AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

special guest ♠

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: special guest ♠ Lun 1 Nov - 21:16

La journée avait été très très longue. Les cours ? pénibles et longs. Les minutes s'étaient écoulées pareilles à des heures et le soleil ne cessait d'avancer lentement, très lentement, dans la voûte bleu clair. La journée était belle, ensoleillée et fraîche. Une de ces nombreuses journées où l'on aurait préféré être partout, sauf assis face à un bureau, une plume à la main et un livre de mathématique ouvert dans l'autre, à résoudre des problèmes qui n'avaient ni fondement, ni raison, ni logique. Du moins, pas pour le jeune Holmes qui sentait sa tête s'alourdir au rythme des sons de cloche qui marquaient la fin des cours. 1... 2... 3, et la pause de midi se fit ressentir. Une brève et courte faille dans la journée qui fit énormément de bien à Esteban et durant laquelle il profita de fumer quelque joints. Et puis, une 4ème cloche marqua le début de l'après midi raisonna dans la cour. Lâchant son mégot sur le sol, le camouflant sous un bosquet, il repris la marche inlassable de la routine scolaire qu'avait imposée l'Etat depuis bien trop longtemps. 5... 6... et finalement, 7 ! La fin de la journée avait enfin pointé le bout de son nez. Fini les cours, fini les réflexions lourdes de sens et impassibles. Est' foula le sol des couloirs à toute hâte jusqu'à ses casiers. Hors de question qu'il ne perde une minute de plus dans ce maudit établissement. Rangeant instinctivement chacun de ses livres de cours dans son casier, il y glissa aussi son sac. Pas question non plus de faire ses devoirs. Il avait d'autre chat à fouetter ce soir, d'ailleurs, en parlant de fouet. Il avait une idée bien en tête sur la façon dont il allait utiliser sa soirée. Demain, il y avait cours, mais peu importe ! Finalement, tous les autres le faisaient. Les fêtes, les fêtes, les fêtes et les fêtes. Il n'y avait plus que ça dans leur monde. Et Esteban ne coupait pas à la "tradition" qu'imposait la classe sociale dans laquelle Esteban avait été classée. Ainsi, il sortit affronter le froid, emmitouflé dans son manteau gris, il sorti son portable et envoya un message à une certaine personne qu'il avait hâte de retrouver ce soir.

Citation :
Hey Tim'. J'ai besoin de te voir.
Retrouve moi au Irish bar, dans le Queens, à 21 heures
Peu de monde, atmosphère tranquille et de la place pour toi en moi Wink

Il continua sa marche jusqu'au trottoir et héla un taxi. Il se rendit donc chez lui et ne fit pas cas des remontrances de sa mère quant à sa coupe de cheveu lorsqu'il pénétra son appartement. Il resta quelques instants dans sa chambre et en profita pour se préparer. Il savait qu'il n'aurait aucune réponse de la part de Timéo, ce n'était certainement pas son genre que de montrer un quelconque intérêt à un petit "minet" comme l'était Esteban. Mais il savait qu'il ne manquerait pour rien au monde une petite soirée en sa compagnie, surtout s'il savait comment celle-ci se terminerait. Ainsi, Esteban enfila un t-shirt noir sur lequel était dessiné un espèce de graffiti coloré qu'il habilla d'un blouson en jean. Il enfila un jean rapiécé au genou droit et prit son porte-monnaie. Il ne prit à nouveau pas la peine d'écouter les remarques de sa mère quant à sa tenue qui souillait l'image de la famille Holmes et affronta à nouveau le froid de la soirée. Il héla une nouvelle fois un taxi et se fit déposer dans le Queens. Il connaissait le Irish bar de renom, mais ne s'y était jamais déplacé. Il savait juste que c'était un bar à l'ambiance sympathique, discrète et tranquille surtout. Il s'installa au bar et se commanda un wiskhey coca. Il sirota sa boisson tout en attendant la venue de Timéo. Il n'était pas pressé de le voir, mais il se réjouissait de le retrouver... Disons qu'il y avait fort longtemps qu'Esteban n'avait plus couché avec qui que ce soit, et Tim' était la première personne à qui il avait pensée pour assouvir certains de ses désirs.
Revenir en haut Aller en bas





Butterfly ◊ make love as life ; short and strong.

Butterfly ◊ make love as life ; short and strong.


