AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Lun 27 Sep - 15:55



        ▬ Chelsea & Nathanaël. »
          Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.





J'étais troublé. Troublé par cette nostalgie qui m'envahissais doucement et avec beaucoup d'ardeur, comme si elle voulait me rendre coupable de quelque chose. Je pensais, alors à mes actes envers la seule famille que j'avais il y a quelques années et peut-être que j'aurai du agir autrement avec eux, peut-être que j'aurai pu moi-même arrangé les choses. Trop de peut-être, qui me donner mal à la tête. J'étais plutôt fier de ma vie, je ne manquais de rien ou pratiquement de rien.. Dans ma profonde nostalgie je me surpris à pensé à une jeune femme, à qui j'avais volé son cœur pour finalement le lui rendre, en morceau. Esfir Izza était dans ma tête, pour la première fois après plusieurs mois. J'étais devenue un homme à femme, qui pillé leur cœur tel un salaud. En effet, j'étais devenu un homme détestable mais n'est-ce pas là, la faute à ces parents qui ne m'ont jamais imposé de limites ? Encore une fois, je remettais la faute sur eux alors qu'ils n'étaient pas là. J'étais dans une phase de doute, une phase qui m'étais étrangère à cet instant. Je savais qui j'étais, mais était-ce la personne que je voulais être réellement ?

Je laissa ma nostalgie m'emportait durant quelques heures et finalement de décidais de partir de chez moi. J'avais enfilé une chemise blanche et un pantalon gris, je m'étais rapidement coiffé sans grande conviction et j'étais finalement sortit avec un sac sous le bras. Il était tôt lorsque je sortit de mon appartement, pas loin des neuf heure du matin et j'avais décidé de partir m'installer à Central Park. J'avais avec moi tout ce dont j'avais besoin pour éviter de repenser à ces terribles questions qui obnubilé ma tête. Je ne me précipitais pas, je marchais à mon rythme sans vraiment me soucié du temps et de tout ce qu'il y avait autours de moi. Même les femmes ne m'intéressais plus pour le moment, ce qui était bien entendu jamais arrivé auparavant. Finalement j'étais arrivé au Park plus rapidement que prévu, alors je le longea durant de longue minutes avant de m'asseoir sur l'herbe encore humide. Je soupira, désespéré par cette façon d'être que j'étais aujourd'hui. Habituellement je ne me posais aucune questions et je fonçais tête baissé, ce n'était donc pas le moment pour moi de m'encombrais la tête avec des questions inutiles et sans réponses. Je préférais m'allumer une cigarette, et c'est ce que je fis aussitôt tout en fermant les yeux tandis qu'elle pendait à mes lèvres légèrement gercé par la fraicheur matinale.

Je regardais l'horizon, souriant presque bêtement et sans aucune raison. J'avais simplement envie de sourire, tout en humant l'odeur de la nicotine qui faisait le tour de mes poumons. J'ouvris alors mon petit sac dans lequel j'avais mis une pochette de dessin ainsi que ses outils pour dessiner. Lentement je me mis à dessiner ce qui se présentait autours de moi, avec quelques modifications qui représentait la nostalgie, et ce que je ressentais en ce jour-là. J'avais toujours cette habitude de prendre mon fusain et de crayonné quelques petites choses reflétant ainsi mon humeur de moment et mes sentiments. L'art était pour moi une passion et un excellent moyens d'extériorisé chacun de mes ressentis. J'avais toujours eu un dons pour crée des paysages et tout autres choses, j'avais beaucoup d'imagination et je savais m'en servir grâce au dessin. Il était pour moi vitale d'exprimer sur la toile ce que j'avais au fond de moi, je n'ai pas vraiment l'habitude de parler de mes problèmes sauf aux personnes pour qui j'avais beaucoup d'estime et de confiance. Et là encore, il fallait souvent me sortir les vers du nez ! Exactement, je n'étais pas quelqu'un de facile et c'était sans doute ce qui me caractérisé le plus. Une heure s'était déjà écoulé et je me décida à prendre mon téléphone portable et à envoyé un message à une personne que je n'avais pas vue depuis quelques jours.

Chelsea était une de mes ex-copines, mais j'avais avec elle renoué de bons liens. Très proche d'elle, elle jouait un rôle avec moi qui me tenais à cœur, bien que souvent nous nous prenions la tête à ce sujet. Chelsea jouait les mamans ou les sœurs avec moi et elle faisait donc attention à tout ce que je faisais, le jour comme la nuit. Elle avait des sources sure, qui devait se situé dans mon cercle d'amis et elle avait donc accès à toutes les informations concernant mes nuits et bien d'autres choses. J'étais touché par cette attention qu'elle me portait, mais j'avais toujours du mal à devoir la voir comme une personne de ma famille, alors que je n'en avais jamais eu. Malgré ça, je la taquinais beaucoup à ce propos et elle était souvent là pour moi et je n'avais pas de mal à me confié à elle, mais surtout à me détendre et à oublié tout mes problèmes. Je lui envoyais alors un message rapidement sur son portable. Une fois envoyé, j'écrasais ma cigarette sur le sol et je me remis à dessiné sans pensé à rien, laissant toutes mes questions au fond de ma tête dans un tiroir. Finalement, je regrettais de ne pas avoir batifolé cette nuit ; ça m'aurait empêché de trop pensé et je me serais au moins divertit. Ca sera pour se soir, évidemment.

    Hors Jeu :: Désolée ce n'est pas super, mais je n'excelle pas pour les débuts. De plus, j'essaie de jouer à la première personne. Cela fais un moment que je ne l'avais plus fait et je voulais ainsi voir quelle personne me convenais le plus (:
Revenir en haut Aller en bas





BEAUTIFUL LADY
▬ my heart calling you.

BEAUTIFUL LADY ▬ my heart calling you.


★ MESSAGES : 872
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 115
★ LOCALISATION : Maybe with you ?

more

A propos de moi
ÉTOILES:
0/100  (0/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Lun 27 Sep - 21:58

Chelsea s'était levé tard aujourd'hui car à vrai dire, elle n'avait pas vraiment eu le courage et l'envie de se lever lorsqu'elle s'était réveillé et s'était donc endormie de nouveau. On allait sûrement demandé ce qu'elle avait fait la veille pour mais ceux qui la connaissait s'en doutait sûrement. Comme beaucoup de soirs, je passais la soirée à boire, boire et encore boire certes je pouvais trouver d'autres occupations car il y avait tellement à faire dans la ville mais je ne voulais pas. J'avais donc fini au lit très tard et comme d'habitude je me demandais comment j'avais réussi à rentré et pourtant je n'avais pas été très loin ce coup ci. Oui, je m'étais juste contenté du bar en face de chez moi car je n'avais pas trouvé ni la force ni le courage pour aller plus loin et ce même avec ma voiture. De plus, j'aurais pris un risque car je n'aurais pas pu conduire pour le retour étant donné que je ne serais pas dans mon état normal alors soit j'aurais eu un accident ou encore une amende. Encore une chose qu'aurait pu mettre Gossip Girl sur son blog et je m'étais déjà retrouvé assez à l'affiche pour le moment que je voulais évité de l'être encore une fois ! Alors que je m'étais levé, je m'étais retrouvé avec un mal de tête affreux mais pas étonnant, l'habitude surement faisait que je ne sentais plus le mal. Bref, j'avais fais mon petit train train habituel du matin c'est à dire m'habiller, me laver, manger, ranger enfin tout ce que je faisais d'habitude le matin et j'avais pris mon temps. Je n'avais pas envie de me presser sachant que je n'avais pas de rendez vous, du moins je n'avais rien de prévu pour le moment car cela pouvait arrivé dans la journée. Et en parlant de mon rendez vous, voilà que j'entends mon portable sonner. Je m'approche donc de mon bureau, endroit où il était posé et je vis qu'il s'agissait de Nathanael, un de mes exs. Non, je n'allais pas renouer avec mon ex pour faire de cet ex mon petit ami déjà que je suis amoureuse d'Alexander. Mais, entre les coups d'un soir que j'ai pu avoir et les vraies relations, il ne restait plus grand monde et lorsque je supprimais les ex à qui je ne parle plus il en reste encore moins. Seulement, avec Nathanael on s'était quittés en de très bon termes il faut dire et ce même si parfois, justement cela l'enerve un peu. En effet, vous connaissez sûrement mon côté protecteur et bien il faut dire que avec Nathanael, ce côté était très très présent car j'étais un peu comme sa mère voir sa soeur. Oui, je buvais et pourtant je refusais qu'il touche à l'alcool du moins qu'il boive trop car je ne voulais pas qu'il fasse les mêmes erreurs que moi, oui, je ne pouvais plus m'empêcher de boire maintenant. Certes j'aurais pu aller à la clinique ils m'auraient fait faire des choses mais est ce que j'en avais vraiment envie maintenant que je m'y étais habituée ? Non je ne crois pas, j'en suis même sure que je ne veux pas. Je lui répondais donc d'un simple "ok j'arrive bisous" et je me préparais pour partir et aller le rejoindre là où il m'attendait. J'étais vêtue d'un slim noir avec un haut noir aussi mais qui laissait voir mon épaule gauche ainsi que des chaussures à talons. Je pris mon sac où j'y mis mes objets habituels c'est à dire mon portable, mon iPod, mon paquet de cigarette, un briquet et mes clés bien entendu. Je me dirigeais vers la sortie de mon appartement pour aller jusqu'à ma voiture que je garais dans le parking lorsque je fus arrivé au point de rendez vous que j'avais avec Nathanael. Lorsque je fus sortie de ma voiture, je pris mon paquet et retirait de l'intérieur une cigarette que j'allumais, je fumais aussi pour courronné le tout mais ce que l'on pouvait dire je m'en fichais. Si je devais avancer en écoutant les autres alors je n'avancerais pas, je préférais m'écouté moi, écouté mon coeur et même si la cigarette était mauvais je ne pouvais m'arrêter non plus. Seulement, ce n'était pas autant une drogue que l'alcool, j'étais obligée d'en boire chaque jour ! Bref, je m'avançais dans le parc tout en fumant et je guettais aussi si je voyais l'homme qui m'attends, Nathanael lorsque soudain je le vis de dos. Je m'approchais donc et lui mit les mains sur ses yeux tout en souriant et bien entendu, je savais qu'il se douterait que c'est moi, qui d'autres après tout ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Dim 3 Oct - 19:28

J'attendais sagement tandis que mon paquet de cigarette se vider peu à peu et que les mégots se retrouver écraser en un petit tas près de moi. J'avais reçu un message de celle que j'attendais patiemment et ce fut ses mains qui se retrouvèrent sur mon visage et qui cachait ainsi mes yeux. Je savais évidemment que ce n'était autre que Chelsea et je me mis alors à rire, d'un rire doux et amusé par les gestes enfantins de la jeune femme. Il y avait des gestes qui restaient toujours en nous, ont resté toujours des enfants au fond de nous, des enfants avec des responsabilité et une innocence qui nous avaient définitivement quitté. J'attrapais avec douceur ces mains sur mon visage et je retrouvais enfin la vue. Je me tournais vers la jeune femme qui souriais et je lui offrais à mon tour un tendre sourire, content de la voir en ma compagnie. Elle avait été plutôt rapide, mais d'un naturel emmerdeur j'avais décidé de l'embêter un peu en cette douce matinée.

