AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Si je me cache c'est qu'au fond je veux que tu me retrouves.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage





Abyjust a beautiful liar


★ MESSAGES : 260
★ ICI DEPUIS : 01/09/2010
★ POINTS : 104
★ LOCALISATION : Derrière les flashs

more

A propos de moi
ÉTOILES:
73/100  (73/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Si je me cache c'est qu'au fond je veux que tu me retrouves. Sam 20 Aoû - 22:59

Muse & Abigail

Broadway ; New-York


    Voilà la photo que j'avais prise hier et que je venais d'envoyer à ma chère confidente et camarade de jeux, Muse. J'avais, depuis des jours, une irrépressible envie de parler. Je tournais en rond dans mon appartement depuis mon réveil. Je ne faisais rien qui pouvait me fatiguer mais j'étais quand même dans un état léthargique, traînant dans un jogging et un sweat large de l'université de New-York. Il fallait absolument que ce qui me hantait l'esprit, j'en parle. Je me rongais les ongles, continuant de tourner et retourner dans mon salon. Et si jamais j'avais fait une erreur en décidant de donner rendez-vous à Muse ? Jusque là on s'était tout confié mais là ... Aaaahh, j'avais la tête dans un état impossible et je me torturais l'esprit avec ces questions en plus !! Non, ça ne pouvait absolument pas durer ! J'étais dans cet état depuis des jours ! Insomnie, stress, ennui, jeun, cents pas ... Je me massais la tête en exerçant une forte pression sur mes tempes, espérant inconsciemment que cela dissiperait le brouillard qui envahissait ma tête. J'étais mal. Je devais aller mieux ! Il me fallait une chasse aux trésors avec la seule personne ayant la moindre petite chance de me comprendre.

    La photo envoyée par MMS à Muse n'était accompagnée que d'une mention : 12h. A 11h40, je quittais donc mon appartement. D'un faible élan de force ou de fierté, je me suis préparée à peu près comme il se doit. Vêtue d'une robe blanche légère et de chaussures compensées en tissu fleuri, je suis sortie dans les rues de New-York. Premier pas sur le trottoir et j'ai décidé de paraître plus assurée. Dès les premiers mètres je me savais convaincante. Il faut croire que dans l'Upper East Side, certaines choses ne s'oublient pas. Mon orgueil avait reprit le dessus et aux yeux de tous, depuis que j'avais mis le nez dehors, j'étais Abi, celle qui est prête à tout et n'a peur de rien. C'était parfait ainsi. Que la Abigail perturbée, faible et mal dans sa peau reste chez elle !!! Peu de temps plus tard, j'arrivais sous le panneau de la photo. Bref coup d'oeil à ma montre Gucci : 12h05. Muse n'allait pas tarder. Enfin, si elle trouvait mon panneau parmis la cinquantaine de panneau identique indiquant la rue la plus célèbre de Manhattan ...

    Par tous les dieux de la mode de New-York, Paris, Londres et Milan réunis, qu'est-ce que je pouvais avoir besoin d'elle !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: Si je me cache c'est qu'au fond je veux que tu me retrouves. Sam 27 Aoû - 12:38


Abigail & Muse
Hide you, I'll find you anyway.

Un samedi matin. Muse avait été tirée des bras de Morphée par le vibreur de son Iphone 4. En grognant, elle tira la couette sur son visage le temps de se réveiller puis étira son bras jusqu'à la table de nuit et attrapa la cause de la fin de sa nuit. C'était un SMS de Abigail. Ah Abi... Un sourire éclaira le visage de la jeune française. Le message comportait une photo d'un panneau marqué BROADWAY comme il y en avait partout dans New York et une mention : 12h. Leurs rendez-vous se fixaient toujours comme ça. Une manière de les relier à leur passion. La jeune femme jeta un coup d'oeil à son réveil : 10h30. "Putain Abi, tu fais chier, j'aurais le temps de te trouver à l'heure, surtout avec l'indice que tu m'as donné !", cria-t-elle même s'il n'y avait personne pour l'entendre.