★ MESSAGES : 460
★ ICI DEPUIS : 26/10/2010
★ POINTS : 307
★ LOCALISATION : Sous ta couette.

more

A propos de moi
ÉTOILES:
17/100  (17/100)
DISPONIBILITÉ EN RP: Disponible ! ;)
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: special guest ♠ Lun 1 Nov - 23:05

J’avais passé la journée sur une maquette, quelque chose de bien chiant et qui te prend un temps insensé. Un projet architectural pour un hôpital de banlieue. Réjouissant. Je m’étais énervé de multiples fois car les plans étaient faussés, et j’avais du refaire les mêmes calculs une vingtaine de fois. J’étais épuisé, affalé sur un large fauteuil dans mon salon, l’air morne, une tasse de café à la main histoire de réussir à se remettre d’attaque pour continuer. J’étais dépité. Je regardai l’heure à ma montre : 19h37. Et dire que j’étais sur cette putain de maquette depuis 9 heures du matin ! Je me levai puis atteignis la table sur laquelle j’avais laissé mon portable. Un message :

de : Esteban
Hey Tim'. J'ai besoin de te voir.
Retrouve moi au Irish bar, dans le Queens, à 21 heures
Peu de monde, atmosphère tranquille et de la place pour toi en moi ; )


Sourire. C’était comme ça avec Esteban, un message, un rendez-vous quand il avait envie de moi. Et il savait que je répondrai toujours présent. Cet air rebelle, désinvolte, cette manière à lui de me montrer qu’il a envie de moi, qu'il me veut, ça me le rend irrésistible. Il n’en fallait pas plus pour me donner résolument envie d’abandonner le travail en cours et me glisser sous la douche, qui me fit d’ailleurs un bien fou et me réveilla tout à fait. J’enfilai ensuite un jean et un tee-shirt, coiffai rapidement mes cheveux et pris une veste qui trainait là. Ma mère n’était pas encore rentrée, je lui laissais un mot sur la table lui disant que je rentrerai sûrement tard. Je pris ensuite la direction de la porte, mis une cigarette entre mes lèvres, et sortis.

Je failli m’endormir dans le métro. Décidemment, un petit stimulant ne serait pas de trop. Tout en marchant je réfléchissais alors à ce que j’allais commander, gin tonic ou vodka citron ? Je verrais bien sur place, lorsque j’aurais rejoint la gueule d’ange qui m’attend. J’approchais de l’Irish ; le quartier était sympa. Et j’ai toujours trouvé New York belle la nuit, l’ambiance qu’il en émanait, les phares, les lumières qui projettent des tonnes de couleurs. Et les bruits de la ville. Quand on y habite depuis la plus petite enfance, rien ne semble plus familier et plus rassurant. C’était là ; je passai la porte. Il y avait un peu de monde, des hommes, surtout, assis autour des tables ou au bar. La pièce était légèrement halée de fumée. Enfin je le vis. Il était assis au bar, m’attendant en sirotant ce qui devait être un whisky coca. La commissure droite de mes lèvres s’étira en un sourire ; le genre de sourire qui laisse penser qu'on est sûr de soi, et qui donne un air résolument séducteur. Les mains dans les poches de ma veste je m’approchai. Il était dos à moi et ne m’avait pas encore vu entrer. Je m’avançais, la vue de sa nuque me fit l’effet d’une claque, et déjà l’envie montait. J’étais juste derrière lui. Intimement, je profitais de ce moment. Puis, doucement, avec assurance, j’inclinai le buste puis approchais ma bouche de son oreille avant de lui susurrer un « bonsoir, beau brun », à en donner des frissons. Je posai distraitement mes lèvres sur son cou avant de me redresser, le contourner et prendre place en face de lui, tout en faisant signe au barman « un gin tonic, s’il vous plaît ».

_________________


Don't try t
o catch me,

I'll always
run faster
than you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: special guest ♠ Mer 3 Nov - 16:52

