avec Helena, sa première cuite sans incidence, la première fois qu’elle a fait l’école buissonnière, et bien d’autres encore… Jake l’écoutait en silence. Parfois, elle l’imaginait sourire, lorsqu’elle le sentait bouger à côté d’elle, parfois, elle l’imaginait grimacer, lorsqu’elle entrait dans des détails un peu trop crus.

Ils ne faisaient plus attention à l’heure qui défilait. Un voile sombre avait recouvert la ville de New York, et les seules étoiles que l’on pouvait apercevoir de la fenêtre, étaient celles des immeubles encore illuminés. Il se faisait de plus en plus tard, et une ambiance étrange s’installait dans la pièce. “ Bon, je ferais mieux d’y aller. ” lâcha-t-il en se levant du canapé. Alexis ne s’y attendait pas du tout. Elle qui l’avait pourtant senti en confiance, il s’était, encore une fois, revêtu de son masque. “ D-Déjà? ” demanda-t-elle, légèrement bégayante. Mais avant qu’il ne puisse répondre quoi que ce soit, elle lui attrapa la main et releva la tête afin de plonger son regard dans le sien. Jake semblait mal à l’aise, et surtout nue devant elle, essayant de ne pas faire paraître la moindre émotion. Mais à ce contact, qui n’aurait pas été déstabilisé ?

Jake porta sa main libre à son front, ne rejetant pas le geste d’Alexis, et soupira “ Je le savais qu’à la première fois où je t’ai vu que tu étais différente. Je le savais, qu’au premier regard que j’ai posé sur toi, que ça finirait ainsi. Mais je ne peux pas te donner ce que tu attends de moi. ” murmura-t-il “ Je ne suis pas quelqu’un pour toi. Cet univers… Je ne peux pas te l’offrir. Je ne pourrais jamais. ” dit-il tout en montrait le lieu dans lequel ils se trouvait avant de lâcher sa main. “ T’as raison, tu ne pourras jamais m’offrir tout ça, mais je crois bien que la seule chose que l’on ne trouve pas dans mon monde, comme tu dis, c’est bien des sentiments réciproques, et purs. ” répondit-elle, presque suppliante pour qu’il ne la rejette pas après ce qu’il venait de lui avouer. Peut-être que ces derniers mots avaient été la sorte de déclic dans l’esprit de Jake. Tellement d’images hantaient dorénavant ses pensées, des choses qu’elle pouvait lui dire, encore, et encore, mais avant qu’elle ne puisse ajouter quoi que ce soit, il avait exaucé son vœux. C’était bel et bien ses lèvres qu’elle avait senti sur les siennes. Un premier baiser. Il était bref et rapide. Si rapide qu’elle en avait oublié de fermer les yeux. Enfin, il faut croire que bien souvent, les premiers baisers sont une expérience un peu ratée, quoi que magnifique en eux-mêmes. C’était un sentiment qu’elle n’avait pas ressenti depuis longtemps. Un cœur qui bat la chamade, des mains moites et tremblantes, le souffle coupé, et cette sensation de perdre pied…

