AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage





Abyjust a beautiful liar


★ MESSAGES : 260
★ ICI DEPUIS : 01/09/2010
★ POINTS : 104
★ LOCALISATION : Derrière les flashs

more

A propos de moi
ÉTOILES:
73/100  (73/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Dim 19 Sep - 19:54


The village, 11h03. J'attendais patiemment sur un banc d'une rue plutôt calme et paysagée, assise les jambes croisées sur un banc dont la peinture était défraîchie. Je n'avais pas de sac à main, seulement des lunettes de soleil dans les cheveux et mon meilleur appareil photo posé sur mes genoux. Jetant régulièrement de brefs coups d'oeil à ma droite, il était évident pour n'importe quel passant que j'attendais quelqu'un. C'était bien le cas. Je sortis de ma poche mon téléphone portable pour y relire le texto que j'avais envoyé un peu plus tôt dans la matinée à Nathanaël ...

    Hey, Nate. Y a un moment que tu m'as pas embêtée, je commence à m'inquiéter. Rendez-vous à Greenwich Village, comme d'habitude, à 11h. J'ai envie de revoir ta bouille. Love you.
    PS : Amène ton plus beau sourire !

J'avais bien marqué 11h. Il ne devrait donc pas tarder à arriver. Cela m'amusait beaucoup de voir les garçons être en retard, alors qu'il passait quatre fois moins de temps que nous, les filles, à se préparer. La débilité du cerveau mâle restera toujours un grand mystère pour l'humanité ... En tous cas, ce matin-là, j'avais personnellement eu besoin d'une petite demi-heure pour me préparer, ce qui était plutôt rapide contrairement à mon habitude. Un minimum de toilettes, une dose de maquillage ... Voilà pour ce qui était de la salle de bain. Concernant le dressing, le choix des fringues et l'habillage. Oui, voilà comment s'était déroulé ces trente petites minutes pour un résultat plutôt satifaisant. J'étais vêtue d'un jean slim bleu et d'un chemisier rouge presque aussi long qu'une tunique sur lequel j'avais serré une grosse ceinture noire marquant ma taille de guêpe. Mes cheveux étaient rattachés en une queue de cheval haute. Cependant, deux mèches assez fines flottaient au vent de part et d'autre de mon visage. En bref, j'étais chic et décontractée, pas une banale Mademoiselle-que-personne-ne-remarque, mais bel et bien une Française tout à fait adaptée à sa nouvelle vie dans l'Upper East Side.

Je jetai encore un regard à ma droite, espérant voir jaillir Nathanaël du coin de la rue adjacente. Toujours rien. Décidée à ne pas gâcher mon temps, je saisis mon appareil et commençai à faire quelques clichés des éléments inspirants que cette rue m'offrait. Des gamins sur les marches d'un perron. Une mamie s'évertuant de lire une affiche publicitaire avec toute la concentration dont elle était capable. Un couple d'amoureux finissant les phrases l'un de l'autre. J'aimais photographier les gens. Capter pour l'éternité la magie d'un seul instant. Telle était ma passion. Figer dans le temps des visages, des gestes, des attitudes, des regards ... et que les générations futures gardent tout cela bien en mémoire. Même si cependant, aujourd'hui j'avais un tout autre objectif en tête. J'étais bien décidée à m'amuser avec ce cher Nate, qui était tellement photogénique que je savais que tout allions faire des merveilles. Je n'aurais qu'à utliser des flashs un peu n'importe quand, et le résultat serait parfait. De superbes photos et d'excellents souvenirs d'une journée entre deux amis. Enfin, à condition que le dit-ami ne daigne vous rejoindre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Lun 20 Sep - 18:43



        ▬ Abigail & Nathanaël. »
          L'art c'est l'artiste... L'artiste c'est Dieu.