▬ Tu en as mis du temps. Je veux même pas savoir avec qui tu batifolé ! » Évidemment ce n'était rien de méchant, c'était un peu comme un frère qui embête une sœur ou comme un fils protecteur qui réprimande sa mère célibataire à être trop dehors le soir. J'étais malheureusement partagé entre deux personnes, il y avait Abigail pour qui j'avais beaucoup d'estime et de confiance, et il y avait Chelsea avec qui j'avais renoué des liens agréable et sur qui je pouvais me reposé. Je connaissais les tensions qui lié les deux jeunes femmes, chères à mon cœur. Ce n'était bien entendu pas le sujet de la conversation qui allait suivre. Je ne savais pas si Chelsea était au courant que je savais ce qui se passé entre elle et Abi, de plus je n'avais pas vraiment de mots à dire. Non ? J'avais alors attiré la jeune femme, vers moi pour qu'elle puisse poser ses fesses sur l'herbe à côté des miennes. Mon sourire était alors partit vers d'autres horizons et il avait laissé mon visage seul et vide, comme à mon habitude j'avais alors un visage sans aucune expression. J'attrapais une cigarette dans mon paquet et la porta pour la énième fois à ma bouche, donnant ainsi une nouvelle expression à mes lèvres et j'en tendis une à Chelsea sachant qu'elle fumait également. J'allumais finalement ma cigarette, et j'étais de nouveau détendu. Un silence s'était installé, mais ce n'était pas l'un de ses silences pesant et froid, c'était un simple silence ni plus ni moins. Un silence. Alors que je retirais ma cigarette de ma bouche, pour laisser la fumer danser au dessus de ma bouche, je me décida à prendre la parole. J'avais à ce moment une voix grave, comme si j'avais quelque chose à me faire pardonné ou comme si j'étais sur le point de me confesser pour la toute première fois. Fallait-il que je demande le pardon à dieu ou fallait-il que dieu me demande le pardon de m'avoir éloigné de mes parents ? ▬ Ô mon dieu. J'ai l'impression d'avoir tué quelqu'un de mes propres mains ou de m'être tué moi-même Chel's. Toi qui me connais, tu sais que je ne suis pas le genre de mec à avoir des putains remords et pourtant j'ai l'impression qu'on m'assassine de remord et de nostalgie. Tu y crois toi ? Nathanaël Liam Owens abattu par les remords !? »

Je lui lançais un regard, un regard que je n'avais peut-être jamais eu ou que très rarement. Un regard qui demandais de l'aide, et qui étais sans doute perdu par tout ce qui lui arrivait ! J'étais perdu, en effet. Je m'étais finalement noyé dans les remords et pourtant j'avais l'impression que ces remords n'avaient pas lieu d'être, mais alors pourquoi était-il présent ? Passe-t-on tous par là, un jour ? Etait-ce qu'une simple passade, ou avais-je juste besoin de ma dose ? Je savais me confié à Chelsea parce qu'elle me connaissait et qu'elle n'avais aucun jugement grave à mon sujet, juste des conseils. J'avais justement besoin de bon conseil, et peut-être que j'avais juste besoin de parler à quelqu'un au lieu de chercher un fille à mettre dans mon lit encore et toujours. Je ne savais pas vraiment où était le vrai problème et si je ne m'inventais pas justement mes soucis tout seul, pour trouver un prétexte pour discuté avec quelqu'un. J'abandonnais alors ma cigarette à mes lèvres et je fermais quelques instants les yeux. ▬ Commences pas à t'inquiétais à mort comme d'habitude, je vais bien et je vais pas me tirer une balle dans la tête sous prétexte que je commences à devenir nostalgique ou pour une autre connerie. » Les yeux de nouveau ouvert, je m'étais mis à rire doucement d'un rire cristallin. J'allais bien, j'étais juste un peu surpris de la mauvaise nuit que j'avais passé et de ce qui envahissais mon esprit. Une mère n'est-elle justement pas là pour vous rassurez ? Une sœur quant à elle à pour rôle de vous embêtez pour vous faire oubliez vous soucis, et c'était peut-être que ce j'attendais. Un mélange des deux et pouvoir par la même occasion retrouver cette douce Chelsea et avoir une réelle conversation tout en étant distrayante. Quelle journée !
Revenir en haut Aller en bas





BEAUTIFUL LADY
▬ my heart calling you.

BEAUTIFUL LADY ▬ my heart calling you.


★ MESSAGES : 872
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 115
★ LOCALISATION : Maybe with you ?

more

A propos de moi
ÉTOILES:
0/100  (0/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Lun 4 Oct - 8:45

J'étais tout simplement contente de le retrouvé et de pouvoir à nouveau discuté avec lui, je le prenais comme si il était mon fils et ca avait parfois le don de l'agacé un peu. Je le savais mais je continuais de plus belle et ce je ne pouvais m'en empêcher, oui, il ne fallait pas faire du mal aux personnes les plus importante pour moi. Nathanaël en fait parti et ce malgré ce qui s'est passé entre nous, on s'était quittés en de bons termes puisque l'on ne s'aimait plus et on est resté proche. Il est sûr que ce n'est pas avec tout le monde que je resterais en de bons terme, par exemple Shawn, on s'était quitté assez froidement tout les deux. Entre moi qui l'avait trompé et lui qui m'avait aussi en quelques sorte trompé étant donné qu'il est resté mariée à une femme et m'as demandé en fiançailles. Oui, j'avais pris sa pour une trahison et désormais, je n'étais plus la seule coupable avec Alexander, il était aussi coupable de cette rupture. « Tu en as mis du temps. Je veux même pas savoir avec qui tu batifolé ! » Je souriais, il me connaissait et savait que je pouvais finir avec n'importe quel homme dans un lit mais il faut dire que depuis quelques temps, je me suis calmer. Je regardais ma montre et pourtant j'étais à l'heure alors je m'accordais de lui donné une tape sur l'épaule car j'avais compris qu'il a dit cela afin de me taquiner, comme à son habitude. « Je me vois dans le regret de t'annoncer que je suis à l'heure et que je n'ai batifolé avec personne, je me calme avec sa, je deviens sage. » Je riais, en ce moment c'était la seule chose que j'avais peu fait, rire, le moral n'y étais pas pour que je puisse le faire mais je voulais passé au dessus de tout sa et ne rien montré. Bien entendu, ceux qui me connaissent le savent mais ils ne m'en parlaient pas, je leur avais demandé de ne pas me parlé de mes histoires lorsque je les retrouvais. Lorsque je souhaitais en parlé alors j'engageais la conversation la dessus mais de toute façon, je trouverais solution à mes problèmes, ne reste qu'à voir du côté d'Alexander. « Ô mon dieu. J'ai l'impression d'avoir tué quelqu'un de mes propres mains ou de m'être tué moi-même Chel's. Toi qui me connais, tu sais que je ne suis pas le genre de mec à avoir des putains remords et pourtant j'ai l'impression qu'on m'assassine de remord et de nostalgie. Tu y crois toi ? Nathanaël Liam Owens abattu par les remords !? » Et la, comme à mon habitude, j'avais le don de m'inquiéter mais qui ne le ferait pas, il y avait plusieurs types de personnes qui pouvaient me dire sa et plusieurs types à qui je ne dirais rien. C'était la encore, mon côté protecteur qui ressortait et je savais que dans quelques minutes voir même quelques secondes il me dirait de ne pas m'inquiéter mais sa, c'était voyez vous, impossible. « Quoi ?! Qu'est ce qui se passe ? » Oui, il se doutait bien que je m'inquièterais mais pourtant, il était plus facile pour moi de trouver la solution aux problèmes des autre que à mes propres problèmes. Du moins, j'arrivais plus à les conseiller qu'à me dire ce que je dois faire pour réglé mes problèmes et c'était la un véritable soucis pour moi, et c'était aussi très bizarre. J'avais posé mes fesses sur l'herbe, aux côtés de Nathanaël, on avait une après midi a passé ensemble et elle n'était pas prête de terminé pour le moment. Au contraire, notre après midi venait seulement de commencé que je voulais déjà savoir ce qui se passe avec Nathanaël et je savais que si il ne me le disait pas, j'insisterais. « Commences pas à t'inquiétais à mort comme d'habitude, je vais bien et je vais pas me tirer une balle dans la tête sous prétexte que je commences à devenir nostalgique ou pour une autre connerie. » Je souriais puis je mis ma cigarette dans la bouche, après l'avoir allumé bien entendu, la cigarette qu'il m'avait donné en sortant une pour lui de son paquet. Je relâchais ensuite la fumée sur le côté car il faut dire que c'était assez désagréable d'en recevoir en pleine figure puis je reprenais. « Et tu sais très bien que je ne peux m'en empêcher.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Mer 6 Oct - 14:03



▬ Je me vois dans le regret de t'annoncer que je suis à l'heure et que je n'ai batifolé avec personne, je me calme avec sa, je deviens sage. » J'avais ris et je souriais bêtement à présent. Je me rendais compte avec joie qu'elle avait effectivement changé et qu'elle était bien plus sage que je ne l'étais. Evidemment c'était une bonne chose, pour elle. Chelsea paraissait plus détendu et radieuse qu'auparavant et j'en était bien entendu très content ! Je le regardais durant un instant, ayant toujours ce sourire bête accroché à mes lèvres. En effet elle semblait rayonnante. Parfois il suffit d'une personne pour faire changer le quotidien d'une personne et peut-être l'avait-elle finalement trouver ? Après ce moment de détente, j'avais entrepris de lui faire part de mes inquiétudes, et des questions qui se posaient à moi aujourd'hui. Moi qui n'était pas du genre à me poser des questions et encore moins à avoir des regrets, j'étais sur le point de découvrir une nouvelle chose de la vie. J'aurai pu vivre sans.

Il fallait que Chelsea s'inquiète. Elle était toujours inquiète dès que je prenais un air grave, comme si j'avais tué quelqu'un ou que j'étais sur le point de lui faire mes adieux. Je ne lui en voulais pas, mais souvent je m'amusais à lui faire peur et elle finissait toujours par vouloir me tuer de ces propres mains. Cependant, aujourd'hui c'était différent.
▬ Quoi ?! Qu'est ce qui se passe ? » J'attendais ces mots. Bien entendu je n'avais pas été très clairs dans mes propos et moi-même je n'avais pas compris ce que j'avais essayé de dire. J'étais perdu et je détestais l'être et ne pas avoir ce contrôle sur moi-même que j'ai toujours eu. J'avais envie d'éclater et d'hurler ma rage, mais elle était là et j'évitais toujours de me montrer colérique en sa présence. Je ne contrôlais que très rarement mes gestes et je ne pouvais accepté de mettre en danger Chelsea. Alors j'essayais de garder mon calme. Je fumais, cigarette sur cigarette comme un mec accro à sa dope.. J'étais resté silencieux pendant un moment et puis finalement je lui avais dis de ne pas se prendre la tête, comme à son habitude. Je posais mes deux mains sur le haut de ma tête, avant de regarder le sol. Je me sentais faible et c'était un sentiment que je n'arrivais pas à accepter. ▬ « Et tu sais très bien que je ne peux m'en empêcher. »

▬ « Ouai. Je sais plus où j'en suis, depuis hier soir je me poses de tas de questions à la con, dont je n'ai même pas les réponses. Alors j'avais juste besoin de te voir un peu et qu'on discute, qu'on fasse les cons comme toujours pour me changer les idées. Et puis tu l'aurais vite remarqué si je ne t'aurais rien dis et après j'en aurais pris pleins la gueule. » Je la regardais et esquissa un léger sourire, comme pour la rassuré. Je n'avais pas pour habitude de demander de l'aide, mais cette fois c'était quelque chose qui me dépasser et auquel je n'avais jamais eu à faire. J'avais simplement besoin de sa présence, elle qui jouait au rôle de mère parfois et de grande soeur les autres fois. Je lui donna un petit coup de coude, je n'avais pas envie que son moral en prenne un coup de plus ce n'était peut-être pas le moment pour elle. J'écrasais de mes longs doigts une autre cigarette sur l'herbe sèche du parc, et finalement je m'étira longuement ! Avais-je eu tort de lui faire part de ce que je ressentais en ce moment ? Entre les remords et la nostalgie. Je voulais lui enlever cette expression d'inquiétude qu'elle avait sur le visage, alors ce fut d'une voix grave et sérieuse que je m'exprimais une nouvelle fois. ▬ « Arrête d'avoir ce visage inquiet ou je te jure mademoiselle Chelsea que je t'embrasse et que Gossip Girl n'en ratera pas une miette ! Ma langue dans ta bouche, je crois que y'en a qui ne vont pas apprécié ! » Mon air sérieux laissa place à un visage amusé et je m'étais mis à rire également. Je parlais toujours d'une certaine façon, mais j'essayais d'être un peu moins cru surtout avec la gente fémines, ça n'avait rien de très séducteur. J'espérais passé une agréable journée en sa compagnie, malgré ses inquiétudes et ses manies à tout contrôler sur ma façon de faire, bien que ça me faisais toujours marré.
Revenir en haut Aller en bas





BEAUTIFUL LADY
▬ my heart calling you.