Il venait de la renverser sur le canapé, à présent au dessus d’elle, Jake semblait bouillir littéralement. Il n’était pas vêtu de grand chose pourtant, sa chemise simple n’était pas un polaire. Elle sentait sa peau brûlante désormais contre la sienne. Le désir qu’ils ressentaient était sans doute plus charnel qu’ils ne l’auraient voulu – non pas qu’il ne se sentait pas prêt, mais plutôt dépassé par ses sentiments – Elle réagissait à ses baisers, ses caresses, dans son cou, le long de corps, sous ce top qu’il n’avait pas hésité à relever pour entrevoir sa peau nue. Puis, il se stoppa net. Il releva la tête et regarda Alexis droit dans les yeux. “ Arrête-moi si je vais trop loin… Je ne veux pas brusquer les choses. Peut-être que tu ne veux pas, ou que tu n’es pas prête… ” finit-il par dire. Alexis le dévisagea un instant. C’était bien la première fois qu’on lui demandait son avis. Elle était maintenant partagée entre deux sentiments. Mais le désir l’emportait. Et, en guise de réponse, Alexis commença à déboutonner la chemise de Jake jusqu’à la détacher complètement et pouvoir la lui ôter. Puis, comme s’il répondait à un besoin primaire et à la fois bestial, il l’embrassait plus fort qu’auparavant, la pressant contre son torse, glissant ses mains sur ses hanches nues. Il finit par lui enlever son top, afin d’y découvrir entièrement sa peau. Répondant à son geste, elle continuait elle aussi de le découvrir en enlevant sa ceinture, avant de s’attaquer au bouton et à la fermeture de son pantalon. Cette nuit avec Jake avait été bien différente de celle qu’elle avait pu passer avec Nathaniel. Et même si, tout comme lui, il n’avait pas prononcé les mots magiques, cela ne l’avait pas autant atteint qu’autrefois. Sans doute parce que cela aurait été jugé trop tôt. Mais cette nuit avait été la première de bien d’autres nuits.

Et même si cette nuit n’était pas identique à un souvenir d’une première fois, elle avait été aussi savoureuse et magnifique. Encore une fois, elle était tombée amoureuse, chose qu’elle pensait alors jusque là, impossible. Mais elle n’était pas encore décidée à lui dire ces deux petits mots, timide, peureuse que ce ne soit pas réciproque, même s’il lui avait montré le contraire, elle préférait rester sur ses gardes, jusqu’à ce qu’il fasse le premier pas. Mais au fond de lui, oui, elle l’entendait déjà prononcer ces mots. Il avait cette attention envers elle qui voulait tout simplement tout dire, et même si cela paraissait parfois maladroit, elle avait le sentiment de le connaître.


Dernière édition par Alexis K. Brighton le Sam 18 Fév - 11:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Queen A.
▬ Would you stay if she promised you heaven ?

Queen A. ▬ Would you stay if she promised you heaven ?


★ MESSAGES : 568
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 719
★ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow *O*

more

A propos de moi
ÉTOILES:
67/100  (67/100)
DISPONIBILITÉ EN RP: Disponible !
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Alexis K. Brighton Mer 8 Fév - 17:49

“ les premières étincelles de ton univers. ”

Trois semaines s’étaient écoulées, et Alexis et Jake filaient le parfait amour. Enfin, si le mot “ parfait amour ” s’apparentait à resté caché au monde qu’entourait la blondinette. Même si Jake en faisait parfois quelques allusions, la blondinette s’arrangeait toujours pour détourner le sujet, et en aborder un autre. Alexis lui offrait chaque jour, un peu plus de son histoire. Elle lui avait finalement raconté son histoire avec Nathaniel, et surtout, comment cela s’était terminé entre eux – cet horrible quiproquo qui lui laissera sans doute toujours ce goût amère dans la bouche – Il ne l’avait pas repoussée, car elle s’était montrée réellement sincère envers lui en lui avouant ses erreurs. Elle lui avait aussi raconté son année de terminale, celle où elle était devenue une vraie salope, celle qui n’en avait plus rien à faire de rien, et qui faisait tout et n’importe quoi. Et lorsqu’elle lui avait balancé tout cela, Jake n’avait même pas semblé choqué. “ Si c’est ton passé qui t’a forgé, alors je suis fier de l’entendre, car c’est grâce à lui que j’aime la fille que tu es devenue aujourd’hui. ” lui avait même t-il dit. Non seulement il l’acceptait, mais elle s’était aussi rendue compte qu’il l’aimait réellement pour ce qu’elle était. Une chose bien rare dans le milieu dans lequel elle avait grandie.