Elle s'extirpa de son lit en soupirant, ôta sa nuisette en soie noire et fonça sous la douche. Une fois sortie, après s'être séché les cheveux et s'être maquillée d'un peu d'eye-liner noir et de mascara, elle lâcha sa longue chevelure brune et lisse puis revêtit une robe bustier rouge sang Versace et des escarpins à talons assortis Louboutin. Un pendentif d'onyx en forme de croix gothiques, des boucles d'oreilles assorties, de gros bracelets d'ébène et une montre en argent Chanel vinrent compléter sa tenue. Elle se contempla dans le miroir en pied de sa chambre. Son reflet la fit sourire : elle avait l'air d'une véritable diablesse et elle devait avouer que cela lui plaisait bien. Ensuite, elle passa dans sa cuisine où elle attrapa une pomme - rouge, bien sûr - au vol. Dans son entrée, elle prit sa pochette en cuir noir où elle fourra tout ce qu'on trouve dans un sac à main de fille, saisit ses clés de voiture, son blouson en cuir et partit à la recherche de son amie. Il était 11h35.

Quarante-cinq minutes plus tard, soit avec vingt minutes de retard et une bonne centaine de panneaux scrutés, elle finit par trouver Abigail. Muse gara sa voiture sur un emplacement juste à côté et sortit de sa voiture, prenant bien soin de la verrouiller. Elle rejoignit son amie, un grand sourire aux lèvres, finissant ce qui lui servait de petit-déjeuner. Il faut dire qu'elle était d'excellente humeur. Lorsqu'elle vit le visage de la jolie blonde, l'inquiétude pointa en elle. Un mélange de stress et de fatigue se lisait sur les traits de sa confidente. La brunette la prit dans ses bras en la serrant contre elle. "Hey ma belle, désolée pour le retard... Ca va ? Qu'est-ce qu'il se passe ? Viens, je t'invite à déjeuner, tu vas me raconter ce qui te tracasse." Elle la prit par les épaules et commença à l'emmener vers son restaurant italien préféré.
Revenir en haut Aller en bas





Abyjust a beautiful liar


★ MESSAGES : 260
★ ICI DEPUIS : 01/09/2010
★ POINTS : 104
★ LOCALISATION : Derrière les flashs

more

A propos de moi
ÉTOILES:
73/100  (73/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Si je me cache c'est qu'au fond je veux que tu me retrouves. Mar 30 Aoû - 19:08

    Ma délivrance arriva par l'apparition d'une espèce de déesse new-yorkaise vêtue de rouge, à la fois chic et choc. Pas de doute, c'était bien ma Muse !! Perchée sur ses hauts talons, elle s'approcha de moi avec un large sourire et une expression dans le regard montrant une profonde amitié. J'aimais cette capacité que nous partagions à déchiffrer rapidement l'humeur et les pensées de l'autre. Comme une connexion WiFi nous reliant en permanence. C'était aussi d'autant plus agréable dans les mauvaises périodes, où l'on avait pas besoin de parler pour faire comprendre qu'une confidence serait la bienvenue. Aujourd'hui était l'une de ces périodes. Et Muse était à la hauteur : la meilleure confidente que l'on puisse espérer. D'un élan affectueux elle me prit dans ses bras en disant ▬ Hey ma belle, désolée pour le retard... Ca va ? Qu'est-ce qu'il se passe ? Viens, je t'invite à déjeuner, tu vas me raconter ce qui te tracasse. Je ne savais pas si son sixième sens de confidente lui avait aussi indiqué que j'étais en sous-alimentation, en tous cas, elle m'emmena avec entrain vers le restaurant italien que nous fréquentions de temps en temps lors de nos sorties. ▬ Avec plaisir, ça me fera du bien. Mais on prend une table tranquille, à l'écart ... Il ne manquait plus que des voisins de table se délectent de mes récits personnels en plus !!

    Le restaurant était à quelques pas d'ici et lors de notre ballade, nous échangeâmes quelques regards complices accompagnés de sourires. Bras dessus, bras dessous, nous marchions d'un pas conquérant dans les rues de cette ville qui nous appartenait ou presque. Je repris confiance et me sentis prête à tout affronter. Jusqu'à la prochaine rechute ...