Entre drogue, alcool et amante, Nathanaël avait passé une nuit terriblement longue et mouvementé en compagnie de ses potes avec qui il tranaît souvent tard le soir. D'ailleurs, notre ténébreux s'était finalement rendu chez lui sur les coups des quatre heures du matin, si ce n'est plus. Il s'était endormi paisiblement avec pour compagnie une jeune brune, aux courbes délicieuses qu'il ne manqua pas de croquer toute la soirée. Tôt dans la matinée, cette belle inconnue quitta l'appartement de Nate le laissant seul, toujours dans les bras de Morphée. Ce fut à neuf heure du matin que son téléphone portable sonna, réveillant ainsi le bel artiste. Les cheveux en pagaille, les yeux rouges et la mine fatigué, il attrapa son téléphone et lut à plusieurs reprises le message provenent de son amie Abigail. Une jeune femme pour qui il avait beaucoup d'estime et en qui il portait une grande confiance. Douce et attentive, elle était souvent là pour Nate et il lui en était souvent reconnaissant bien qu'il lui mène parfois la vie dure, fort heureusement elle ne l'avait pas encore laissé tombé. A la lecture de son message, un petit sourire arbora les lèvres du jeune homme toujours légèrement endormi. Il se laissa finalement tombé sur son lit et ferma les yeux durant plusieurs minutes ayant tout de même en tête de rejoindre la jeune femme, à l'endroit indiqué. Evidemment, il allait certainement être en retard alors il décida de se lever malgré son cerveau qui lui disait de rester couché. Très vite, Nate se dirigea vers sa salle de bain dans laquelle il resta près d'une heure sans en sortir. C'était-il endormi dans sa bainoire et avait-il fini par se noyer ? Après cette question laissé en suspent, il sortit de sa salle de bain. Propre, beau et près à rejoindre Abigail, il attrapa ses clefs et s'échappa enfin de chez lui. Nathanaël s'habillait toujours d'une manière très classe tout en restant décontracté. Il avait choisi pour ce jour, un pentalon noir ni trop large ni trop slim, un chemise blanche avec un gilet noir également. Très sobre et pourtant d'une élégance raffiné il avait bien évidemment les cheveux en pagaille, lui donnant un côté désinvolte qui le rendait d'autant plus craquant. Une fois dehors, il parcoura le chemin entre lui et Greewich Village d'un pas décidé et rapide voulant être le moins en retard possible.

Bientôt arrivé à destination, le jeune homme s'arreta rapidement acheter son paquet de clope habituelle, dès qu'il eut le paqué en main il n'attendit pas une seconde de plus. Une cigarette était déjà au coin de ses lèvres, déjà allumé, laissant la fumé s'échappé de celle-ci et chatouiller les narines de Nate qui poussa un profond soupire. Finalement il arrivait au rendez-vous avec plusieurs minutes de retard, il releva alors ses lunettes de soleil sur sa tête et chercha attentivement son amie du regard. Une fois qu'il l'apperçut, il les remis sur son nez et traversa la rue et le séparé d'Abi. Evidemment, il fit en sorte qu'elle ne le voye pas et il s'addosa durant quelques minutes contre un mur. Il l'observait et il amait beaucoup faire ce genre de chose, lorsqu'elle se trouvait dans les parages. Abigail était en pleine capture de photos et Nate pouvait passé des heures à la regarder faire, il aimait ça. Le jeune homme souriait, et finalement pour ne pas la faire attendre plus longtemps il se rapprocha d'elle et posa ses mains sur ses épaules. Il passa alors sa tête au dessus de l'une de ses épaules et avec un large sourire, il souffla lui souffla quelques mots.
▬ Ma douce Abi. J'espère ne pas t'avoir fais attendre, toutes mes excuses. » D'un naturel dragueur il ne pouvait s'empeché de charmer son amie photographe. En effet, il ne changera sans doute jamais, un vrai Don Juan ! Un large sourire, puis il vînt s'asseoir sur le banc aux côtés d'Abigail tandis qu'il continuait à fumer sa cigarette avec beaucoup de lenteur comme si il prenait un malin plaisir à la consumer doucement.. Très content de revoir la jeune femme, son sourire ne quittait pas ses lèvres et il était fort content de passer la journée avec elle. ▬ Je t'ai manqué ? » Il se mit légèrement à rire, avec elle Nate se sentait juste bien. Il était en confiance et il aimait beaucoup sa présence, ils ne s'étaient pas vue depuis plusieurs jours et c'était toujours un vrai plaisir pour lui de la retrouver.