BEAUTIFUL LADY ▬ my heart calling you.


★ MESSAGES : 872
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 115
★ LOCALISATION : Maybe with you ?

more

A propos de moi
ÉTOILES:
0/100  (0/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Mer 6 Oct - 23:04

Oui, je commençais a changé mais j'avais trouvé l'homme qui me correspond même si notre histoire n'étais pas encore officielle. En effet, il reste toujours l'histoire d'Abigail car de mon côté, avec Shawn, c'était terminé et il n'y aurait jamais plus rien entre nous. De l'amitié ? Il pourrait y en avoir certes mais, on s'était fait beaucoup trop mal pour, moi avec Alexander et lui avec ce qu'il m'avait révélé lorsque l'on s'est vu, qu'il est déjà marié. Je ne savais pas si je devais croire à cet histoire de mariage mais je n'avais pas vraiment envie de me prendre la tête avec des histoires et encore des histoires...

« Ouai. Je sais plus où j'en suis, depuis hier soir je me poses de tas de questions à la con, dont je n'ai même pas les réponses. Alors j'avais juste besoin de te voir un peu et qu'on discute, qu'on fasse les cons comme toujours pour me changer les idées. Et puis tu l'aurais vite remarqué si je ne t'aurais rien dis et après j'en aurais pris pleins la gueule. » Oui, je m'inquiétais souvent pour un rien et Nathanaël le savait mais c'était comme sa, j'avais été crée comme sa et je ne pouvais plus changé cette chose. C'était encré en moi et je savais que ce n'est pas demain que je changerais et que je n'aurais plus ce côté protectrice, c'était tout simplement impossible. « C'est quoi les questions que tu te poses, tu sais bien que tu peux tout me dire et que je ne révèlerais rien mais je veux pas que tu sois mal. T'en fais pas on va déconné comme on fait d'habitude mais dis moi d'abords ce qui ne vas pas, et tu sais que je peux être têtue quand je le veux. » Oui, il savait très bien que lorsque je le voulais, je pouvais être très têtue et si je ne savais pas ce qu'il avait alors j'insisterais et ce pour ne pas changer. Pour s'en prendre plein la gueule, faut dire que si je savais qu'il était triste et qu'il ne me dit rien alors ca m'agacerait un peu pour ne pas dire beaucoup. « Un peu ouais pour ne pas dire beaucoup mais tu sais aussi que si tu ne me dis rien la, je vais te bouder et comme je sais que tu n'aimes pas.. » Chantage ? Peut être mais je souris, c'était pour rire et il savait que je ne lui ferais pas la tête pour autant car si il n'avait pas envie de parler, j'accepterais son choix. « Arrête d'avoir ce visage inquiet ou je te jure mademoiselle Chelsea que je t'embrasse et que Gossip Girl n'en ratera pas une miette ! Ma langue dans ta bouche, je crois que y'en a qui ne vont pas apprécié ! » Gossip Girl..Il faut dire que je m'étais retrouvée deux fois en haut de l'affiche à cause d'elle et j'ai pas vraiment envie de m'y retrouvée une nouvelle fois, je pense que pour le moment, ca pourrait suffir. Oui, il y avait tellement de monde dans la ville et il fallait que ce soit moi, Chelsea Leah Atwood qui m'y retrouve, bon en même temps je faisais partie d'une classe riche et populaire. Bref, je baissais la tête lorsqu'il me parlait de Gossip Girl, je n'étais pas vraiment très fière de ce qui avait pu se passer ses dernières jours mais si il y a bien une chose que je ne regretterais jamais c'est bien ma rencontre avec Alexander. « Je pense que j'ai déjà suffisamment été en une de ce blog, je vais laissé la place aux autres. » Non, je ne lui en voulais pas et je savais très bien qu'il avait dit cela gentiment, sans vouloir me blessé, seulement, il y avait des souvenirs qu'on voulait oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Lun 11 Oct - 16:20



Finalement je ne savais plus si j'avais bien fais de lui parlé de mes problèmes. J'avais confiance en elle, mais je n'avais plus envie de me soucié de mes propres soucis de plus elle devait très certainement avoir la tête ailleurs. Avec certaines personnes je me montrais sous tout mes angles, et je n'avais aucune honte à exprimer certaines de mes inquiétudes et c'était le cas avec Chelsea. Elle faisait partie de ses quelques exceptions qui me permettait d'être plus ouvert aux autres. J'avais l'impression d'être un enfant qui avait un lourd secret et qui avait peur de le révélé à sa mère, de peut qu'elle le gronde ou le punisse. Pourtant ce n'était pas vraiment un secret et Chelsea connaissait pratiquement toute mon histoire alors je n'avais plus vraiment de secret.. ▬ C'est quoi les questions que tu te poses, tu sais bien que tu peux tout me dire et que je ne révèlerais rien mais je veux pas que tu sois mal. T'en fais pas on va déconné comme on fait d'habitude mais dis moi d'abords ce qui ne vas pas, et tu sais que je peux être têtue quand je le veux. » J'haussa les épaules. Je la savais têtu et elle l'était certainement beaucoup plus que moi bien que j'étais plutôt doué dans ce domain là, mais je savais de quoi était capable Chelsea et il vallait mieux pour moi de ne pas jouer à ce jeu-là. Je restais silencieux et je cherchais dans ma tête les mots les plus approprié pour me faire comprendre et pour parler d'une façon qui pouvait lui convenir. Mon silence l'inquiétait d'autant plus alors je m'étais empressé de rajouter quelques mots et elle me répondit aussitôt. ▬ Un peu ouais pour ne pas dire beaucoup mais tu sais aussi que si tu ne me dis rien la, je vais te bouder et comme je sais que tu n'aimes pas.. » Je n'avais rien à redire. Elle me connaissais vraiment par coeur et je me mis doucement à rire. Elle utilisait donc le chantage, mais elle avait peut-être oublié qu'avec moi le chantage ne marchait jamais.. Je n'étais pas du genre à me laisser faire, bien au contraire. Je m'étais détendu et je me sentais beaucoup plus à l'aise à présent ! Je la regardais toujours, et je n'avais pas lâcher une seule seconde son regard. A ce moment je me décida à lui faire part des questions que je me posais et qui m'empêcher d'être de bonne humeur et de passer une soirée avec une fille, comme j'avais l'habitude de faire. ▬ J'ai l'impression que c'est de ma faute si aujourd'hui je n'ai plus aucun contact avec mes parents. Je me demande si j'ai vraiment réagis de la bonne manière avec eux, finalement ! Pourtant je me dis que c'est de leur faute si ils ont été trop cons pour laissé leur fils de côtés, mais j'en doute. Chelsea, toi qui me connaît parfaitement.. Tu penses que j'ai fais une erreur ? Est-ce qu'il faut vraiment que je me prenne la tête avec ça ? Je ne sais même pas pourquoi j'y penses d'ailleurs. Même là, ils arrivent à m'empoisonné la vie. » Je ne savais pas si j'étais en colère ou triste. Je détestait cette sensation et ce sentiment ! J'avais l'impression d'avoir tout les torts sur moi, alors que je les détestaient vraiment et je ne savais toujours pas pourquoi je pensais à eux depuis hier soir. J'avais beau réfléchir je ne comprenais pas ce qui pouvais me faire penser à eux.. Mon subconscient était sans doute la raison.

Je le regardais et pu voir sur son visage l'inquiétude qui avait prit possession de ses traits. Je repris alors mon dynamisme, voulant la faire sourire quelques instants et surtout qu'elle ne s'inuiète plus comme elle avait l'habitude de le faire, pour un rien. Je lui avais alors proposer de l'embrasser si elle ne faisait pas partir cette vilaine expression, mais l'effet de mes paroles n'eurent pas le bon effet à l'égard de Chelsea.
▬ Je pense que j'ai déjà suffisamment été en une de ce blog, je vais laissé la place aux autres. » Chel's n'avait effectivement pas eu de chance avec la fameuse Gossip Girl. Celle-ci ne l'avait pas épargné. Je voulais voir un semblant de sourire sur ses lèvres, mais j'avais légèrement empiré la situation. Je fis une petite moue, histoire de m'excuser auprès de Chelsea sans vraiment le lui dire, mais je savais qu'elle comprendrait ce que j'essayer de lui faire passé par ce petit visage visage. ▬ Oublie ce que je viens de dire, c'était plutôt stupide. Tu sais que je suis là si tu veux en discuté.. Evidemment je ne peux pas vraiment mettre la faute sur Abigail, tu sais que j'entretiens une relation amicale avec elle, mais tu sais également que tu es important pour moi. Alors tu peux toujours compté sur moi et mon oreille attentive. » Je lui offrit un chaleureux sourire, voulant de cete façon lui faire oublié ce mauvais moment ! Parfois il y a des jours où je me dis que je devrais resté chez moi et ne pas sortir. A présent je sentais comme un certain mal aise dans l'atmosphère et je détestais ce genre de silence qui voulait tout dire sur l'un et sur l'autre. Rapidement je me mis sur mes deux jambes, j'enleva ma veste et mes chaussures et je pris le temps de vider mes poches. Soudain, j'attrapais les pieds de la belle et lui retira ses chaussures d'un geste rapide et habile. Je la souleva et d'un air grave, j'annonçais ce qui était sur le point d'arrivé. ▬ Ma chère et tendre Chelsea. Dans quelques instants, tu vas te retrouver complètement trempé. Je te proposes d'enlever tout ce qui se trouves dans tes poches, sinon tant pis. Je ne vais pas me permettre de t'embrasser, c'est comme si j'embrassais un membre de ma famille.. J'eus une grimace à cette dernière pensé, et au risque de me faire tapé dessus par la suite, je me mis à courir en direction du cours d'eau au milieu du parc. Je n'avais attendu que quelques secondes le temps qu'elle se décide d'enlever ses affaires de ses poches, ou non. Je courais à présent en direction de l'eau, certaines personnes nous regardaient tandis que je tenais fermement Chelsea ne voulant pas qu'elle tombe. Au bord de l'eau, mon pentalon fut vite trempé et lorsque j'eus l'eau jusqu'au genoux je lança la jeune femme dans l'eau, tout en m'excusant en même temps de ce que j'étais sur le point de faire. Nous étions complètement trempé, et je savais que Chelsea n'était pas du genre à apprécié les idées de ce style-là. Je m'attendais bien évidemment à une crise de nerf, mais c'était dans l'intention de lui faire oublié ces mauvaises pensés et de la faire rire également. Etait-ce le bon moyen ? Nate n'en était pas persuadé, mais au moins l'intention était là. Toujours les genoux dans l'eau, je la regardais avec un air mi-amusé et mi-gêné. Quoi que je ne l'étais pas vraiment ! J'attendais simplement une réaction de sa part espérant qu'elle n'allait pas me tué sur place.
Revenir en haut Aller en bas





BEAUTIFUL LADY
▬ my heart calling you.

BEAUTIFUL LADY ▬ my heart calling you.