Petit à petit, ils se découvraient, Alexis lui parlait beaucoup de son quotidien, mais cependant, elle n’abordait pas un sujet : le fait que si son père découvrait sa relation, elle serait forcée de ne plus donner signe de vie. C’était une chose qu’elle appréhendait plus que tout. Et elle savait que si cela arrivait, la fierté de Jake reprendrait le dessus sur le histoire, et même malgré les sentiments, les évènements seraient alors irréversibles. Mais elle se disait que si elle quittait l’appartement, elle aurait davantage de liberté dont son père ne pourrait se rendre compte.


Citation :
Je t’avais dis qu’un jour je te montrerais mon univers. Rdv 11:00am à Brooklyn au Snyder ave – 57rd.


Ce fut un réveil tellement agréable que de découvrir à sa lecture qu’elle allait enfin connaître le monde de son prince. En ce jour, New York paraissait si chaleureux et ensoleillé. Alexis ne tarda pas à sortir de son lit pour aller prendre son petit déjeuner : un mocha et des fruits frais, comme d’habitude. La jeune fille avait décidé de s’habiller plutôt soft aujourd’hui, histoire de se fondre un peu dans la masse. Elle avait opté pour un short en jean clair, un t-shirt blanc et des baskets en toile fine. Bref, quelque chose de léger et sans marque apparente ne laissant pas deviner au premier abord son origine. Elle voulait se montrer naturelle, tout en étant élégante.

La seule chose qui ne changea pas des habitudes de la blondinette fut le moyen de locomotion. Il était hors de question qu’elle échange le confort du taxi contre le métro. Lorsqu’elle arriva enfin sur place, Jake l’attendait à l’adresse indiquée. Heureuse de le retrouver, elle affichait un large sourire tandis qu’il lui ouvrait la portière, tel un vrai gentleman. Une attention dont elle raffolait. Une fois le taxi réglé et reparti, elle se jeta dans ses bras et déposa rapidement un baiser de bonjour avant de le couvrir de maintes autres dans son cou. “ Juste une précision, ne parle pas de mes activités à ma mère, et encore moins à Hayden, ma sœur. ” murmura-t-il dans son oreille. Alexis qui s’était soudainement arrêtée, répondit d’un simple hochement de tête. Puis, le couple pénétra dans l’immeuble.

Jake habitait avec sa mère et sa sœur dans un appartement plutôt modeste et traditionnel mais qui laissait échapper une atmosphère accueillante. Alexis avait désormais une boule au ventre tandis qu’elle entrait, pour la première fois, dans son logis. Il s’avança dans le couloir tout en criant “ On est là ! ” tandis que la blondinette lui emboîtait le pas. Au bout de ce couloir se trouvait un petite pièce, le salon, où se trouvait donc les deux autres maîtres de ces lieux. La mère de Jake était assise sur une des chaises de ce qui devait être la salle à manger. Elle se tenait droite, mais semblait très fatiguée. Son teint était pâle et son visage fin était marqué par les douleurs du passé. Alexis repensait alors à ce que Jake lui avait raconté à propos de son père. Et en voyant sa mère dans cet état là, elle compris alors les difficultés qu’ils avaient endurés. Derrière sa mère se trouvait sûrement Hayden, la petite de sœur de Jake dont il lui avait tant parlé. Elle était aussi mignonne que son frère, et lui ressemblait trait pour trait. Ils avaient le même visage, fin aux traits délimités, et les mêmes yeux bleus au regard profond. “ Bonjour ! ” lâcha finalement Alexis dans un moment d’entrain, le sourire aux lèvres, réellement heureuse que Jake lui présente sa famille. Elle s’avança devant les deux femmes, d’abord devant sa mère avant de continuer “ Je m’appelle Alexis, ravie de vous rencontrer Mrs Wright. ” “ Tout le plaisir est pour moi. Je suis heureuse de rencontrer enfin la jeune fille dont Jake me parle sans arrêt. ” répondit Mrs Wright sur un ton moqueur, histoire de taquinner son fils. Jake lâcha un soupir, mais ne répondit rien, au grand étonnement d’Alexis. Lui qui avait l’habitude d’envoyer des répliques cinglants, il était totalement différent en présence de sa mère. Puis elle se tourna vers Hayden “ Tu dois être Hayden, Jake m’a beaucoup parlé de toi. ” “ Maman a tout dit, à nous aussi il nous parle sans arrêt de toi. ” renchérit Hayden, histoire d’en rajouter une couche. Mais cette fois Jake ne laissa pas la place au silence “ N’exagère pas non plus, c’est vous qui me harceliez de questions. ” Alexis ne put s’empêcher de sourire. Cette première approche l’avait finalement mise à l’aise dans la seconde où sa mère lui avait adressé la parole. Ils semblaient être une famille soudée – malgré les cachoteries de Jake – et de s’en sortir comme ils le pouvaient.