    Désolée ce n'est pas fameux Neutral
    Je ferais mieux au prochain !


Dernière édition par Nathanaël L. Owens le Sam 25 Sep - 22:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas





Abyjust a beautiful liar


★ MESSAGES : 260
★ ICI DEPUIS : 01/09/2010
★ POINTS : 104
★ LOCALISATION : Derrière les flashs

more

A propos de moi
ÉTOILES:
73/100  (73/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Sam 25 Sep - 0:09

J'enchaînai les photos sans vraiment le réaliser. Je décalai à chaque fois mon objectif de quelques centimètres à peine, et un tout nouveau monde s'offrait à moi. Une nouvelle vue. Un nouvel horizon. De nouvelles vies. Je ne comptai même plus les clichés. A vrai dire, je ne le faisais jamais ! Je finissai toujours par me laisser enmporter mes émotions, mon enthousiasme ... comme maintenant.

    ▬ Ma douce Abi. J'espère ne pas t'avoir fais attendre, toutes mes excuses.

Les mains s'étaient posé délicatement sur mes épaules, d'un geste tendre qui ne me fit pas sursauter. Cette voix douce et chaude à mon oreille sonnait si bien que je ne pus m'empêcher de sourire. Je reconnaissai bien là tout le charme et la délicatesse de Nathanaël. Un brin dragueur, mais toujours plutôt subtile. Il prit alors place à côté de moi, sur le banc, pendant que je déposais mon appareil photo sur mes genoux, les yeux rivés sur lui. Je lui adressai un sourire amical et malicieux comme je savais si bien les faire qui répondait parfaitement à celui que Nate m'adressait. Oui, mon opinion se confirmait ... La journée allait être fantastique et riche en complicité ! D'un rire cristallin, il ajouta :

    ▬ Je t'ai manqué ?
    ▬ Comme si c'était possible autrement ! répondis-je d'une voix malicieuse avant de déposer un gros et doux baiser sur sa joue. Et toi, comment as-tu survécu sans moi aussi longtemps ? Ton lit à du en voir défiler des filles, depuis notre dernière rencontre ...


J'aimais le taquiner là-dessus. Nate était vraiment séduisant, il le savait et il en profitait. Je m'étais donc toujours amusée à lui rappeler son petit côté collectionneur, comme un jeu à savoir qui titillerait le plus l'autre. C'était peut-être enfantin ... sûrement même ! Mais on adorait ça. J'aimais autant l'enquiquiner que le serrer dans mes bras. Je prenais autant de plaisir à lui lancer des petits piques qu'à avoir une vraie discussion intime entre amis avec lui. Nous étions différents et complémentaires, tirant toujours de l'autre quelque chose, en bien ou en mal. Oui, notre amitié était précieuse à mes yeux. Je ne pourrais jamais me passer de ce petit emmerdeur d'amour ! D'ailleurs, j'arrachai de sa bouche la cigarette qu'il avait commencé quelques minutes plutôt et la jetai au loin, sur la chaussée. Sans lui laisser le temps de protester, je m'accrochai à son cou et lançai d'un ton enjoué :

    ▬ Alors darling, de quoi as-tu envie comme style de photos aujourd'hui ? J'avais pensé à des clichés du genre 'urban street', mais si t'as autre chose en tête, je peux m'adapter !