    A notre arrivée dans l'établissement, Muse échangea quelques mots avec le propriétaire et très vite, une des meilleures tables nous fut attribuée. Il s'agissait d'une petite table carrée recouverte d'une nappe blanche, disposée dans le fond du restaurant, au niveau d'un renfoncement du mur qui nous assurait tranquillité et discrétion. Parfait. Une serveuse souriante nous apporta les menus avec deux cocktails de bienvenue et une petite assiette de minis bruschettas pour l'apéritif ; tout ceci bien entendu offert par la maison. Les avantages de la naissance dans l'UES ! Alors que la serveuse était retournée à son service, je saisis mon verre et trinquai avec Muse en partageant un clin d'oeil complice. Après la première gorgée, je contrôlai ma nervosité et dit d'un ton détaché à mon amie ▬ Je suis désolée de pas t'avoir donnée de nouvelles ces jours-ci. J'étais pas au mieux de ma forme ... Je sentis alors que son regard insistant me demandait de développer un peu plus mon explication. Crispée, je repris donc une gorgée de mon cocktail avant de poursuivre ... ▬ Pour que tu comprennes tout, il faut que je remonte mon histoire à assez loin. Quelque chose que je t'ai caché ... Honteuse et tendue, je marquai une pause pour observer Muse. Je retins mes tremblements et attendis sa réaction anxieusement ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: Si je me cache c'est qu'au fond je veux que tu me retrouves. Mar 13 Sep - 20:04

Abigail était magnifique, comme d'habitude. Elle était vêtue d'une simple robe blanche et de superbes compensées fleuries. L'état de son amie inquiétait énormément Muse mais elle la connaissait parfaitement - sans parler de cette connexion mentale permanente - pour savoir qu'elle ne parlerait pas tant que qui que ce soit serait susceptible d'entendre le moindre mot. Alors, la brunette réfréna ses inquiétudes et ses questions et posa sa tête sur l'épaule d'Abi, se contentant d'échanger des regards complices avec son "journal intime" tout le long de leur trajet. Une fois arrivées dans leur petit coin de paradis italien, Muse prit le propriétaire à part pour lui demander la meilleure table. Un regard de biche et un sourire aguicheur plus tard, elles étaient installées et l'apéritif était servi. Les deux reines en titre de l'Upper East Side trinquèrent avec leurs mojitos. La blondinette but un coup avant de lancer la bombe du siècle au visage de Muse : elle lui avait caché quelque chose et, apparemment, c'était grave. Muse regarda Abigail en sentant l'angoisse monter en elle. Abi devait remonter loin dans son passé pour qu'elle comprenne tout. La sentant tremblante et au bord des larmes, Mademoiselle M. posa sa main sur celle de son amie, rassurante, tentant de contrôler le flot de peur qui la submergeait petit à petit. "C'est rien ma puce... Tu sais que tu peux tout me dire..." Elle vida son verre et en recommanda un autre, manga une bouchée pour se donner un air détaché et fixa les lèvres de sa voisine de table, redoutant l'instant où elles s'ouvriraient et les mots qu'elles allaient prononcer.

HJ : RP de merde, désolée...
Revenir en haut Aller en bas





Abyjust a beautiful liar


★ MESSAGES : 260
★ ICI DEPUIS : 01/09/2010
★ POINTS : 104
★ LOCALISATION : Derrière les flashs

more

A propos de moi
ÉTOILES:
73/100  (73/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: Si je me cache c'est qu'au fond je veux que tu me retrouves. Ven 23 Sep - 23:07

    Certaines choses sont tout de même plus facile que d'autres à avouer à une amie, aussi proche soit-elle de vous. Les problèmes de coeur, de travail, nos petites bêtises quotidiennes, les ragots, la nouvelle petite robe sur laquelle on a craqué, ... Et puis il y a les autres. Le genre de baleine lâchée dans une piscine aux eaux lisses et calmes. Un adieu, une faute grave, un mensonge qui traine depuis longtemps ...

    Muse posa sa main sur la mienne et j'esquissai alors un sourire, à demi-rassurée par son geste d'affection. Je faisais traîner les choses depuis trop longtemps. Ma confidente méritait la vérité, peu importe mon degré de honte et de trouillardise. Je commençai alors mes aveux, en fixant ses grands yeux remplis d'amitié et de tendresse : ▬ Tu connais déjà l'histoire de mon traumatisme suite à la mort de ma mère à mes 16 ans ; ma descente aux Enfers et mon débarquement à New-York. Mais ce que je t'ai caché c'est que depuis cette trouble période, je consomme régulièrement des produits illicites ... Je marquai une pause, sans lâcher son regard. Malgré toute sa compassion de meilleure amie, je ne pouvais m'empêcher de desseller dans ses pupilles un air de déception qui me brisait le coeur, bien que je m'y attendais. Je pris alors mon courage à demain pour continuer mon explication. J'avais encore tellement de choses à lui dire ... ▬ J'ai eu des périodes de drogues dures, des périodes plus calmes lors de mon histoire amoureuse avec Alexander par exemple. Mais j'ai jamais décroché. Jusqu'à il y a deux semaines. D'où ma disparition de la circulation depuis des jours. Mes journées sont horribles, interminables, avec le manque et tout ce que cela entraine.