Le repas se déroula sans encombres, bien qu’Alexis était fusillée de questions. Par exemple, d’où venait-elle, où habitait-elle, où allait-elle étudier, etc. La jeune fille avait décidé de jouer franc jeu, malgré les gros yeux envieux d’Hayden, qui ne s’empêcha pas de le faire remarquer “ Tu as la vie dont toutes les jeunes filles rêvent Alexis ! ” “ Si tu aimes être bercé de mensonges, en effet c’est la vie rêvée Hayden. ” coupa Jake. Alexis lui lança un regard noir, mais il l’ignora complètement et continua à picorer dans son assiette. Cette réplique laissa place à un blanc dans la salle à manger. A présent gênée, Alexis désirait s’éclipser quelques instants. Considérée parfois comme une mauvaise manière, elle ne s’interdit pas pour autant de prendre son assiette ainsi que ses couverts pour aller les débarrasser dans la cuisine. Tandis qu’elle déposait la vaisselle dans l’évier, elle entendait très bien la conversation qui avait lieu dans la pièce d’à côté. “ Tu aurais pu y aller avec des gants Jake, c’est tout de même le milieu de ta copine. ” dit sa mère “ Elle le dit elle-même qu’elle est baignée dans l’hypocrisie. ” rétorqua-t-il. En entendant cela, Alexis soupira, déçue par les paroles de son propre copain. Quelques bruits de vaisselles, puis de nouveau le silence. Lorsque Lexis tourna des talons afin de regagner la pièce principale, Hayden se trouvait dorénavant dans la cuisine, plats à la main. Elle lui adressa un sourire avant d’avancer pour de nouveau s’arrêter au niveau d’Alexis. “ Tu n’es pas faite pour lui, je te conseille de le quitter avant de ne faire plus de dégâts. ” murmura-t-elle avant de lâcher les plats qu’elle tenait dans ses mains pour qu’ils éclatent en mille morceau sur le sol carrelé de la cuisine. Quelques secondes après, Jake venait de pénétrer lui aussi dans la cuisine, l’air interrogateur, attendant des explications. Hayden regarda son frère et pointa Alexis du doigt tout en déclarant “ Elle m’a bousculé à cause de ce que j’avais dis. Elle a dit que c’était à cause de moi que tu avais réagis comme ça ! ” Puis Hayden tourna des talons et fit face à Alexis, sourire aux lèvres, le regard explicite qui vous dit “ dénonce-toi où tu vas le regretter. ” Prise un peu de panique sur le coup, Alexis n’allait cependant pas se laisser faire. Mais à quel prix… “ Quoi ? Non c’est toi qui a tout lâché sous mes yeux. ” “ C’est bon Alex’, je comprends que je t’ai énervé mais ce n’est pas une raison pour te venger sur ma sœur. ” lâcha-t-il calmement tout en ramassant les éclats sur le sol. En temps normal, il n’aurait jamais été aussi calme, non il serait parti en vrille, elle connaissait son tempérament. “ Non, je te jure que c’est pas moi. ” “ C’est bon arrête ! Ok ? Allez, va prendre tes affaires je te retrouve dehors. ” “ Mais… ” “ S’il te plait, Alexis. ” Hayden adressa un large sourire à sa rivale avant de regagner la salle à manger. N’ajoutant rien, la blondinette tourna des talons et alla chercher ses affaires sous le regarde interrogateur de Mrs Wright qui ne semblait pas avoir comprit la situation. Et c’était tant mieux. Alexis s’excusa et fit un au revoir bref avant de quitter l’appartement.