Toujours aussi ravie, je me relevai en prenant mon appareil photo dans ma droite. Face à Nate, je profitai de cet instant pour lui dérober une photo. Sa posture m'avait inspirée, tout comme son regard mi-subjugué par la perte de sa cigarette, mi-amusé par mon dynamisme. Nate était vraiment désespérément inspirant ! Attendant sa réponse, je saisis sa main de ma main libre et le tirais vers moi pour qu'il se lève du banc. J'avais toujours eu une attitude entreprenante dans la vie. Je dictais un peu ma loi, et cela participait à mon action pour exaspérer ce cher amour de Nathanaël. Il se retrouva finalement debout, à quelques dizaines de centimètres de moi. D'un sourire en coin, je soulevai ses lunettes de soleil et, le fixant droit dans les yeux, je chuchotai pour créer cette sorte de complicité et de proximité qui nous caractérisait tant, avant de laisser s'échapper un léger rire :

    ▬ On ne t'a jamais dit qu'il fallait une bonne nuit de sommeil avant une séance photo ? C'est primordial pour le teint ! Heureusement que mon génie parviendra à faire oublier ta nuit de folie ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Dim 26 Sep - 18:13



Abigail était aux yeux de Nathanaël un jolie ange qui veillé sur lui d'une certaine façon et avec beaucoup de discretion. Il n'étais pas du genre à remercié ceux et celles qui étaient là pour lui, mais il était persuadé qu'elle savait qu'il lui était reconnaissant de sa simple présence. Abigail était une jeune femme différente de celle que pouvait connaître notre Don Juan. Saine et souriante, elle n'avait aucune idée en tête et ce n'était pas l'une de ses salopes qu'il connaissait par coeur. Il y avait en elle, quelque chose que Nathanaël admiré, peut-être était-ce sa simplicité ou encore sa façon d'être de ne pas jouer un rôle avec lui. Il avait en somme, beaucoup d'estime pour elle et il essayait de le lui montré d'une façon ou d'une autre. Le mauvais garçon qu'il avait l'habitude d'être avec la gente féminine disparaissait à son simple contact et elle l'appaisait également beaucoup. Abigail était une personne précieuse dans la vie du garçon et il en était bien entendu conscient. Cependant il y avait quelque chose qui chagriné le jeune homme depuis plusieurs jours à présent. Les rumeurs courraient beaucoup, surtout dans ce milieu auquel ils appartenaient et Nate avait eu vent de certaines choses qui se disaient sur le compte de son amie. Evidemment, à plusieurs reprises il s'était énervé face aux médiocrités de certains dires, mais parfois il lui arrivait d'avoir quelques doutes. Alors, il s'était simplement dit qu'elle n'avait peut-être pas eu le temps de lui parler de certaines choses et qu'aujourd'hui serait le bon moment pour qu'elle daigne lui en parler. Nathanaël voulait être persuadé qu'elle savait qu'elle pouvait se confié à lui et qu'il n'était pas la pour la jugé. N'étaient-ils pas amis ?

Lorsqu'il posa ses mains sur les épaules de son petit ange, il chassa rapidement ses mauvaises questions qui encombré son esprit. Il voulait être attentif à chaque sourire qu'elle allait lui offrir ainsi qu'à sa douce voix à chaque fois qu'elle la laisserait s'échappé de ses lèvres. Toujours d'un naturel dragueur et taquin avec Abigail, il ne perdit pas ses bonnes vieilles habitudes. Il espérait lui avoir un peu manqué après ses quelques jours d'absence, parce qu'elle lui avait manqué à lui. Nate n'était pas toujours un enfoiré avec les filles et surtout pas avec Abi. Il savait faire la part des choses et reconnaître celle qui ne l'utiliserait pas et celle qui passerait par chez lui pour son corps. Fort heureusement qu'il y avait des personnes comme elle, pour relevé l'estime qu'il avait pour les femmes.
▬ Comme si c'était possible autrement ! » Il était content de l'entendre dire ses quelques mots. Finalement elle était venue déposé ses lèvres sur l'une des joues de Nate et il avait sourit et rit en même temps, content de la retrouver en pleine forme. D'ailleurs, elle s'empressa d'ajouter quelques mots, qui le fit de nouveau rire. Et toi, comment as-tu survécu sans moi aussi longtemps ? Ton lit à du en voir défiler des filles, depuis notre dernière rencontre ... » Abigail n'avait pas tort et Nathanaël passa délicatement sa main dans sa cheveulure légèrement en pagaille, il fit mine de réflexion pour finalement se décider à dire quelques choses. ▬ Tu m'as terriblement manqué et c'est pour cette raison que tant de filles sont passé dans mon lit depuis notre dernière rencontre. Il fallait bien que j'extériorise ma peine. » Il termina avec un léger sourire coquin, satisfait tout de même d'avoir passé toutes ses nuits. Il ne fallait jamais regretté ses actes et Nate ne les regrettait absolument pas, bien au contraire. A vrai dire, il ne voyait un quotidien sans Abigail. Elle était devenue son petit rayon de soleil, depuis longtemps à présent.