    Il sembla falloir quelques minutes à Mademoiselle M. pour qu'elle assimile tout cela. L'idée de sa confidente qui se drogue. L'Enfer qu'était devenue mon quotidien depuis que je m'étais stoppée d'un seul coup, sans aide aucune. Je lui laissais donc un peu de répit pour faire le point, sachant pertinemment que j'allais en ajouter dans peu de temps. Désormais, la machine était lancée. Elle devait tout savoir, car c'était comme ça que notre relation fonctionnait : avec passion, honnêteté et complicité. Un bref coup d'oeil de ma confidente me fit comprendre qu'elle avait accepté la chose et que je pouvais poursuivre ; ce que je fis : ▬ Je refusai d'entrer dans un quelconque centre pour junkie paumé alors je me suis simplement enfermée, parfois fière de ma résistance mais très souvent obnubilée à l'idée de courir chez mon fournisseur. Et il y a deux jours, alors que mon combat avec moi-même était toujours acharné, un ancien dealer s'est pointé à ma porte. J'avais eu affaire à lui par le passé mais ça s'était mal terminé car il avait menacé de raconter mon secret à la presse. Ce jour-là, après des menaces et une dispute, j'étais partie sans régler ce que je lui devais. De retour à New-York, il voulait donc se venger. Récupérer son argent ou me faire la peau, les deux idées lui plaisaient à ce salaud. Evidemment, vu mon état j'ai refusé de lui ouvrir à ce mouchard dégueulasse. Mais il ne s'est pas arrêté à mon refus d'ouvrir ... Il a défoncé la porte et ... Je déglutis difficilement et inspirai un bon coup au souvenir de cet affreux moment. Puis, je poursuivis : ▬ Il s'est jeté sur moi et m'a menacé avec son couteau de poche tout en me broyant le bras de sa main qui me maintenait. J'étais affaiblie par plus d'une semaine de manque et ça se voyait, alors il en a profité cette ordure. Il m'a craché à la figure en criant "Tu vas payer maintenant !!". J'ai bien cru qu'il allait me laisser giser dans mon sang. Mais par on ne sait quel miracle, mon père venait chez moi à cet instant et à tout vu par la porte défoncée. Il ... Disons simplement qu'il m'a sauvé et que cet imbécile ne cherchera plus à me faire du mal. Mais c'était moins une ...

    Je vis alors toute la surprise et la délivrance qui l'animait en cet instant de mon récit. Muse était visiblement ravie que je n'ai pas souffert plus que ça mais complètement abasourdie à l'écoute des mots 'mon père'. Elle savait combien je le haïssais depuis mon enfance, combien il était difficile pour nous de nous voir et de communiquer sans intermédiaire. Elle avait bien raison, mon père n'avait jamais mis les pieds dans mon appartement puisque je le laissais toujours à la porte les quelques fois où il tentait sa chance pour renouer le contact. Mais désormais, il y avait une nouvelle donne dans la partie dans laquelle nous jouions lui et moi. ▬ Oui je sais, pour moi aussi ça a été un choc de découvrir que mon héros n'était autre que la personne la plus lâche et décevante que je connaissais ! Je ne peux tout simplement pas oublier toute la rancoeur que j'ai eu envers lui. Mais une fois qu'on te sauve la vie dans de telles conditions, on voit les choses sous un autre angle. Après le départ de mon agresseur, il est resté avec moi tu sais. Il m'a protégée, m'a rassurée en me prenant silencieusement dans ses bras. Même s'il n'a jamais eu la moindre action d'un père normal pendant 23 ans, là, il a exactement su ce dont j'avais besoin !! Et puis, sans vraiment le chercher, après des heures blotties contre lui, j'ai commencé à lui parler. Et je lui ai tout raconté. La drogue, mon enfer après la mort de Maman ... Absolument tout ! Et même si je ne peux pas dire qu'il est désormais le père parfait que j'adore et je respecte de tout mon coeur, je ne peux pas nier que je me sens attachée à lui. Il a été si courageux, si bienveillant, si protecteur ... Tout ce qui manquait dans le père qu'il était avant ! C'était tellement bon de le voir enfin comme ça !!!