★ MESSAGES : 872
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 115
★ LOCALISATION : Maybe with you ?

more

A propos de moi
ÉTOILES:
0/100  (0/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Lun 11 Oct - 22:06

Oui, je connaissais toute son histoire car il m'avait tout dit, en même temps j'étais vraiment du genre à m'angoissé et ce, il l'avait bien compris. « J'ai l'impression que c'est de ma faute si aujourd'hui je n'ai plus aucun contact avec mes parents. Je me demande si j'ai vraiment réagis de la bonne manière avec eux, finalement ! Pourtant je me dis que c'est de leur faute si ils ont été trop cons pour laissé leur fils de côtés, mais j'en doute. Chelsea, toi qui me connaît parfaitement.. Tu penses que j'ai fais une erreur ? Est-ce qu'il faut vraiment que je me prenne la tête avec ça ? Je ne sais même pas pourquoi j'y penses d'ailleurs. Même là, ils arrivent à m'empoisonné la vie. » Je soupirais, non pas que son histoire ne m'intéressais pas ou autre sinon je n'aurais pas insisté pour qu'il me dise mais tout simplement car les parents étaient vraiment compliqués. J'étais bien placée pour le savoir étant donné mon histoire, eux qui avaient voulus que je me marie avec un autre que l'homme que j'aime, certes ils ne le savaient pas mais bon ils ne m'avaient pas laissés choisir non plus. Et puis, ils ne m'avaient pas demandés non plus quoique d'un côté, j'étais célibataire encore à ce moment et je ne connaissais pas encore Alexander mais bon. « Non ne culpabilise pas, tu sais les parents ne sont pas tous les meilleurs, j'en ai la preuve dans ma famille. Parfois, on ne ferait mieux pas de les écouté et j'aurais du refusé ce qu'ils m'ont demandés ca m'aurait valu moins de soucis que maintenant mais bon, je ne peux plus faire un retour en arrière. Ne te prends pas la tête pour tes parents et si ils t'aiment vraiment alors ce sera eux qui viendront faire le premier pas. » Oui, notre histoire était certes pas comparable mais bon, mes parents m'avaient quand même forcés à me fiancé à un homme pour qui je n'éprouvais rien d'amoureux. J'aurais pu être ami avec lui mais, les choses ont fait que non, c'était désormais même impossible et je ne souhaitais même plus le revoir, c'était comme sa. On avait décidé de coupé les ponts lui et moi afin de ne pas se faire souffrir et je me disais que c'était surement mieux ainsi pour nous deux. « Oublie ce que je viens de dire, c'était plutôt stupide. Tu sais que je suis là si tu veux en discuté. Evidemment je ne peux pas vraiment mettre la faute sur Abigail, tu sais que j'entretiens une relation amicale avec elle, mais tu sais également que tu es important pour moi. Alors tu peux toujours compté sur moi et mon oreille attentive. » Non, je n'avais pas mal pris ce qu'il m'avait dit, à vrai dire je savais qu'il n'avait pas fais sa pour me blesser ou autre, il ne le ferait jamais. En effet, pourquoi voudrait-il me dire sa pour me blessé alors que nous sommes très proche tout les deux. Et puis, je sais bien qu'il ne m'aurait jamais menti et fait croire qu'il m'adorait et autre truc de ce genre. « Non ne t'en fais pas, je ne t'en veux pas tu ne l'as pas fais exprès c'est moi qui n'avais pas à réagir ainsi. Je sais bien que tu ne l'as pas fais exprès et je sais aussi que tu es ami avec Abigail mais bon je n'ai rien à dire à part que elle a mentie à Alexander. » Je soupirais en repensant à cela, au final j'avais eu raison concernant sa grossesse que je n'y croyais pas sans le savoir, j'avais totalement eu vraie mais bon. « Ma chère et tendre Chelsea. Dans quelques instants, tu vas te retrouver complètement trempé. Je te proposes d'enlever tout ce qui se trouves dans tes poches, sinon tant pis. Je ne vais pas me permettre de t'embrasser, c'est comme si j'embrassais un membre de ma famille..» J'eus un rire lorsqu'il me dit cela, il cherchait cela à faire que je me change les idées et pour dire, j'en avais envie aussi, je ne voulais plus pensé à cette histoire en l'espace de quelques heures. Je retirais donc les objets les plus important de ma poche avant de les mettre dans mon sac et le laissait retiré ses chaussures. Je courais donc jusqu'au cours d'eau à mon tour avant de rejoindre Nathanaël qui me tenait fermement afin que je ne tombe pas surement mais pour me venger, je décidais de le mouiller. « Voilà, cela t'apprendras à embêter les femmes mon cher.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Mer 20 Oct - 18:09



▬ Non ne culpabilise pas, tu sais les parents ne sont pas tous les meilleurs, j'en ai la preuve dans ma famille. Parfois, on ne ferait mieux pas de les écouté et j'aurais du refusé ce qu'ils m'ont demandés ca m'aurait valu moins de soucis que maintenant mais bon, je ne peux plus faire un retour en arrière. Ne te prends pas la tête pour tes parents et si ils t'aiment vraiment alors ce sera eux qui viendront faire le premier pas. » Elle n'avait pas vraiment tort et j'eus un petit sourire qui apparut sur mes lèvres. Je restais silencieux, souriant bêtement comme si elle m'avait donné une réponse qui me convenait amplement. Je n'avais rien à me reprocher et c'était la seule chose que je voulais entendre, finalement. J'avais juste besoin que quelqu'un me le rappel.. Oui, c'était peut-être idiot ou même égoïste, mais c'était la réponse qui me convenait et qui m'enlever tout problèmes de la tête. J'étais satisfait et mon sourire pouvait le prouver. Je ne voulais plus y pensé, de plus elle m'avait beaucoup aidé, en prenant le risque de ressassé de mauvais souvenirs et je lui en étais reconnaissant. ▬ Non ne t'en fais pas, je ne t'en veux pas tu ne l'as pas fais exprès c'est moi qui n'avais pas à réagir ainsi. Je sais bien que tu ne l'as pas fais exprès et je sais aussi que tu es ami avec Abigail mais bon je n'ai rien à dire à part que elle a mentie à Alexander. » Je lui avais proposé mon aide, aussi gentiment que possible et elle savait que j'étais sincère. Sa réponse, me mis mal à l'aise. Les filles étaient vraiment compliqué, surtout entre elles. Je ne savais quoi répondre, Chelsea avait sa version des faits et Abigail la sienne. Je ne voulais pas me mettre du côté de l'une d'elles, de peur de perdre leur précieuse amitié alors je restais neutre face à toute cette histoire. Je haussa les épaules, tout en faisant une petite moue. ▬ J'espère que vous arriverai à vous mettre d'accord, que vous trouviez un terrain d'entente. Quelque chose dans l'genre. » Ouai, je sais. Je suis du genre sensible, avec ceux qui m'entourent et qui compte. Ridicule non ?

Un brin de folie m'emporta. Je souleva Chelsea et je traversais en courant le parc pour arriver au point d'eau. A ce moment là, je m'étais mis à rire aux éclats. Amusé, comme un gamin voulant redonner le sourire à sa tendre mère. Je voulais l'entendre rire, qu'elle ne se soucie plus de ses problèmes actuels et qu'elle se laisse allé. Sans attendre je l'avais jeter à l'eau, et j'étais moi-même trempé mais pas autant qu'elle. Tout le monde nous regardaient, certains nous prenaient pour des fous et d'autre ne trouvaient amusant ! Je riais toujours lorsque je vis Chelsea, se remettre debout complètement mouillé. Je fis comme si je n'étais pas le responsable, sifflotant un petit air inventé sur le moment.
▬ Voilà, cela t'apprendras à embêter les femmes mon cher. » La réaction qu'elle venait d'avoir me fis sourire, j'avais échappé de peu la colère de la belle mais j'étais complètement trempé à mon tour. Je me mis à courir après elle, sortant de l'eau pour la rattrapé et lui faire gouter l'eau de nouveau.. Nous retombions dans l'enfance, à faire n'importe quoi sans se soucié de ce que pouvais pensé les autres. On se foutait du regard des autres, qu'ils soient choqué ou amusé. Ça nous était égal et ça faisais du bien. Finalement je l'attrapa une dernière fois, la serrant délicatement contre moi puis que la hissa sur mon épaule comme un pauvre sac de patate. Tout en riant je la ramené à notre premier endroit de rendez-vous, et je la déposa délicatement sur l'herbe puis je m'installa également à ses côté, le sourire aux lèvres. ▬ Heureusement que le soleil est là, on va pouvoir vite séché. Ha.. J'aime ses moments là, à faire les cons tout simplement. Enfin sa restera notre petit secret ! » Je me mis à soupiré, épuisé par cette course folle. Je m'allongea dans l'herbe, fermant les yeux lentement. Les rayons de soleils caressaient agréablement mon visage, séchant par la même occasion mes vêtements encore mouillé.

▬ Ha.. Les femmes me font tourné la tête. »

Hors Jeu : Désolée pour l'attente et pour le petit poste.. J'ai des soucis en ce moment Neutral

Revenir en haut Aller en bas





BEAUTIFUL LADY
▬ my heart calling you.

BEAUTIFUL LADY ▬ my heart calling you.


★ MESSAGES : 872
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 115
★ LOCALISATION : Maybe with you ?

more

A propos de moi
ÉTOILES:
0/100  (0/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Mer 20 Oct - 23:02

Oui, je ne voulais pas qu'il culpabilise pour quelque chose dont il était en aucun cas responsable et surtout si ca concernait ses parents. J'avais eu en quelques sortes une histoire avec mes parents et je regrette d'ailleurs de les avoir écouté et d'avoir pensé à leur bonheur avant le mien. Certes, ils avaient beaucoup fait pour moi et je leur devais bien sa, de faire quelque chose pour eux mais, j'avais empêcher un bonheur, le mien. Je pouvais être égoïste de dire cela maintenant mais c'est bien la chose à laquelle je me suis rendu compte au fil du temps. Certes, je veux leur bonheur mais je souhaite aussi avoir le mien et je ne voudrais pas que Nathanaël reproduise les mêmes erreurs que moi, qu'il s'empêche d'être heureux à cause de ses parents. « J'espère que vous arriverai à vous mettre d'accord, que vous trouviez un terrain d'entente. Quelque chose dans l'genre. » Hum, trouvé un terrain d'entente, c'est bel et bien la dernière chose que je penserais faire avec Abigail, je la déteste bien trop pour sa. Oui, le fait qu'elle soit l'ex d'Alexander n'en changerait rien les choses puisque elle avait quand même tenté d'empêcher à ce que lui et moi soyons en couple. Inventé le fait d'être enceinte pour gardé son petit ami je trouvais sa juste tellement pitoyable de sa part mais bon. Elle était possessive et ca se voyait, tellement possessive au point d'inventé des histoire, finalement, d'un côté je me dis que c'est bien de l'avoir renversé comme sa on a su la vérité. Mais d'un côté je n'étais pas vraiment fière de mon geste, la violence ne résous rien et c'est pourtant bien ce que j'ai dis à Shawn. Oui, la violence ne résous rien, je le sais et pourtant je n'avais pas su me contrôler sur ce coup et elle était passé sur le capot d'une voiture. « Je suis désolée...que tu me demandes de me réconcilié avec quelqu'un d'autre je l'aurais peut être fais mais Abigail c'est impossible. Elle m'as fait trop de mal, empêcher d'être heureuse, d'accords ce que j'ai fais avec Alexander alors qu'il était avec elle c'était pas cool mais s'inventer une grossesse ca l'ait encore moi. Elle a anéantie Alexander. » Je soupirais, je lui en voulais et je savais que notre relation n'était vraiment pas prête de s'améliorer ni de changé, elle resterait toujours ma pire ennemie. Il faudrait vraiment un malheur, mais très gros malheur pour que je puisse me rapproché d'elle et même si on m'enfermerait dans une pièce avec elle pendant une semaine, je ne lui dirais rien. Je savais que Nath' était très amis avec elle et je ne comptais pas non plus faire à ce qu'il ne lui parle plus ou d'autre mais juste lui dire qu'une amitié entre Abi' et moi ne serais pas possible. « T'inquiètes je ne dis pas pour que tu ne sois plus ami avec elle car tu fais ce que tu veux et elle ne t'as rien fais de mal pour que tu puisses la détesté. C'est à moi qu'elle a fait quelque chose, moi et Alexander et je veux juste dire que je ne pourrais pas être amie avec elle ou alors il faut qu'un malheur arrive pour que je puisse me rapproché d'elle et encore. »