La spontaneïté d'Abi le surprenait toujours et d'ailleurs elle ne se gêna pas pour arrachait sa douce dose de nicotine qui pendait à ses lèvres. Elle la jeta plus loin et se retourna vers lui alors qu'il était encore surpris de ne plus avoir sa cigarette à ses lèvres. Il n'eut pas le temps de protester qu'elle lui étalé le programme de la journée ou du moins une partie tandis que lui avait toujours un air bête sur le visage.
▬ Alors darling, de quoi as-tu envie comme style de photos aujourd'hui ? J'avais pensé à des clichés du genre 'urban street', mais si t'as autre chose en tête, je peux m'adapter ! ! » Nathanaël était toujours partant pour une séance photo en compagnie de sa photographe préféré Abigail, cependant il n'eut pas le temps de répondre qu'elle était déjà sur ses deux jambes entrain de lui dérobé une photographie. Il se mit alors à rire, elle était pétillante et c'était ce qui la rendait incroyablement belle et rayonnante. Nate savait qu'il allait passé une journée fort en rebondissement. D'ailleurs, elle attrapa l'une de ses mains et le tira vers elle pour qu'il finisse par lever ses fesses du banc sur lequel il s'était confortablement assis. Lui était encore légèrement endormis quant à elle, elle était dynamique et ne perdait pas une seconde.. Abigail ne laissait toujours pas le temps à Nathanaël d'émerger qu'elle lui avait déjà enveler ses lunettes de soleil. Cet acessoire était pour lui important, les lunettes de soleil du garçon cachait ainsi les quelques preuves qui restaient encore afficher sur son visage et notemment dans ses yeux. ▬ On ne t'a jamais dit qu'il fallait une bonne nuit de sommeil avant une séance photo ? C'est primordial pour le teint ! Heureusement que mon génie parviendra à faire oublier ta nuit de folie ... » Abigail lui tendait là une perche que Nate attrapa avec un large sourire sur son doux visage encore endormis. Doucement il se rapprochait de son amie et l'emprisonna de ses bras, il colla sa tête contre la sienne et poussa un profond soupire. ▬ J'ai une autre idée en tête. On pourrait allé chez moi, je te présenterai à mon lit quant à nos vêtements ils n'auront qu'à aller faire un tour et nous pouvons toujours prendre quelques photos si tu y tiens vraiment. Non ? »

Une idée qu'il préférait bien plus et qui le représentait évidement plus. Bien entendu il savait que cette idée ne plairait guère à Abigail, mais qui ne tente rien n'a rien non ? De plus, il adorait lui faire quelques propositions pas très catholique, sa l'amusait toujours surtout avec elle. Nathanaël n'avait pas détaché son étreinte, il avait simplement décoler sa tête de la sienne pour plonger ses yeux bleu-gris dans ceux de son petit ange. Il ne fallait pas oublié que c'était un Don Juan et qu'il ne perdait jamais une occasion, même si elle était différente de plus c'était toujours de la taquinerie. Quoi qu'en y réfléchissant bien.. Il s'était mis à rire, pour lui susurré quelques mots à l'oreille d'une voix suave : ▬ Ne soit pas si troublé ma Douce, ça sera notre petit secret. Il n'en sera rien, promis. » Evidemment il faisait référence à son fameux petit copain, qui était le centre de beaucoup de rumeurs également. Amusé il déposa un doux baiser sur le front de son amie, pour enfin laissé Abigail libre de ses mouvements, il s'étira longuement afin de pouvoir être réveillé à cent pourcent pour Abi. Un peu de sérieux pour une fois ! D'ailleurs, il prit un air sérieux ce qui arrivait peu souvent et qui signifiait souvent des rires par la suite. ▬ Madame, je suis à votre entière disposition. Vous pouvez faire de moi ce que vous voulez, enfin presque. »