Quelques minutes plus tard, après avoir ramassé les dégâts, Jake avait rejoint Lexis devant la porte. “ Qu’est-ce qui t’a pris de faire ça ? ” demanda-t-il, irrité. “ Jake, je t’assure que je n’ai rien fait. J’étais tellement heureuse de connaître ta famille, pourquoi aurais-je fait une chose pareil ? ” “ Par jalousie je présume, le fait de découvrir qu’ailleurs il y a des familles bien plus heureuse que la tienne. ” rétorqua-t-il. Bouche béante, outrée par ces paroles, Alexis ne savait pas quoi ajouter. Sauf le fait qu’il se trompait réellement. “ Tu te trompe… Mais bon, quoi que je puisse dire, tu ne me croiras jamais, alors qu’est-ce qu’on fait, si tu n’as pas confiance en moi ? ” finit-elle par dire, la voix tremblante, et la mine triste. Il n’aimait pas la voir dans cet état, c’était certain. Ce fut sans doute pour cela qu’il ne put s’empêcher de la prendre dans ses bras et de lui murmurer “ On oublie ce qui s’est passé, d’accord ? Je ne peux pas choisir entre ma sœur et toi, alors je préfère fermer les yeux pour cette fois. ” Totalement impuissante, Alexis ne put qu’acquiescer à ces paroles, qui avaient un fond de vérité. Non, il ne pouvait pas choisir entre sa sœur et elle, elle pouvait le comprendre, même s’il y avait des limites à ne pas dépasser, à croire qu’il ne les avait pas encore franchie, ou alors qu’elle était bien trop amoureuse pour se risquer à le perdre. “ Je vais t’appeler un taxi, on se voit ce soir. Je parlerais quand même avec Hayden. ” dit-il finalement en relâchant son étreinte, cherchant à la rassurer. Alexis laissa apparaître un mince sourire, bien que très peu sincère. Lorsque le taxi arriva, Alexis déposa un simple et chaste baisé sur les lèvres de Jake avant de monter en voiture.


Dernière édition par Alexis K. Brighton le Jeu 9 Fév - 2:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Queen A.
▬ Would you stay if she promised you heaven ?

Queen A. ▬ Would you stay if she promised you heaven ?


★ MESSAGES : 568
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 719
★ LOCALISATION : Somewhere over the rainbow *O*

more

A propos de moi
ÉTOILES:
67/100  (67/100)
DISPONIBILITÉ EN RP: Disponible !
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Alexis K. Brighton Mer 8 Fév - 17:49

“ Ne cache pas à ton ami ce que ton ennemi sait. ”


Citation :
J’ai eu une longue discussion avec Jake, il a failli me soupçonner, mais j’ai réussi à le convaincre du contraire. Après tout, il a toujours connu sa sœur pure et honnête, pourquoi plus maintenant à cause d’une fille comme toi ? Tu vas payer pour ça Alexis. Et tu n’auras plus d’autre choix qu’arrêter de voir mon frère. Je me suis bien renseignée sur toi, et j’en sais suffisamment pour te faire couler. Tes minutes sont comptées.
Hayden.