Je rigolais lorsqu'il me prit dans ses bras pour m'emmener dans l'eau, j'étais trempé mais je n'avais pas mis longtemps avant de le trempé à mon tour. C'était donnant donnant après tout. Il me prenait tel un sac de patate sur son dos et ça me faisais rire, ca me faisais oublié tout mes problèmes et je passais un très bon moment en sa compagnie. Tout ceci me rappelait des souvenirs d'enfance, de très bon souvenir d'enfance et parfois, j'aimerais retourné dans le passé juste pour y retourné. « Non mais ça va oui, je suis pas un sac de patate !» Puis, je me mis à rire car il savait très bien que c'était ironiquement que je lui avais dis cela tout comme je savais qu'il faisait exprès de me porté ainsi. Je posais ma tête sur l'épaule de Nathanaël lorsqu'il me reposait sur l'herbe, non je n'ai pas de sentiments pour lui mais j'aime le contact avec les autres. « Heureusement que le soleil est là, on va pouvoir vite séché. Ha.. J'aime ses moments là, à faire les cons tout simplement. Enfin sa restera notre petit secret ! » En effet, il faisait beau et heureusement d'ailleurs car je préférais le soleil aux gouttes d'eau de pluie enfin bon je ne pense pas être la seule après tout. « Heureusement oui, on pourrait dormir sous le soleil puis ça fais du bien, ça me rappelle mon enfance lorsque je venais au parc avec mes parents pendant qu'il faisait beau enfin bon ce n'est que des souvenirs. » Oui, de bons souvenirs malheureusement mais qui sait, dans un futur proche je pourrais revivre ces moments avec mes propres enfants enfin ca, ce n'était pour le moment pas ce que je voulais. Certes, je voudrais avoir des enfants mais surtout pas maintenant, j'étais bien trop jeune pour et je voulais profité de ma jeunesse. « Ha.. Les femmes me font tourné la tête. » Je ris à la dernière phrase de Nath', oui on les faisait perdre la tête comme eux nous font tournés la tête. « Qu'est ce que vous feriez sans nous les femmes hein ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Dim 7 Nov - 22:58



Je savais pertinemment que ce n'était pas parce que je lui demandé, qu'elle allait pardonné à Abigail. De plus, ce n'était pas vraiment ce que je ne lui demandé. Je voulais simplement que mes deux amies, ne se fassent plus de mal parce que je n'aimais pas les voir malheureuse. Alors j'espérais tout simplement qu'elles trouveraient une solution à leur problèmes, quelque chose qui pouvait les arrangé toutes les deux mais ce n'était bien entendu pas facile. J'écoutais attentivement ce que me disais Chelsea. Ecouter les autres, je savais très bien le faire. Même si parfois on pourrait croire le contraire, souvent on pense que je suis un gars qui se fout de tout et ils n'ont pas vraiment tort. Je me fous de tout sauf des personnes qui compte pour moi. Je me suis vite rendu compte que j'avais besoin de quelques personnes, que je ne devait pas être un solitaire même si souvent j'aime la solitude. Les autres étaient tout aussi bien que la solitude et ça faisait beaucoup de bien d'être entouré ou ne serait-ce que de savoir que l'on compte pour certaines personnes. Je ne sais pas réellement si je compte pour mes parents, alors je les remplace d'une manière ou d'une autre et c'est mieux ainsi !

Grâce ou plutôt à cause de Gossip Girl je n'étais pas le seul à connaître toute l'histoire entre Chelsea et Abigail. Je savais ce qu'avais pu raconté Abigail mais également ce qu'avais fait Chelsea. Je ne les avaient pas jugé. Je ne l'ai d'ailleurs jamais fais. Elles avaient toutes deux des raisons, et je n'ai jamais eu à dire quelques choses de plus ce sont des femmes à présent et elles savent parfaitement se débrouiller toutes seules. Du moins, je le crois et je l'espère. Ne les jugants pas, je ne faisais qu'écouter et consolé celle qui le désiré et c'était une façon de leur prouver que j'étais là, pour l'une comme pour l'autre. Alors j'écoutais mon amie, affichant un demi-sourire et comprenant la souffrance qu'avait pu connaître Chelsea tout en comprenant ce qu'avait pu vivre Abigail. J'essayais de me mettre à leur place, bien que je n'étais jamais à la place d'une femme. Lorsqu'elle termina de m'expliquer sa façon de pensé, et sur sa relation avec Abi, je l'attrapa pour la mettre à l'eau. Il fallait qu'elle oublie, juste pendant un instant ses soucis. J'étais imprévisible, comme toujours et je ne faisais jamais attention au conséquence et ce fut pour cela qu'on se retourva tout les deux à l'eau. Trempé, devant des passants qui nous dévisagé. Sans doute nous prenaient-ils pour des fous. Je l'étais, ou presque. Une fois que notre moment de folie, quelque peu enfantin se termina je la prit comme un sac à patate. Une expression qui me fit toujours rire, en passant.
▬ Non mais ça va oui, je suis pas un sac de patate ! » Je m'étais mis à rire, continuant ma route avec Chelsea sur l'épaule. Arrivé à notre point de rendez-vous précédent je la remis sur ses jambes et à l'endroit surtout, et amusé je lui répondit : ▬ Estime toi heureuse d'être un beau sac à patate ! » Je riais aux éclats, m'attendant à toutes sortes de réprésailles de sa part bien qu'il était évident que je n'étais pas sérieux. Du moins pour la comparaison à un sac à patate, il était évident qu'elle ne ressemblait absolument pas à une telle chose ! Je prenais toujours un très grand plaisir à la taquiné. Assis sur l'herbe, je remettais mes lunette de soleil sur le nez et quant à Chelsea elle était venue posé sa tête sur mon épaule. Un geste habituel entre elle et moi. Nous étions proches, mais il n'y avait rien derrière cette proximité et nous le savions tout les deux. Oh, je ne suis pas déçu. Au contraire, c'était agréable. De n'avoir aucune arrière pensé, d'être sain d'esprit.

▬ Heureusement oui, on pourrait dormir sous le soleil puis ça fais du bien, ça me rappelle mon enfance lorsque je venais au parc avec mes parents pendant qu'il faisait beau enfin bon ce n'est que des souvenirs. » Les souvenirs. Choses essentiels dans une vie, selon moi. Ils y a certains souvenirs que l'on choisis de gardé en tête et d'autres que l'on veut effacé. Je veux effacé les mauvais souvenirs avec mes parents et gardé que les meilleurs. En y pensant, il y a que très peu de bon souvenirs avec eux mais ce n'était pas grave. Plus maintenant ! Aujourd'hui j'avais de nouveaux souvenirs, et de très bons. Je prenais ce qui venait à moi, rien de plus et rien de moins. D'ailleurs, j'avais beaucoup de souvenirs avec la gente féminines. J'en étais fier, d'une certaine manière. J'aimais les femmes, pour leur corps et seulement leur corps ! Je ne trouvais rien en elles, qui pouvait me satisfaire entièrement. Je suis un mec à femme, c'est tout simple. Oui, je pense à l'amour. Sauf que je n'y crois pas vraiment ! ▬ Qu'est ce que vous feriez sans nous les femmes hein ? » Elle posait une très bonne question. Je penses que sans les femmes, je ne serais rien. Rien du tout, ou presque. Elles sont pour moi beaucoup de choses, bien que sa revient toujours au moins. Un moyen de distraction et de détente. Un moyen d'assouvir ses besoins sexuels, surtout. Du moins, c'était une fois de plus selon moi. Evidemment elles étaient bien plus que ça mais je ne voulais pas vraiment me l'avoué. Elles sont essentiels.. ▬ En effet. Nous ne seriont rien, et moi encore plus que les autres. Et vous ? Que feriez-vous sans nous ? L'homme à besoin de la femme, tout comme la femme à besoin de l'homme. C'est inévitable ! » Je souriais, en pensant aux femmes et à tout ce qu'elles pouvaient représenter. Même ce que je n'osais m'avoué à moi-même. Au final, il y a beaucoup de choses que je ne veux pas m'avoué et que je garde au fond de moi. C'est ma façon de faire, je fuis un peu.. C'est vrai. Je suis un homme, qui fuis beaucoup de choses. Trop de choses et malgré tout je m'en contente parfaitement. C'est le principale non ?
Revenir en haut Aller en bas





BEAUTIFUL LADY
▬ my heart calling you.

BEAUTIFUL LADY ▬ my heart calling you.


★ MESSAGES : 872
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 115
★ LOCALISATION : Maybe with you ?

more

A propos de moi
ÉTOILES:
0/100  (0/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Dim 7 Nov - 23:55

    "Estime toi heureuse d'être un beau sac à patate ! "Je riais à ce qu'il me dit et je prenais un bonheur fou à oublié tout mes soucis aujourd'hui car je passais l'après midi avec mon ex mais aussi celui que je considère comme mon fils. Oui je voulais un enfant mais pas maintenant car je savais que si je le faisais ma carrière je pouvais y faire une croix dessus mais je ne voudrais pas non plus l'avoir vers l'âge de quarante ans. Seulement je voulais d'abords profité de ma jeunesse mais aussi de pouvoir faire ce qui me plait comme métier, soit de faire mannequin et je savais que j'en étais capable. Mais, je ne cache pas que mon choix suivant, si je n'aurais pas pu être mannequin aurait été quelque chose avec les enfants, j'aurais pris un métier pour m'occuper d'enfants. J'étais comme en train de retourné en enfance, une enfance qu'il faut dire avait plutôt été bonne pour moi et je n'allais pas m'en plaindre. J'aimerais tellement, et je me le dis tout les soirs, y retourné car pour moi, la vie y était bien meilleure mais malheureusement on est tous obligé de grandir et donc c'était plutôt impossible. J'eus un moment de blanc car j'étais partie dans mes souvenirs d'enfance, je me rappelais d'une fois sur la plage où mon père me prenait lui aussi tel un sac de patate sur son dos. Je riais aux éclats et lui aussi tandis que ma mère souriait et prenait des photos, c'était la le bon vieux temps avec mes parents que j'aimais tellement. Ils étaient si important à ma vie et je me demandais maintenant comment j'allais faire pour les reconquérir, enfin pour qu'ils me parlent encore. Je ne voulais pas resté fâché avec eux et je ferais n'importe quoi pour eux mais surtout pas aller avec un homme que je n'aimais pas, désormais il ne fallait plus y compter. C'était la seule chose que je ne ferais plus pour eux, je l'avais déjà fais et les conséquences n'étaient vraiment pas superbe. Je lâchais une larme repensant à mes parents mais l'essuyais aussitôt ne voulant pas que Nathanaël le voit et me pose des questions, bien sûr je lui répondrais mais je n'avais pas envie d'en parler ce soir. Je ne voulais pas lui infligé ma tristesse alors qu'on peut passée une magnifique après midi tout les deux et c'était cela que je voulais. "Non mais tu sais ce qu'il te dit le sac à patates hein et tu vas voir c'est qui le sac de patates d'abords, on va voir si tu dis la même chose la !" Je riais car bien entendu c'était pour rire, pensez vous vraiment que j'allais me vexé pour si peu, parce qu'il m'appelait sac de patates, je n'étais pas bête quand même. Je me levais donc pour me mettre sur lui le faisant tombé en arrière allongé puis j'y restais assise sans l'écraser et après tout, je n'étais pas obèse je ne devais donc pas lui faire mal. "Donc c'est qui le sac de patates ?" Je rigolais et le regardais d'un air défieur voir si il dirait toujours que j'étais un sac de patates ou pas mais j'avais hâte de savoir ce qu'il me répondrait. J'avais encore envie de m'amusé, j'étais dans le fond resté encore un petit bébé, un enfant encore et j'étais bien ainsi, peu importe ce qu'on dirait. C'était ma personnalité et j'étais un bébé dans le fond, j'avais parfois des petites réactions ou mimiques d'enfants mais tout le monde a bien son côté enfantin. Je m'amusais donc à faire le cheval sur lui, du moins à me prendre pour la cavalière et lui comme un cheval histoire de rire encore. "Allez au galop !" Je riais, les passants allaient me prendre pour une folle c'est vrai mais j'étais comme sa et je m'en fichais de ce qu'on pourrait dire. J'avais besoin d'évacué tout ces problèmes que j'avais et c'était donc en m'amusant avec mon ex que j'avais envie de le faire.
    "En effet. Nous ne seriont rien, et moi encore plus que les autres. Et vous ? Que feriez-vous sans nous ? L'homme à besoin de la femme, tout comme la femme à besoin de l'homme. C'est inévitable !" Je souriais car il n'avait pas tort sur ce coup la, c'était inévitable, chaque homme avait besoin d'une femme et chaque femme avait besoin d'un homme. Bon, il y avait les lesbiennes et les gays mais la, ca restait tout une autre histoire mais en général, chaque homme avait besoin de sa partenaire et l'inverse aussi bien entendu. J'avoue que je me demande si je n'aurais pas Alexander alors avec qui je serais et surtout si j'aurais trouvé quelqu'un d'autre si il n'avait pas été la ? Oui, je pouvais avoir en quelques sortes les hommes que je veux puisque beaucoup me demandent mais à chaque fois je refusais. Seulement, il y a parfois où je cédais et seulement pour une relation d'un soir mais bon, à certains hommes ca ne les dérangeait pas du tout puisqu'ils attendaient eux aussi que cela. Seulement, désormais, j'avais envie de resté stable, je ne voulais plus m'envoyer en l'air avec tel ou tel garçon car tout simplement j'étais réellement et vraiment amoureuse. Je ne pouvais pas continué à le faire car même si pour le moment je suis "célibataire" du moins je ne savais pas encore la suite de mon histoire amoureuse, et bien mon coeur battait déjà pour quelqu'un. Je souriais à Nathanaël restant toujours sur lui le prenant comme un cheval et à vrai dire, j'y prenais un véritable plaisir. "Tu n'as pas tort, un homme sans une femme ce n'est rien et une femme sans un homme ce n'est rien non plus. Après il y a les lesbiennes et les gays mais eux, c'est une autre histoire." Je lui souris et pensais à une chose, je savais qu'il me connaissais parfaitement, après tout on était sortit ensemble tout les deux. Je me demandais si il pouvait répondre à une question sur moi, question que je lui poserais et que je me demandais mais la seule façon de savoir c'est de demandé. "Dis, tu crois que je pourrais un jour redevenir stable dans mes relations ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Mar 16 Nov - 21:12