Esteban n'aura pas attendu longtemps avant qu'il ne se manifeste. L'objet de ses désirs les plus enfouis venait de faire son entrée dans le bar et même s'il ne l'avait pas vu pénétrer l'enceinte parcourue de fumée, il avait ressenti sa présence à l'instant même où il avait débarqué. Un frisson l'avait parcouru du haut de sa colonne vertébrale au fond de son dos. Il savait reconnaître la démarche assurée et arrogante du jeune Timéo lorsqu'il était en mode "prédateur" comme ce soir. Il savait où il allait, ce qu'il allait y faire et comment il allait s'y exécuter. C'était une chose rare chez les garçons de notre génération. Peu d'entre eux osaient non seulement assumer au grand jour leur attirance pour les deux sexes, mais peu d'entre eux savaient exactement ce qu'ils voulaient. Esteban n'avait pas eu besoin d'attendre un SMS de réponse de la part de son amant, car il savait que ce dernier ne résisterait pas à l'idée de tirer un coup. Car c'était ce qu'Esteban était en fin de compte, juste un coup ! Il n'allait pas se plaindre, bien loin de là. Il n'aimait pas Timéo, du moins, pas d'un amour sincère. Il aimait coucher avec, mais surtout, il aimait se dire qu'il avait une certaine emprise sur le jeune Bradbury que son demi-frère cherchait pertinemment à avoir et qu'il semblait désespérément chercher. Comme la fierté d'avoir attiré l'attention d'un fruit qui lui était défendu avant même que son demi-frère n'ait pu y mettre la main. C'était trop bon comme sensation. Trop puissant à tel point qu'il en frémissait d'avance. Lorsqu'il sentit les main du jeune garçon se poser sur son dos, son souffle glisser sur sa nuque, il sourit en coin, ravi ! Le chasseur était là, la proie ? Accoudée au bar. Elle n'attendait qu'une chose, qu'il fonde en lui. Et déjà, lorsque le doux murmure de Timéo raisonna au creux de son oreille, Esteban senti la tentation brûler au fond de ses entrailles. Une sensation forte de sous-entendu qui le faisait frémir de plaisir avant même d'avoir goûté au plaisir charnel de son amant.

« bonsoir, beau brun » et déjà le courant électrique passait entre eux. Un doux baiser posé délicatement sur le frêle coup du jeune adolescent, un contact physique impertinent qui le fit sourire d'avantage. Il ne se retourna cependant pas, resta figé, indifférent, à suçoter la paille dans laquelle glissait sa boisson alcoolisée. Il ne répondit pas, Timéo prit place en face de lui et héla le serveur. « un gin tonic, s’il vous plaît ». Esteban leva les yeux vers son amant, tout sourire.

« Je savais que tu viendrais. » un large sourire de fierté, d'assurance, qui était rare sur le visage du jeune Esteban. Il fixait à présent son amant droit dans les yeux, relâchant la paille du bout de ses lèvres et approcha de celles-ci la clope qu'il s'était allumé quelques secondes avant l'arrivée de Timéo. « Je suppose que discuter ne rentre pas dans nos conditions. Aussi, je te propose de ne pas tourner plus longtemps autour du pot et d'en venir au fait. J'ai aperçu des toilettes au coin du bar qui n'ont pas l'air trop sales et plus ou moins confortable... Qu'est-ce que tu en penses ? ». En vrai, ils n'avaient imposé aucune conditions à leur rendez-vous, mais en jouant le garçon blasé et confiant, il voulait montrer à Timéo qu'il n'était pas un gamin qui découvrait à peine sa sexualité mais qu'il savait, lui aussi, où il allait. Il admirait énormément l'homme en face de lui, et certaines fois, il se sentait même intimidé en sa présence, d'où son comportement actuel.
Revenir en haut Aller en bas





Butterfly ◊ make love as life ; short and strong.

Butterfly ◊ make love as life ; short and strong.


★ MESSAGES : 460
★ ICI DEPUIS : 26/10/2010
★ POINTS : 307
★ LOCALISATION : Sous ta couette.

more

A propos de moi
ÉTOILES:
17/100  (17/100)
DISPONIBILITÉ EN RP: Disponible ! ;)
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: special guest ♠ Ven 5 Nov - 17:26

Accoudé au bar, mes yeux se posèrent sur Esteban. « Je savais que tu viendrais. » Il souriait, plein d’assurance, et de fierté. Il était beau. Je sentis une profonde chaleur montée de mon ventre lorsqu’il projeta son regard dans le mien. Puis je me délectais de suivre tous les mouvements de ses lèvres, lorsqu’il les approcha de la paille par laquelle montait le liquide coloré et les y enleva, les refermant, puis lorsque, délicatement, elles se posaient sur le filtre de sa cigarette, avant de le quitter, comme avec résignation. Tous ses gestes me semblaient d’un cru érotisme. Mon admiration prit fin quand sa voix s’éleva « Je suppose que discuter ne rentre pas dans nos conditions. Aussi, je te propose de ne pas tourner plus longtemps autour du pot et d'en venir au fait. J'ai aperçu des toilettes au coin du bar qui n'ont pas l'air trop sales et plus ou moins confortables... Qu'est-ce que tu en penses ? » Sur mes lèvres se dessina un grand sourire, puis je détournais la tête, amusé, avant de croiser son regard de nouveau. Tant de candeur, s’en était excitant. L’homme en face de moi qui jouait, comme un garçon, à vouloir me montrer qu’il savait ce qu’il voulait, où il allait, avec cet air résolu et confiant. « Tu es réellement excitant lorsque tu fais ça, tu le sais ? » tout en m’avançant vers lui et, je portai ma main au bas de son visage, puis je l’approchais du mien pour l’embrasser, simplement, mais efficacement. Je me redressai puis marquai une pause devant ce visage interloqué. Un homme nous regardait étrangement; les autres, bien trop occupés à devenir saouls, n’en avaient que faire. De toutes façons, cela ne m’aurait pas dérangé.