Deux jours après avoir reçu ce message, Alexis s’était retrouvée sur le blog de Gossip Girl, une personne qui, depuis les vacances, et dont on ignore l’identité, s’amuse à poster la vie intime des jeunes de New York sur son blog. Comment avait-elle connu ce blog ? Un message de Helena, la fille la plus au courant des mœurs qui se déroulent dans cette ville. Cependant, elle lui avait bien fait comprendre dans son message qu’elle était déçue d’apprendre cette vérité sur un blog, mais qu’elle lui envoyait tout de même par amitié, chose dont elle ne ressentait pas la réciprocité à ce moment de la part d’Alexis. En même temps, à la vue de l’article, à qui pouvait-elle en parler ? C’est vrai que Chels’ était sa meilleure amie, mais elle faisait partie aussi de ce monde de paillettes. Alexis avait préféré se terrer dans le silence. Mais c’est vrai qu’au bout d’un moment, elle n’aurait pu continuer à mentir à tout le monde, ni à Helena, ni à son entourage, ni à rien père. Et même si jusque là, elle n’était pas encore apparue dans ce fameux blog, parce qu’elle menait une vie bien rangée, tout le monde connaissait son passé, et à présent, tout le monde connaissait sa situation actuelle.



Citation :
Salut jeunesse dorée de Manhattan. Ici Gossip Girl. Aujourd’hui, j’ai le scoop du siècle pour vous. Une de mes meilleurs indique, The MANIPULATE vient de m’envoyer cette info : Alexis K. Brighton, repérée à Central Park dans les bras d’un inconnu. Mais rassurez vous, les inconnus ne font pas profil bas bien longtemps. Il semblerait que ce mystérieux étranger soit le nouveau chevalier servant de notre Queen A., un pecno des bas quartiers. Quelle honte pour une famille si réputée que la sienne. Je me demande ce que vous en pensez. Et si vous ne me croyez pas, regardez par vous-même ! The MANIPULATE nous a envoyé un bien jolie preuve ! Merci pour la photo H.


“ Tout s’est enchaînée. Je n’avais pas revu Jake depuis le message que m’avait envoyé Hayden. J’ignore comment elle a eu mon numéro, mais je ne pense pas que ce soit son frère, il a des contacts bien trop suspects pour lui laisser son téléphone. J’étais alors sortie retrouvée Helena pour tout lui dire et me faire pardonner du mieux que je pouvais. Mais, à peine j’étais rentrée chez moi que mon père m’attendait de pied ferme. ”


Il était là, assit sur la banquette du salon, un magazine sur les genoux. Il lui jeta un regard noir, balançant le magazine sur la table basse. Alexis était passée du blog à un article dédié qui avait pour titre “ De Brighton à Brooklyn, il n’y a plus de pont. ” Une bien jolie métaphore pour une page enflammée dénigrant sa famille. “ Tu es fière de toi ? Maintenant on héberge ces pauvres gens de Brooklyn ! Je pensais que pendant l’été tu aurais compris l’importance de porter un tel nom, mais je me suis trompé sur ton compte, une fois de plus. Je te préviens, je ne veux plus voir ta tête dans les magazines ou je te coupe les vivres et te renie. ” Alexis n’avait pas encore ôté ses affaires que son père lui jetait ce dialogue à la figure. Face à son père, elle ne pouvait rien dire, rien faire, il la tenait telle une marionnette, il faisait ce qu’elle voulait d’elle, parce qu’il était son père, parce qu’elle était une Brighton, une famille des plus imposantes dans cette ville. “ Oui, pa-pa. ” Elle connaissait les risques, et elle les avaient accepté. Seulement, elle ne s’était pas préparée à ce jour, bien trop heureuse de vivre pleinement son histoire d’amour. Jake aussi l’avait prévenu, pas tout à fait de la même façon. “ Je veux que tu arrêtes de voir ce garçon, efface son numéro de ton téléphone, et ne cherche pas à le retrouver. ” Il marqua une courte pause avant de reprendre. “ Tu vas quitter la ville pour le mois qu’il te reste de vacances, ça me permettra de ne pas repasser derrière toi pendant un moment. ” Alexis acquiesça, sagement. Elle savait que son père était capable de choses horribles parfois. Et elle ne voulait pas qu’il s’en prenne à Jake, non pas à cause d’elle. “ Et tu abandonnes l’idée de te trouver un appartement. Tu resteras ici jusqu’à ce que tu auras pris conscience de ton identité. ” finit-il, enfin. De nouveau, Alexis acquiesça. Alors qu’elle commençait à prendre la direction de sa chambre, elle s’arrêta en chemin, puis, sans regarder son père, demanda “ Juste une question, qui a donné cette info aux journalistes ? ” “ Une jeune fille. Mais je ferais le nécessaire pour pas que la nouvelle se propage. ” Alexis releva la tête, regarda son père, les yeux rouges, laissant les larmes couler le long de ses joues. Silence. Puis, elle reprit sa route pour aller s’enfermer dans sa chambre.