La journée était toujours aussi agréable. Nous étions comme deux gamins innocents, ne se souciant pas du monde cruel qui nous entouré depuis des années. L'innocence était quelque chose de reposant parfois. Elle avait ses bons côtés, mais nous étions grands et notre innocence était partie depuis bien longtemps. J'avais quelques fois envie de redevenir un enfant mais pas celui que j'avais pu être. J'aurai aimé pouvoir changé certaines choses, comme ma façon d'agir insolemment avec mes parents. J'avais tant de choses à leur reprocher que je ne m'étais pas remis moi-même en question, j'étais si jeune.. Je ne pouvais plus rien y faire. J'aurai aimé être un héros, des bandes dessiné ou des films d'actions ou fantastique. Pouvoir revenir dans le passé, changé tant de choses à mon enfance et à ma vie tout simplement et j'aurais certainement voulu changé le monde. Stupidités. Il ne faut vivre que le présent, je le savais bien entendu mais j'aurai aimé voyagé à travers le temps. Encore une stupidité. Je riais à cette pensée, j'avais encore des pensées enfantines en quelques sortes mais ce n'était pas si mal parfois. Juste de temps en temps.

Chelsea était de nouveau rayonnante. Elle riait à mes conneries, et j'en disais tellement d'ailleurs. J'étais un mec comme ça. Toujours à dire n'importe quoi et à n'être jamais sérieux. Fuyant en quelques sortes certaines de mes responsabilités de grand garçon. Grâce à sa présence j'étais de nouveau bien dans ma tête, bien dans mes foutu chaussures. J'étais détendu aussi simplement que cela puisse être.
▬ Non mais tu sais ce qu'il te dit le sac à patates hein et tu vas voir c'est qui le sac de patates d'abords, on va voir si tu dis la même chose la ! » J'attendais alors patiemment qu'elle me montre de quoi elle était capable. Evidemment je savais qu'elle n'était pas sérieuse, c'était flagrant elle avait un énorme sourire accroché aux lèvres et je m'étais mis à rire, amusé par cette tentative de faire monter la terreur entre nous. Elle n'était pas crédible, mais je préferais lui faire croire le contraire. Je restais silencieux lorsqu'elle se leva tout à coup. Chelsea me fit tombé en arrière et je me retrouvais alors allongé sur l'herbe humide sous moi. Surpris, je riais aux éclats alors qu'elle venait s'asseoir sur moi. Bien entendu son poids n'était absolument pas dérangeant d'ailleurs je la sentais à peine sur moi tant elle était légère. Elle n'avait pas changé à ce niveau-là. Finalement elle n'avait pratiquement pas changé, elle avait simplement grandit physiquement et mentalement. Chelsea était devenue une vraie jeune femme, dans toute sa spleudeur. ▬ Donc c'est qui le sac de patates ? » Un large sourire aux lèvres, je l'observais alors qu'elle faisait l'enfant et s'en était qu'amusant ! C'était un réel plaisir de la voir ainsi et je ne cessais de la regarder.

Je fis mine de réfléchir.
▬ J'avoue. Tu n'es pas un sac à patate Princesse, me pardonnes-tu pour cette insulte ? »Je ne pouvais m'incliné puisqu'elle était sur moi, alors je baissais le regard comme signe de soumission face à la Reine Chelsea Atwood. Ne pouvant être sérieux plus longtemps j'éclatais de rire. Les passants nous regardaient d'un air surpris et interrogateur, mais on s'en fichait complètement ; à vrai dire c'était comme si nous étions seuls. Ce n'était pas déplaisant au contraire. Alors qu'elle faisait comme si j'étais son étalon, je soupirais de plaisir face à cette belle journée. Finalement je m'exprimais sur ce que représentait la gente féminine à mes yeux et elle était importante à ma vie. Oh oui ! Les femmes étaient tant importante pour moi. Je ne pouvais résisté à une belle femme, succombé à son charme. Elles ne pouvaient pas me résisté non plus, je l'avais que trop bien compris et j'en jouait évidemment beaucoup depuis des années à présent. Je jouait peut-être trop. Je ne connaissais pas le réel amour. Je ne connaissais que les passions du corps et les plaisir charnels, rien d'autres. Celà me suffisait-il vraiment ? Je le croyais, je suppose. Avais-je réellement envie de connaitre autre chose que les plaisir de la nuit ? Peut-être. Et peut-être que je ne voulais pas me l'avoué ou m'aventuré à ces choses bien trop dangeureuses pour le coeur.. ▬ Tu n'as pas tort, un homme sans une femme ce n'est rien et une femme sans un homme ce n'est rien non plus. Après il y a les lesbiennes et les gays mais eux, c'est une autre histoire. »Je savais que j'avais raison, pour ce genre de choses je ne me tromper quasiment jamais. Les femmes et moi c'était toutes une histoire. Une histoire d'amour, en quelque sorte. Evidemment un homme pouvait être amoureux d'un homme et une femme également d'une femme, je n'avais aucun problème avec ce genre de chose. J'étais très ouvert bien que je n'étais pas du genre à être attiré par les hommes, mais j'acceptais parfaitement ce qui l'étais. Je n'étais pas rétissant, enfin je crois. Je souriais simplement en signe d'approbation à ce qu'elle était entrain de me dire. Je n'avais rien à ajouté à ce niveau.

Finalement elle parut quelque peu pensive, alors je l'observais sans dire un mot. J'attendais sagement qu'elle s'échappe de ses pensées et elle le fit plutôt rapidement.
▬ Dis, tu crois que je pourrais un jour redevenir stable dans mes relations ? » Je connaissais bien entendu la réponse, tout comme je la connaissais également par coeur. Je savais qu'elle n'avait jamais vraiment été stable dans ses relations, d'ailleurs la notre avait été plus ou moins courte. Nous étions tout deux des personnes qui ne pouvait s'attaché à d'autres personnes, nous nous étions trouvé un point commun et notre relation avait été basé sur ce point commun. Une relation qui n'avait aucun sens, ni aucun réel sentiment mais nous le savions et ont s'en contentais parfaitement. Certainement que c'est pour cette raison que nous sommes encore amis et proche de cette façon. Simplement parce qu'on à pas souffert de notre relation ni de notre rupture et que nous savions que ça ne servait à rien de prolongé notre aventure. Ce n'était certainement pas plus mal, je n'attendais pas mieux de notre relation aujourd'hui. Elle était bien meilleure qu'à l'époque où nous étions ensemble. Bien meilleure, en effet ! Alors ce fut avec sincérité et d'une voix clair et douce que je lui répondis : ▬ Je ne crois pas. J'en suis persuadé, Princesse. Tu as beaucoup grandit et tu es devenu une femme responsable. Tu es parfaitement capable de devenir stable dans tes relations, je ne souhaite que ça de toi. Il suffit que tu le veuille réellement et tu vera que tu pourras être parfaitement heureuse de cette manière. » Je lui fit un petit clin d'oeil et j'espérais qu'elle comprendrait que j'étais sérieux et surtout que je faisais allusion à Alex, qu'elle fréquentait et avec qui j'étais persuadé qu'elle voulait une relation durable. Il fallait simplement qu'elle se fasse confiance. Alors, je me redressa et la renversa sur le côté pour finalement me remettre sur mes deux jambes. Je m'étirais avec exagération, pour finalement prendre une cigarette et la mettre à la bouche pour ensuite l'allumé délicatement comme toujours. Fumant quelques fois sur celle-ci, je me mis à pensé à voix haute. ▬ Quant à moi, je devrais arrêté de fuir certaines choses. Peut-être que j'arrêterai mais coups d'un soir.. M'enfin j'ai le temps ! »
Revenir en haut Aller en bas





BEAUTIFUL LADY
▬ my heart calling you.

BEAUTIFUL LADY ▬ my heart calling you.


★ MESSAGES : 872
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 115
★ LOCALISATION : Maybe with you ?

more

A propos de moi
ÉTOILES:
0/100  (0/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Mar 16 Nov - 22:59

Je voulais profité des quelques moments que je pouvais passé avec mon ex, enfin, ex je n'aimais plus ce mot car, notre relation était plus que sa. On était tout de même resté en très bons termes malgré que notre relation se soit finie, il faut dire que, ce n'était pas vraiment un amour entre lui et moi. Du moins, si il fallait comparé l'amour que je porte à ce jour pour Alexander et celui que j'avais pour Nathanaël c'était bel et bien différent mais je pense que Nath' le sait. Avec Nath' on était tout de même resté en très bon contact tout les deux il faut dire et désormais, notre relation s'était vraiment améliorée je trouve. Notre amitié est beaucoup mieux que l'amour que l'on pensait s'être portée et je considère donc Nathanaël comme mon fils si on peut dire, quelqu'un que je protège. Alors qu'il m'avait prit pour un sac de patates, j'avais ris car je savais que c'était loin d'être méchant et que c'était seulement pour s'amuser. Je lui avais donc dis d'un ton menaçant mais pas crédible qu'il verrait, puisque j'étais un sac de patate ce qu'il aurait donc. Bien entendu, je n'allais pas me vengé en mal mais seulement pour rire et puis, je n'étais pas très crédible en guise de menaces. J'étais donc monté sur lui l'ayant fait tombé en arrière et l'avait prit comme pour mon cheval, pour rire bien entendu et il le savait. Oui, j'étais restée une enfant dans ma tête parfois et dans mes gestes et il se trouve que la, j'étais encore une enfant mais cela me faisait rire. Bien entendu, les passants qui avançaient dans le parc nous regardaient mais si ils pouvaient savoir à quel point je me fichais de ce qu'ils pensent ! Certes, je grandissais mais rien n'empêche parfois de s'amuser et si certaines personnes voulaient pensés que je suis une grande gamine alors, je les laissais pensé. " J'avoue. Tu n'es pas un sac à patate Princesse, me pardonnes-tu pour cette insulte ?" Je souris alors qu'il m'appelait princesse, j'aimais ce surnom qu'il me donnait, j'aimais toutes sortes de surnoms du moins lorsqu'ils étaient gentil. "Hum, suis je une princesse maintenant, mon cher ami me fera t-il le plaisir de me dire depuis quand est ce que j'en suis une s'il le veux bien ? Et, puisque c'est toi, je te pardonne pour cette terrible insulte à mon égard. Quoique mon cher, une princesse ne refuse jamais un câlin pour se faire encore mieux pardonner." Puis, je me met à rire aux éclats, comme je n'avais plus ris depuis plusieurs jours mais il faut croire que d'être avec Nathanaël me redonne la forme. Puis, je n'avais pas pu être sérieuse après ce que je venais de dire c'était tellement ridicule et puis je ne parlais pas comme sa enfin, ce n'était pas mon style de langage. "C'est quel langage que je t'ai dis sa moi et en plus ce que je viens de dire la ce n'est même pas français, tu me fais perdre la tête mon cher !" Je ris de nouveau, comme si c'était de sa faute si ce que je venais de dire n'était pas français, certes compréhensible mais pas du tout français. Bien entendu, ce n'était pas méchant et c'était encore pour le taquiner comme on aimait faire, se taquiner mutuellement tout les deux.