Mon verre venait d’être posé sur le comptoir, juste à côté de ma main. Je remerciai le serveur d’un air distrait, toujours occupé à regarder Esteban avec ce sourire qui, je savais, en disait long sur ma confiance en moi. Oui, j'en étais conscient, je savais ce que je valais, j’étais sûr de moi, et très confiant. Après tout, c’est comme ça que je vivais; la prise de risques était mon lot, car qui ne tente rien n’a rien. Et bien souvent, j’avais ce que je tentais. Je détournai le visage vers le comptoir où je saisis mon verre, y posai les lèvres, et bus une petite gorgée avant de me tourner vers Esteban de nouveau, tout en lui disant « Tout vient à point à qui sait attendre, bellâtre. Il ne faut pas se brusquer, au risque de gâcher le plaisir…» En restant face à lui, je bus une seconde gorgée de mon gin, puis posais mon verre et sortis une cigarette de la poche de ma veste. Je l’allumais, puis recrachais la fumée par-dessus mon épaule. « Laisse moi le temps d’arriver. » Après tout, plus les secondes passaient, plus le désir montait.

Je portais la cigarette à mes lèvres, tout en le regardant, puis recrachais la fumée avant d’avancer mon bras sur le comptoir et de caresser du bout des doigts la peau du sien. Cette peau si chaude, douce. Je n’avais qu’une envie, attraper violemment son poignet et le tirer soudainement vers moi, le dominer du regard tout en lui passant la main dans les cheveux, sentir son souffle s’accélérer contre mon cou… Mais j’aimais jouer avec lui; et sa réaction me délecterait, puis encore j’aurais envie de le posséder. Alors je le regardais, avec ce regard amusé et prétentieux; l’agacer, le pousser au bout, voir quelle pouvait être sa réaction. J’aimais prendre des risques, c’est pourquoi j’aimais jouer avec Esteban. Après tout, ce n'était jamais qu'un jeu.

_________________


Don't try t
o catch me,

I'll always
run faster
than you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: special guest ♠ Mer 5 Jan - 11:09

L'expression presque hautaine et arrogante du jeune Esteban ne le quittait pas une seconde, le jeu était lancé et il était tout simplement hors de question que l'adolescent se montre faible. Qu'il se laisse dominer au lit fut une chose, mais dans un jeu de séduction, il ne pouvait se résoudre à faiblir, à se montrer trop facilement amadoué car le risque qu'il courrait était alors bien trop... important ! Il ne voulait en aucun cas que Timéo puisse penser avoir une quelconque emprise sur lui-même, c'était jouer avec le feu que de se montrer si soumis. Esteban ne le quittait cependant pas des yeux, chacuns des gestes que faisaient Tim lui semblait cruellement tentant et s'ils n'avaient pas été dans un bar public, il se serait volontiers jeté au coup du prédateur. Il n'était pas du genre à cracher sur un peu d'amusement, surtout lorsqu'il s'agissait de sexe. Le manque était énorme en ce moment et l'attente... bien trop longue. « Tu es réellement excitant lorsque tu fais ça, tu le sais ? » lui répondit Timéo, remarquant sans difficulté aucune le comportement du jeune garçon. Esteban ne se laissa pas démonter par cette remarque, ne rougit point et ne réagit point non plus. Il se laissait faire, il laissait croire à Tim qu'il avait en ce moment même plein pouvoir sur la situation pour pouvoir, plus tard, la retourner à son avantage. Néanmoins, le fait que Tim' se rapproche et dépose un bref baiser sur ses lèvres ne le laissa pas complètement de marbre. Les poils hérissés, il ferma les yeux un court instant, profitant puérilement de ces lèvres qui s'offraient à lui et jouissant pleinement de cette sensation intense qui parcouru son échine de haut en bas. Concentré, il reprit rapidement pied lorsque Bardbury se détacha de leur première et brève étreinte physique. Le regard outré de l'homme assis au bard, quelques mètres plus loin ne dérangeait point Esteban qui ne vivait que pour la provocation. Il se tut, laissant alors Timéo tirer les rennes et mener la conversation où bon lui semblait. Sirotant une nouvelle fois la boisson qu'il avait choisie, il l'observait avec une malice infantile irrésistible, une moue suppliante de couper court pour s'enfuir rapidement dans l'une des chambres et assouvir un désir ardant qui n'avait de cesse de brûler en son fort intérieur.