    Nos bouchées apéritives et nos cocktails étaient désormais terminés. Le plat principal était déjà arrivé et maintenant que je ne parlais plus, le silence nous tourna toutes deux vers nos assiettes. Nous mangeâmes quelques minutes en échangeant de brefs regards. J'essayai de savoir ce qu'elle pensait, bien ou mal. Car il me restait encore un petit détail a évoqué ... J'attendis donc que le serveur nous débarasse et apporte le dessert pour recréer notre bulle intime de confessions et de discussions, et je lâchai alors le poids sur mon coeur. ▬ Je vais partir Muse. Il faut que je m'éloigne pour me ressourcer et me sevrer. Il y a trop de tentations pour moi ici, pour le moment. C'est trop dur. J'ai besoin de me reconstruire. L'assistante de mon père, Addison, dont je te parle souvent, elle est originaire de Charleston. Je vais m'installer dans la maison qu'elle a en bord de mer là-bas. Mon père et elle ... disons que c'est bien ce qu'on pensait, elle était raide dingue de lui. Ils sont ensemble maintenant. Mon père refuse de me laisser seule encore, il veut m'aider à m'en sortir. Je crois qu'il se sent responsable de mon addiction ... Enfin bref, on a du temps à rattraper lui et moi, j'ai besoin de me soigner au calme et eux-deux sont fous amoureux comme des lycéens alors Addi a proposé tout de suite ce déménagement qui nous conviendra à tous. L'idée de te quitter me déchire le coeur tu n'imagines même pas ... Mais je suis consciente de mon état de faiblesse et ... enfin ... j'ai attendu cette famille unie depuis toujours !!! J'en ai tellement besoin ... Je t'en supplie ne m'en veux pas !

    J'attrapai la main de Muse et la serrai fort. Elle prenait une si grande place dans mon coeur que de ne plus vivre dans sa ville me rongeait, même si je savais que c'était la seule chose à faire. D'un élan désespéré je la suppliai alors ▬ Dis-moi que tu viendras me voir !!! Que tu harcèleras ma boîte vocale et ma boîte de réception. Qu'on continuera de se voir, qu'on partagera toujours les choses importantes, qu'on gardera notre amitié intact ! J'ai besoin de ma confidente, comme toujours ! Une larme perla sur ma joue alors que notre dernier repas new-yorkais prenait fin. J'avais vécu tant de belles aventures ici. Avec Muse. Avec Timéo. Avec tant de belles personnes ... Une chance insolente d'avoir connu de si belles amitiés !!! J'aurais tout donné pour eux. J'aurais triché, volé, tué pour un sourire complice de ma Muse, pour un instant de plaisir avec mon cher Bradbury, pour les protéger de la dure loi des Elites. Mais aujourd'hui, je devais tirer ma révérence et les laisser avancer sans moi, tout comme je devais trouver le chemin de la reconstruction sans eux. Juste des souvenirs et la promesse d'un avenir meilleur où nous nous retrouverons. Je me levai alors, glissai mon sac à mon épaule et m'approchai de Muse, toujours assise. Je me penchai pour déposer un tendre baiser sur son front, partager un sourire et lui murmurer ▬ Tu es une lumière source d'inspiration. Garde ton éclat et partage ta lueur avec ceux qui le méritent : tu es quelqu'un de magnifique qui vaut le coup d'être connu. Je sais de quoi je parle, tu es ma plus belle rencontre. Je t'adore.

    Je sortis alors dans la rue et m'arrêtai un instant en regardant vers le haut. Je pris une photo du ciel bleu splendide qui règnait ce jour-là. ▬ Tout ira bien, New-York City. Tout ira bien me chuchotai-je à moi-même. Puis je disparus dans la foule.


HJ : Terminé. Compte à supprimer. J'espère que vous aurez aimé la lecture et les nouveaux ragots que cela entraine. Bonne continuation à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé ”





more

MessageSujet: Re: Si je me cache c'est qu'au fond je veux que tu me retrouves. Aujourd'hui à 12:50

Revenir en haut Aller en bas

Si je me cache c'est qu'au fond je veux que tu me retrouves.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
index.gossipworld :: Manhattan, point of gilded youth. :: Midtown-