Puis, nous avions enchaînés sur les hommes et les femmes, sur le fait que sans femme un homme n'était rien et que sans homme, une femme n'était rien non plus. Il avait vu juste après tout, comment les enfants étaient-ils fait sinon et puis, ces pays de l'amour, à quoi serviraient-ils sinon si personne n'y vas pour célébrer leur amour ? Certes, il servait à d'autres choses et on pouvait venir le visiter quand même mais n'est ce pas mieux de voir marchant près de l'eau, des couples s'embrassés et marchant main dans la main ? Je lui avais ensuite posé une question qui me trottait dans la tête et puis, après tout, il me connaissait si bien. Mes meilleures amies aussi mais ce n'était pas avec elle que j'ai eu une histoire d'amour après tout, quoique j'aurais très bien pu leur posé la question à elles aussi. Seulement, je ne voulais pas les agacer avec ces histoires, j'avais déjà demandé conseil à Alexis et maintenant que je savais son histoire, elle avait sûrement bien d'autres chats à fouetter. Enfin, façon de parler bien sûr. "Je ne crois pas. J'en suis persuadé, Princesse. Tu as beaucoup grandit et tu es devenu une femme responsable. Tu es parfaitement capable de devenir stable dans tes relations, je ne souhaite que ça de toi. Il suffit que tu le veuille réellement et tu verra que tu pourras être parfaitement heureuse de cette manière." Alors comme sa, il était persuadé que je pouvais changé et que donc, je pourrais arrêté ces petites relations d'un soir qui ne menait à rien et que j'avais avec certains hommes ? Oui, je le voulais car après tout, mon coeur appartient désormais à Alexander que j'aime plus que tout et ces histoires de soir ne voulaient rien dire. Je m'étais d'ailleurs calmé depuis que j'avais rencontré Alex' il faut dire et désormais, je souhaitais ne plus en avoir du tout. "Merci Nath' d'être aussi sincère la dessus et oui, je trouve aussi avoir grandit même si, dans ma tête, je suis encore un enfant. Oui, je le veux vraiment, j'aime Alexander du plus profond de mon coeur et je ne veux que lui, ces relations d'un soir ne rime à rien. Je veux pouvoir arrêter et vivre mon amour avec Alexander tout simplement et pour lui je le ferais. D'ailleurs, depuis que je l'ai rencontré, je trouve que je me suis calmé la dessus tout de même, il m'as changé si on peut dire." Oui, grâce à Alexander, j'avais changé et j'étais devenue une petite femme si on peut dire cela. Mais, il avait changé cette petite femme qui avait des relations d'un soir qui ne rimait à rien, pour qui l'amour ce n'était rien du tout. "Quant à moi, je devrais arrêté de fuir certaines choses. Peut-être que j'arrêterai mais coups d'un soir.. M'enfin j'ai le temps ! " Oui, je connaissais Nathanaël et pour lui, il n'y avait encore que les coups d'un soir, comme moi avant si on peut dire cela, on se ressemblait pour sa. Il cherchait sûrement l'amour mais n'arrivait pas à le trouver et voulait aussi profité de sa jeunesse après tout, il n'avait pas tort aussi. "Et tu verras, l'amour te tombera dessus quand tu t'y attendras le moins et la, tu seras obligé d'arrêter ces coups d'un soir"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Mer 24 Nov - 16:34



▬ Hum, suis je une princesse maintenant, mon cher ami me fera t-il le plaisir de me dire depuis quand est ce que j'en suis une s'il le veux bien ? Et, puisque c'est toi, je te pardonne pour cette terrible insulte à mon égard. Quoique mon cher, une princesse ne refuse jamais un câlin pour se faire encore mieux pardonner. » Je riais de bon cœur à l'humour de Chelsea. Elle savait rire lorsqu'il était bon de rire, tout comme elle savait resté sérieuse lorsqu'il le fallait et c'était une bonne chose, bien entendu. Elle avait la tête sur les épaules, et elle rayonné de bonheur malgré qu'elle puisse être pensive par rapport à Alexander et aux histoires qui la concerné. Elle gardait tout de même le sourire et elle le communiqué aux autres. Il n'y avait rien de plus plaisant, en effet. Sans dire un mot, je l'avais enlacé de mes bras et j'avais posé ma tête contre la sienne y déposant un léger baiser sur le front de la belle princesse. J'étais très tactile, en tant que Don Juan je me devais de l'être mais je n'avais aucune arrière pensée en enlaçant Chelsea. Certes, c'était différent mais très agréable comme toujours. Une fois que je remis un peu de distance entre elle et moi, je la regardais avec de grand yeux et inclina de nouveau la tête en signe de soumission. Il était rare que je me soumette, mais face à sa majesté je ne pouvais rien faire d'autre. ▬ Majesté. Je suis à votre service, et je me donnerai corps et âme si vous le souhaitez ! » Je ne pouvais pas m'en empêché. Faire des petites allusions, c'était ma marque de fabrication si on peut dire ça comme ça et évidemment c'était idiot et elle le savait pertinemment et s'en était beaucoup plus drôle. J'étais un mauvais garçon, un garçon qui prend le cœur des femmes et qui les écrasent et les brisent, mais d'une certaine façon je me faisait du mal à moi-même. Là encore était un point sur lequel je devais réfléchir. Les femmes, me faisaient beaucoup trop réfléchir et ça devenait agaçant ! Je poussais un profond soupir avant de relever la tête vers elle et de lui sourire gentiment, tout en l'écoutant de nouveau prendre la parole. ▬ C'est quel langage que je t'ai dis sa moi et en plus ce que je viens de dire la ce n'est même pas français, tu me fais perdre la tête mon cher ! » Je me mis à rire, de nouveau. Je m'étais arrêté de compté le nombre de fois que j'avais ris aujourd'hui ; cela avait dépassé mes espérances. Je lui faisais perdre la tête, ce n'était pas la première fois que j'entendais ce genre de phrase. Oh évidemment ce n'était pas dans le même contexte, vous voyez ce que je veux dire ?

Reprenant un peu mon sérieux et commençant à avoir mal aux joues à force de trop rire, je restais tranquillement allongé sur l'herbe à l'observais. Oui, je la regardé. J'aimais beaucoup les traits de son visage et Chelsea était une belle femme, il ne fallait pas le nié.
▬ Je sais, je fais souvent perdre la tête aux femmes. C'est plus fort que moi ! » Je lui fis un petit clin d'œil appuyé d'un sourire malicieux puis je repris mon sérieux du moins j'essayais de pouvoir l'être. Évidemment ce n'était pas facile, pas pour moi. Je gardais toujours aux coins des lèvres un léger petit sourire. Notre sujet de conversation s'était tourné vers les hommes et les femmes. Nous avions beaucoup de choses à dire et c'était agréable de pouvoir en parlé avec une personne tel que Chelsea. Elle me connaissait tout comme je la connaissais, alors grâce à ça on arrivé à se comprendre parfaitement. Elle m'avait posé une question qui m'avais surpris mais dont la réponse me paraissait évidente. Je n'eus qu'à lui dire ce que je pensais et j'étais persuadé qu'elle savait à quel point j'étais sincère. Quant à moi, le problème des femmes n'étaient pas si différent qu'elle avec les hommes, moi je ne pouvais simplement plus m'en passé. Elles étaient devenu une sorte de drogue. J'étais dépendant des femmes et de leur corps. Surtout de leur corps et je n'avais aucun mal à les jeté le lendemain matin, ou à briser leur jolie cœur qu'elles m'avaient soigneusement confié aveuglément.. J'étais un salaud. Je l'assumé.. L'amour n'était pas quelque chose pour moi. Trop de disputes, trop de responsabilités, trop de trop justement ! Je ne voulais pas me confronté à ce sentiment de peur qu'il me brise le cœur à mon tour. Qu'il me rende la monnaie de ma pièce, ce qui pouvait être logique et totalement compréhensible. Je soupirais. Je ne savais plus vraiment quoi pensé à ce sujet alors je préférais me contenté de ce que j'avais et ce n'était pas si mal, après tout ! ▬ Merci Nath' d'être aussi sincère la dessus et oui, je trouve aussi avoir grandit même si, dans ma tête, je suis encore un enfant. Oui, je le veux vraiment, j'aime Alexander du plus profond de mon cœur et je ne veux que lui, ces relations d'un soir ne rime à rien. Je veux pouvoir arrêter et vivre mon amour avec Alexander tout simplement et pour lui je le ferais. D'ailleurs, depuis que je l'ai rencontré, je trouve que je me suis calmé la dessus tout de même, il m'as changé si on peut dire. » J'étais satisfait de sa réponse. Heureux qu'un homme puisse la satisfaire et la rendre heureuse, bien qu'il avait rendue une femme malheureuse pour le bonheur de Chelsea. Ce n'était pas mes affaires, mais si il avait pu rendre heureuse l'une des deux c'était sans doute le principale, je crois. J'espérais une chose. Qu'il ne la fasse pas souffrir comme il l'avait fais avec Abigail et si il le ferait, je serais là au moment le plus opportun et je lui collerai certainement mon poing dans la gueule. M'enfin jusque là, je n'avais pas encore à le faire.

J'avais pensé à haute voix. Sans réellement m'en rendre compte, ce n'était pas vraiment dans mes habitudes. Bien que la drogue me faisait souvent parlé tout seul. Quelque chose d'étrange en effet mais c'était amusant et puis sur le coup, on ne s'en rend pas compte. On sait seulement qu'on est défoncé et non pas que l'on parle à un mur ou à un objet sans grande importance. Passons. Ce fut lorsqu'elle me répondit que je remarqua que j'avais effectivement parlé à haute voix et non pas dans ma tête..
▬ Et tu verras, l'amour te tombera dessus quand tu t'y attendras le moins et la, tu seras obligé d'arrêter ces coups d'un soir » Elle n'avait pas tort. D'ailleurs elle m'énervait à toujours avoir raisons et souvent je le lui faisais remarqué, mais ça ne changeait jamais rien ! Je haussais les épaules, comme si ça m'étais égale bien que ça ne l'étais pas vraiment.. Je redouté ce moment, où je ne pourrais pas me débarrassé du visage d'une femme, ou je ne voudrais qu'elle et pas une autre et tant de choses encore. Je ne saurais pas comment réagir. Voilà le problème, en attendant je continuerai à profiter des femmes comme je sais si bien le faire. Non ? Je suis bien content que tu es trouvé chaussure à ton pied. J'espère qu'il saura te rendre heureux durant de longues années. Je te le souhaite du fond du cœur ma petite Chelsea. Oh, tu sais j'ai le temps de trouvé le sois disant Amour. Je me fiche de ne pas le rencontré d'ailleurs. Je verrais bien, pour le moment je me contente de ce que j'ai et ce n'est pas plus mal. Qui voudrait d'un salaud comme moi ? Même moi, je ne me prendrais pas ! Je riais. Comme toujours, d'un air détendu parce que je l'étais. Détendu. De bonne humeur et pas à ronchonné comme tout et n'importe quoi ! Ça faisais du bien, de temps en temps évidemment ! Je me mettais sur mes deux jambes et je me mis à m'étirer avec exagération une nouvelle fois. Il était temps de changer de lieux si elle le souhaité, ou de se donner rendez-vous ailleurs ou que sais-je encore ! Simplement je lui demandais : Princesse, as-tu envie de faire quelque chose en particulier ? Veux-tu que l'on continue ce rendez-vous ailleurs, que l'on aille mangé un bout quelque part ou je ne sais pas moi. Évidemment si tu as quelque chose à faire, je me retire mais tu me donnes rendez-vous une autre fois. Alors, que désire ma Princesse ? Jouant le jeu jusqu'au bout, j'attrapais sa main et l'aida à se relever à son tours, puis délicatement je posais mes lèvres sur le dos de sa main. Une main derrière le dos, je me redressais et regardais amusé Chelsea, tout en fouillant dans l'une de mes poches à la recherche de mon fameux paquets de clopes.
Revenir en haut Aller en bas





BEAUTIFUL LADY
▬ my heart calling you.

BEAUTIFUL LADY ▬ my heart calling you.