« Tout vient à point à qui sait attendre, bellâtre. Il ne faut pas se brusquer, au risque de gâcher le plaisir ». Timéo brisa à nouveau le silence qui s'imposait entre eux. Après avoir bu une gorgée de son gin, il se focalisa alors sur son jeune camarade, quelques instants avant de sortir de sa poche son paquet de cigarette pour s'en allumer une. Machinalement, Esteban porta la sienne à ses lèvres et tira sur ce rouleau de tabac qui ne faisait que le pousser plus rapidement vers la porte de sortie. « Laisse moi le temps d’arriver. » Et doucement, Timéo vint déposer son bras non loin de celui de son jeune camarade, se surprenant alors à caresser du bout des doigts la peau découverte d'Esteban. Ce dernier se concentra un instant sur ses mouvements brefs mais doux, une sensation plutôt agréable traversa son corps et dessina un sourire discret sur son visage infantile. L'expression figée, il leva les yeux vers Timéo. Parfois, la vie vous offrait une occasion de changer, parfois, elle vous permettait même de vous voir autrement, et c'était une chose étrange que de regarder son propre reflet dans les yeux d'un autre et ne pas se reconnaître. Pourtant, Esteban avait l'impression que Timéo ne le regardait pas comme un vulgaire bout de viande, bien que l'expression soit exagérée, fallait-il vous avouer que leur relation n'était que purement physique. Le demi-frère d'Esteban en pinçait pour celui qui couchait avec Esteban, et même s'il ignorait encore la nature de leur relation, tout portait à croire qu'il en souffrirait. Au fond, c'était ce qu'il désirait non ? Esteban ne vivait que par égoïsme. Il n'aimait personne, ne s'attachait à personne sinon à sa meilleure amie et confidente, Chelsea ! Il était d'un naturel très détaché et indifférent, misant sur la provocation pour se créer une image d'enfant bafoué. Mais le mensonge n'avait-il pas assez duré ?

« L'impatience fait partie de mes plus beaux défauts, tu devrais pourtant le savoir. » lui dit-il accompagnant ses propos d'un clin d'oeil complice. La séduction était de mise dans une situation comme celle-ci. Cependant, il vous fallait savoir que si Esteban apportait tant d'importance à coucher avec Timéo, ce n'était que par intérêt. Calculateur, il savait que son comportement débauché remonterait jusqu'aux oreilles de sa mère, elle qu'il détestait tant. Il savait aussi que les rumeurs sur sa sexualité iraient bon train et que son patronyme en souffrirait, là était le seul but de la manoeuvre. Et puis, voir le visage détruit de son demi-frère lorsqu'il apprendra qu'il était, lui, déjà passé sur l'homme qu'il convoitait le faisait frémir de plaisir. Le regard vide, il détourna ses yeux de son camarade et sirota à nouveau le cocktail d'alcool qu'il s'était commandé. « Alors... De quoi as-tu envie qu'on parle ? »
Revenir en haut Aller en bas





Butterfly ◊ make love as life ; short and strong.

Butterfly ◊ make love as life ; short and strong.


★ MESSAGES : 460
★ ICI DEPUIS : 26/10/2010
★ POINTS : 307
★ LOCALISATION : Sous ta couette.

more

A propos de moi
ÉTOILES:
17/100  (17/100)
DISPONIBILITÉ EN RP: Disponible ! ;)
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: special guest ♠ Jeu 6 Jan - 15:40

« L'impatience fait partie de mes plus beaux défauts, tu devrais pourtant le savoir. » Cette remarque me fit sourire. Beau défaut, cette formule avait son charme. Ça faisait maintenant plusieurs mois qu'Esteban et moi nous donnions rendez-vous, à intervalles plus ou moins réguliers, mais assez fréquemment tout de même. J'avais donc appris à connaître ses attitudes, ses réactions ; il faut dire que dans notre petit jeu, les mêmes revenaient bien souvent, rien ne changeait jamais vraiment. On se donnait rendez-vous à tel endroit, on couchait ensemble, et on rentrait, chacun de notre côté. Alors oui, je connaissais Esteban, mais sans toutefois le faire, car que connaissais-je de lui à part son comportement dans nos petits jeux de séductions, son corps, et son plaisir sexuel ? Rien.