Son dernière mois d’été, Alexis le passa non pas dans les Hamptons, mais à Paris, en France. Là, elle savait qu’elle ne ferait rien de déplacé aux yeux de son très cher père. Helena l’avait finalement rejoint quelques jours après, présente, comme toujours, pour lui remonter le moral. Étaient donc au rendez-vous ces bonnes vieilles habitudes dignes d’une vie de princesse avec ses activités réservées à la haute bourgeoisie. Bien qu’elle avait eu un peu de mal à lui pardonner ses cachoteries, Helena s’était montrée très présente, même si bien souvent, le soir, elle préférait sortir et reprendre ses traditionnelles chasses à l’homme tandis qu’Alexis restait seule dans sa chambre d’hôtel, devant des bons vieux films d’amour. Elle n’avait reçu aucun message de Jake, peut-être qu’Hayden l’avait convaincu qu’elle n’était pas faite pour lui, peut-être qu’il lui était arrivé quelque chose. Elle l’ignorait. Ce qu’elle espérait, au plus profond d’elle, c’était de le retrouver un jour. Enfin, si seulement son père n’était pas aussi obsédé par son nom. Si seulement les choses étaient différentes. Il ne se passa pas une journée, jusqu’à la fin des vacances, sans qu’Alexis pense à Jake. Chaque jour, elle s’imaginait son retour à New York. Comment tout ceci allait se dérouler ? Alors qu’elle était perdue dans ses pensées, une fois de plus, seule ici dans cette chambre, son portable vibra. Pensant d’abord que c’était Helena, la blondinette soupira. Mais lorsqu’elle vit ce numéro inconnu, une curieuse sensation vint l’envahir.


Citation :
Salut ! Je sais que ça fait un an que l’on ne s’est pas parlé, j’ai été un peu bête de ne pas avoir voulu écouter tes explications, mais c’est du passé. Je rentre à New York demain, et je fais mon entrée à Columbia. J’ai appris ce qui s’était passé pour toi. Tu m’en parleras à ton retour.
Je t’embrasse, Nath’

Alexis tremblait de tout son corps. Le portable lui lâcha des mains et tomba au sol. Elle avait dorénavant un regard vide en direction du sol, repensant à toutes ces années.


Un mois à Paris pour se ressourcer. Elle y avait presque réussi. Mais il était temps de rentrer à New York, il était temps pour elle de faire son entrée à Brown. Un nouveau départ. On pourrait presque le croire, seulement, retrouver les mauvaises habitudes n’est qu’une question de temps. Comme son père l’avait souhaité, elle n’avait pas cherché à retrouver Jake, pour l’instant. Ce qu’elle cherchait avant tout, c’était devenir plus forte, pour qu’un jour, elle puisse monter tête à son père. Si le choix venait à se reproduire, elle ne referait pas le même. A rester seule le soir, elle avait eu le temps d’y songer. Quitter son cocon dorée ? C’était une idée complètement folle, mais elle avait déjà pris des risques, et elle le referait. En attendant, elle ferait comme son père l’avait décidé.

Mais l’avenir nous réserve bien des surprises… Et la question qu’il faudra se poser à ce moment là est “ Qu’est-ce que je dois faire ? ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé ”





more

MessageSujet: Re: Alexis K. Brighton Aujourd'hui à 0:02

Revenir en haut Aller en bas

Alexis K. Brighton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
index.gossipworld :: The early bird catches the worm. :: Justificatifs d'identités :: Ils sont prêts à ce que l'on parle d'eux-