★ MESSAGES : 872
★ ICI DEPUIS : 04/06/2010
★ POINTS : 115
★ LOCALISATION : Maybe with you ?

more

A propos de moi
ÉTOILES:
0/100  (0/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Mer 24 Nov - 18:16

Aujourd'hui, je riais et il faut dire que ces derniers temps ce n'était pas ce que je faisais le plus mais que voulez vous, tant qu'il y a des personnes qui vous font rire. J'avais envie de m'évader, tout simplement de profité de la vie et la croquer à pleine dents comme on dit mais aussi de ne plus pensé à rien pendant toute une après midi. Je lui avais un peu dis n'importe quoi mais je m'étais prise à son jeu lorsqu'il m'avait dis que j'étais une princesse alors j'étais rentré dedans. J'avais terminé ma phrase en lui disant qu'un câlin pour sa princesse ne serait pas du tout de refus, chose qui l'avait fait rire et il m'avait donc ensuite enlacé. Bien entendu, je savais qu'il n'y avait pas d'arrière pensée derrière cela et que c'était tout simplement un câlin amical, après tout, nous avions déjà eu une aventure. Certes, cela ne voulait rien dire le fait que nous en avions déjà eu une puisque certaines personnes reprenaient leur relation même après s'être quittés. Mais, je savais que cela n'arriverait pas pour nous étant donné que j'étais amoureuse d'Alexander et que lui ne voulait pas de relations stables. Il était plutôt un joueur avec les femmes et préférait avoir des relations sans lendemain, il couchait avec les filles et les rejetait le lendemain. C'était certes dommage et cela brisait le cœur de ses femmes mais que voulez vous, Nathanaël était un dom juan et on ne pourrait changé cela. "Majesté. Je suis à votre service, et je me donnerai corps et âme si vous le souhaitez ! " Je souris alors lorsqu'il me dit cela, bien entendu, son corps il ne me le donnera pas, il me l'avait déjà donné mais il ne me le donnera plus c'était bien sûr. Je savais de toute façon qu'il disait cela pour rire, qu'il se donnerait corps pour moi, âme peut être mais surtout pas corps et je le savais. "Serait tu prêt donc à sauté d'une falaise si je te le demandais puisque tu dis que tu te donneras corps et âme ?" Bien entendu je rigolais car je n'allais tout de même lui demandé de sauté d'une falaise pour moi, c'était absurde et je ne voulais pas non plus sa mort. Pourquoi vouloir sa mort alors qu'il ne m'as rien fait de mal après tout et je sais qu'il ne me ferait jamais de mal, ce n'était pas ses intentions. "Ne t'en fais pas je rigole, je ne souhaite pas ta mort et encore moins que tu sautes d'une falaise alors que tu m'as rien fais, je ne suis pas folle. " En effet, il fallait être folle pour vouloir le suicide de l'un de ses plus proche amis alors que celui ci ne nous avait rien fait n'est ce pas ? Je riais encore, j'allais finir par avoir mal au ventre à force de rire mais qu'est ce que cela faisait du bien. Je me demande si je n'ai pas oublié le bien que l'on peut avoir lorsque l'on passait du temps à rire avec une aussi bonne compagnie ? Je crois bien et dorénavant je sais que je devrais le faire encore plus juste pour le bonheur. " Je sais, je fais souvent perdre la tête aux femmes. C'est plus fort que moi ! " En effet, il n'avait pas tort car après tout, il m'avait tout de même fait perdre la tête même si ce n'est pas dans le même contexte aujourd'hui et avant. Oui, avant, j'étais tombé amoureuse de lui, enfin, amoureuse était un bien grand mot car au fil du temps je ne pense pas avoir été vraiment aussi amoureuse de lui. Mais, pour avoir autant de femmes, du moins, pour la nuit c'était qu'il leur faisait perdre la tête sinon, il n'en aurait pas autant. "Je ne vais pas dire le contraire car, la première fois où je t'ai vu j'avais été attiré par toi et sinon tu n'aurais pas autant la côte auprès des filles n'est ce pas ? " En effet, on ne pouvait pas dire que Nathanaël n'avait pas la côté auprès des filles car ce n'était pas vrai du tout. J'avais en même temps évoqué l'un de nos souvenirs tout les deux, le fait que lorsque je l'avais vu j'avais été attiré par lui. En réalité, je commençais à me demandé si cela n'avait pas plutôt été de l'attirance physique plus qu'autre chose entre nous deux. Bref, je lui avais ensuite demandé si il était possible que j'arrête mes aventures d'un soir que j'avais auparavant avec des garçons, du moins si j'allais réussir. "Je suis bien content que tu es trouvé chaussure à ton pied. J'espère qu'il saura te rendre heureux durant de longues années. Je te le souhaite du fond du cœur ma petite Chelsea. Oh, tu sais j'ai le temps de trouvé le sois disant Amour. Je me fiche de ne pas le rencontré d'ailleurs. Je verrais bien, pour le moment je me contente de ce que j'ai et ce n'est pas plus mal. Qui voudrait d'un salaud comme moi ? Même moi, je ne me prendrais pas !" Moi de même j'étais heureuse de pouvoir être avec Alexander désormais mais comme Nathanaël j'espérais qu'il ne me fasse pas souffrir comme Abigail souffrait sûrement en ce moment ? Un salaud comme lui ? Il est vrai que certaines femmes ne voudraient pas d'un homme qui se servent de femme juste pour le soir. "Je l'espère aussi, j'espère qu'il ne me fera pas souffrir comme Abigail doit souffrir en ce moment. C'est vrai, tu es jeune tu as le temps mais il te tombera sûrement dessus lorsque tu t'y attendras pas. Comme tu dis, certaines femmes veulent quelque chose de sérieux alors c'est sûr qu'elles ne viendront pas avec toi." En effet, je ne vois pas vraiment qui irait avec lui tant qu'il serait comme cela mais bon, que voulez vous, peut être qu'une personne saurait l'accepter ainsi ? Je l'espérais du moins qu'un jour il trouverait la perle rare ou encore que la perle rare vienne à lui. " Princesse, as-tu envie de faire quelque chose en particulier ? Veux-tu que l'on continue ce rendez-vous ailleurs, que l'on aille mangé un bout quelque part ou je ne sais pas moi. Évidemment si tu as quelque chose à faire, je me retire mais tu me donnes rendez-vous une autre fois. Alors, que désire ma Princesse ?" Je souris à sa proposition, il est vrai que nous allions pas resté la toute la journée du moins, ce serait bien de tourné un peu, de faire autre chose. Non, je n'avais rien de prévu puisque je lui avais réservé l'après midi après tout cela ne se faisait pas de partir en plein rendez vous. "Oui, je veux bien allez mangé quelque chose la où tu voudras car je n'ai pas vraiment d'idées. Non bien sûr que non, je n'ai rien à faire je t'ai réservé l'après midi alors je ne me retirerais pas. Et même si je ne me retire pas, un rendez vous futur peut se faire aussi. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Dim 2 Jan - 16:33



▬ Serait tu prêt donc à sauté d'une falaise si je te le demandais puisque tu dis que tu te donneras corps et âme ? » Je me mis à rire. Elle m'en demandais un peu trop, bien que je savais qu'elle n'était pas sérieuse, du moins je l'espérais. Chelsea semblait être détendu et c'était une bonne chose pour elle. Je ne répondis pas tout de suite à sa requète, attendant qu'elle réplique d'elle-même. ▬ Ne t'en fais pas je rigole, je ne souhaite pas ta mort et encore moins que tu sautes d'une falaise alors que tu m'as rien fais, je ne suis pas folle. » J'avais raison et j'étais en un sens soulagé. Fort heureusement ce n'était que de l'humour et quel humour ! Je me mis à rire de nouveau et lorsque je repris mon sérieux je pus finalement dire quelques mots. ▬ Tu m'as fais peur, je suis content que tu ne veuilles pas ma mort ! » Un petit clin d'oeil et mon sourire était réapparut sur mon visage, d'ailleurs il n'était jamais partit. A présent nous parlions de l'amour, des femmes ainsi que des hommes et des chemins que nous avions choisis. Moi, je n'avais pas choisi le chemin de l'amour quand à Chelsea elle était entrain de le prendre et j'en était heureux pour elle. Evidemment je ne faisais pas confiance en ce sentiment, pour moi il était destructeur de tout et je ne voulais pas emprunté ce chemin là. Du moins, pour l'instant. Les femmes étaient pour moi un réel mystère, pas physiquement c'était bien plus complexe que ça. Je ne savais rien d'elle sentimentalement parlant, je ne m'y suis jamais vraiment intéressé pour tout dire.. Est-ce mal ? Je n'en est rien à foutre, je crois. Voilà pourquoi je déteste réfléchir sur ce genre de chose, je me prend toujours la tête et je ne sais plus quoi pensé. Enfin bref.

▬ Je ne vais pas dire le contraire car, la première fois où je t'ai vu j'avais été attiré par toi et sinon tu n'aurais pas autant la côte auprès des filles n'est ce pas ? » Elle n'avait pas tort, mais notre histoire n'avait pas réellement marché et c'était certainement mieux comme ça. Nos liens n'étaient que plus fort à présent. De plus, il était vrai que les femmes étaient attiré par moi tout comme j'étais attiré par elles. J'avais la côte comme elle le disait si bien. Finalement nous parlions d'elle et de ça relation avec son nouvel amant pour qui elle ressentait certains sentiments. Je savais qu'elle pouvait être une jeune femme stable et heureuse en couple et j'espérais qu'elle avait trouvé la bonne personne. J'étais tout de même inquiet d'une certaine façon. Ce gars avait tout de même briser le coeur d'une autre personne qui m'étais cher.. ▬ Je l'espère aussi, j'espère qu'il ne me fera pas souffrir comme Abigail doit souffrir en ce moment. C'est vrai, tu es jeune tu as le temps mais il te tombera sûrement dessus lorsque tu t'y attendras pas. Comme tu dis, certaines femmes veulent quelque chose de sérieux alors c'est sûr qu'elles ne viendront pas avec toi. » Encore une fois elle avait raison. Parfois elle arrivait à m'aggacer à toujours avoir raison mais elle ne le faisait pas exprès. Oh je savais qu'il y avait des femmes qui se contenterait de ce que j'avais à leur proposer. Je suis quelqu'un de difficile et je ne choisis pas n'importe quelle femme. En plus d'être un connard j'étais difficile. Je ne pris pas la parole, je n'avais rien à ajouter à ce qu'elle venait de dire. J'acquiestais simplement tout en souriant comme toujours face au beau visage de Chelsea. Finalement je lui proposais de continuer ce rendez-vous ailleurs, j'avais faim et je me doutait qu'elle devait avoir également un petit creux. Je fus content lorsqu'elle me répondit :▬ Oui, je veux bien allez mangé quelque chose la où tu voudras car je n'ai pas vraiment d'idées. Non bien sûr que non, je n'ai rien à faire je t'ai réservé l'après midi alors je ne me retirerais pas. Et même si je ne me retire pas, un rendez vous futur peut se faire aussi. » Debout sur mes deux jambes, je m'étira et alluma une cigarette. Heureux de pouvoir aller avec elle dans un autre endroit et de continuer cette après midi en si bonne compagnie. ▬ Alors, allons dans le premier restaurant que nous rencontrons. Je suis sur que nous tomberont sur quelque chose de convenable. Chelsea.. Je suis vraiment content d'être avec toi aujourd'hui. » Je souriais. Oui, j'étais content d'être là et je voulais qu'elle le sache. Ce n'était pas une simple amie pour moi, elle était bien plus et je savais que je pouvais tout lui dire, me confier à elle sans être juger pour autant. Je fumais sur ma cigarette, tout en reprenant la route vers la sortie du parc entrainnant avec moi Chelsea et avec un peu de chance on tomberait sur un bon restaurant.. Avec un peu de chance.

HRP : Désolée ce n'est pas extra.. Je me rattraperai au prochain, le plus rapidement possible ! love

Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé ”





more

MessageSujet: Re: ▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea. Aujourd'hui à 10:12

Revenir en haut Aller en bas

▬ A une maman on ne ment pas. Elle lit notre âme comme en elle-même :: Chelsea.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
index.gossipworld :: It's like water off a duck's back. :: Encyclopédie de Gossip World :: Corbeilles à Rps :: Saison #1-