« C'est vrai, on ne peut plus dire que tu es un inconnu pour moi » Cette réponse sonnait faux, et je le savais très bien, malgré l'apparence sûr de moi que je conservais toujours dans ce genre de situation, et ce petit sourire qui étirait le coin gauche de mes lèvres. Ce que nous savions respectivement l'un de l'autre ne nous permettait pas de dire que nous nous connaissions. Je connaissais de lui ce qu'il donnait à voir, ce qu'il me donnait à voir, c'était tout. Après tout, c'était là les termes du contrat : une relation purement physique. Alors il est normal qu'il n'y ait pas de place entre nous pour une relation dans l'approfondissement de sa connaissance de l'autre. Cependant je m'étais parfois demandé si ce que je voyais d'Esteban, ce que je savais de lui n'était autre qu'une apparence qui cachait une lourde vérité ; malheureusement je crois savoir que c'est le cas d'un nombre fantastique de personnes : se voiler la réalité de son monde en passant par une phase de destruction massive des valeurs, se déstructurer soi-même. Mais si jamais c’était son cas, je n’avais pas à m’en occuper ; c’est qu’il voulait que tout se passe ainsi.

Néanmoins il est vrai que parfois je m’interrogeais sur ce jeune homme à mes côtés. La curiosité. Je pense que c’est une chose qui nous tient tous. Certains font tout pour l’assouvir, d’autres la laissent se tarir. J’étais curieux quant à Esteban, d’une de ces curiosités désintéressées. Vous voyez souvent une personne, vous vous questionnez sur elle ; quoi de plus normal ? En aucun cas il faut y voir le signe d’un quelconque intérêt quant à l’approfondissement de la relation en cours. Habituellement j’éteins cette curiosité, à l’égard de ceux que je rencontre ou côtoie, en son foyer. M’intéresser outre mesure à une quelconque personne serait à l’encontre de ma philosophie de vie, sauf, bien sûr, quand l’intérêt sexuel en est la cause. Or je connaissais déjà Esteban, notre relation était établie depuis longtemps et je n’aurais jamais eu besoin de le questionner sur lui pour lui donner l’impression d’un semblant d’intérêt de ma part à son égard afin d’ensuite l’attirer dans mes filets ; avec lui un seul mot suffisait et nous étions dans l’étreinte de l’autre, assemblés pour le plaisir charnel.

« Alors... De quoi as-tu envie qu'on parle ? » L’impasse. Je ne pouvais pas rebrousser chemin alors que je l’avais moi-même entrainé dans cette direction. Je plongeai un instant mes yeux dans les siens. Après tout, où était le mal à s’intéresser à quelqu’un ? C’était peut-être le moment où ma curiosité pourrait se satisfaire. Je quittais son regard pour le poser sur le comptoir avant d’y attraper mon verre et de boire une gorgée de mon gin. Tout en reposant lentement le verre sur le bar, je commençais à lui répondre « Ça fait quoi, trois, quatre mois qu’on se fréquente, non ? » Je marquai une courte pause. « Et pourtant je ne connais absolument rien de toi. Le mystère plane autour de toi ; à vrai dire je ne connais que ton nom. » Au cour d’une seconde pause, je rebus une gorgée de l’alcool qui était présent sur le bar. Je plongeai mes yeux au plus profond des siens, et toujours avec cet air satisfait de soi, assuré, et ce sourire qui me collait au visage, je tentais de m'assurer du fait qu'il ne se sentirait pas gêné de cette attitude si soudaine et peu commune entre nous que j'adoptais ; je ne voulais pas qu'il se sente mal ou bien se braque, sinon le désir foutrait le camp. « Enfin, bien entendu si tu ne veux pas me parler de toi, n’en fais rien. Ton corps parlera à ta place. »

_________________


Don't try t
o catch me,

I'll always
run faster
than you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé ”





more

MessageSujet: Re: special guest ♠ Aujourd'hui à 10:09

Revenir en haut Aller en bas

special guest ♠

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
index.gossipworld :: It's like water off a duck's back. :: Encyclopédie de Gossip World :: Corbeilles à Rps :: Saison #1-