Revenir en haut Aller en bas





Abyjust a beautiful liar


★ MESSAGES : 260
★ ICI DEPUIS : 01/09/2010
★ POINTS : 104
★ LOCALISATION : Derrière les flashs

more

A propos de moi
ÉTOILES:
73/100  (73/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Ven 1 Oct - 23:37

L'étreinte de ses bras se ressèrent bientôt autour de moi et très vite, nous nous retrouvâmes front contre front. L'ambiguïté était palpable, bien que je commençais à m'habituer à ce petit jeu. Lui et moi avions toujours été proche depuis notre rencontre. Et puis, Nate aimait garder son côté serial dragueur en toutes circonstances, s'amusant toujours de mes réactions vives pour l'écarter. Il prenait autant plaisir à tenter de me séduire que moi à devoir le remettre à sa place. C'était comme ça ! Ca le serait toujours ! Nous étions des joueurs, c'était purement et simplement inscrit dans notre ADN. On ne peut pas lutter contre son ADN, non ? Nous en tous cas, n'avions jamais essayé. Ces petits moments intimes restaient nos meilleurs souvenirs ...

    ▬ J'ai une autre idée en tête. On pourrait allé chez moi, je te présenterai à mon lit quant à nos vêtements ils n'auront qu'à aller faire un tour et nous pouvons toujours prendre quelques photos si tu y tiens vraiment. Non ? me proposa-t-il avec un sourire malicieux au coin des lèvres.

Je ne pus m'empêcher de rester silencieuse, mi-blasée, mi-amusée par ce trait de caractère qui ressortait à la moindre de nos conversations. Nate était un Don Juan des temps modernes jamais rassasié par son appétit de séduire. Il avait du charme, il le savait, il en usait. Tout était extrêmement simple et efficace et c'était ce qui le rendait si agassant ... et attachant. Je méditai donc quelques instants à notre relation. En quelques mois, Nathanaël avait pris une part immense de ma vie. Je le revoyais encore, assis sur ce banc de Central Park ... Habillé de blanc et entouré de toute cette verdure, j'avais d'abord cru à un ange. Je m'étais alors approchée, doucement, sans bruit ...

-FLASHBACK -
▬ C'est joli ce que tu dessines ... T'as du talent. C'est dommage que personne d'autre que ce chêne derrière toi ne puisse en profiter. Je lui souris. Il me sourit. Le contact est fait. Ce garçon, bien que je ne sache rien de lui, m'attire comme un aimant. Je dois savoir qui il est, connaître les mystères qui l'entourent, découvrir les raisons qui l'ont amené ici aujourd'hui ... ▬ Alors assis-toi et profite, belle inconnue !
-FLASHBACK END -

Oui, ce mystérieux artiste de Central Park m'avait charmé déjà ce jour-là. Et aujourd'hui j'en étais convaincue ... Nate était bel et bien un ange ! Ange qui venait d'ailleurs, de sa voix douce et angélique, de me sussurrer à l'oreille ...

    ▬ Ne soit pas si troublé ma Douce, ça sera notre petit secret. Il n'en sera rien, promis.

Je plantai alors mes prunelles scintillantes dans son regard de beau brun ténébreux, écartant légèrement mon visage du sien pour mieux l'observer. Il était au paradis, sentant que son petit manège fonctionnait encore sur moi. Malgré les mois et les répétitions, ce séducteur au corps de mannequin parvenait à son but. Peut-être le laissais-je faire pour toute l'admiration que j'éprouvais pour lui, cet ami indispensable à mon coeur. Cependant, j'étais aussi joueuse et je décidai de boulverser légèrement ma réaction habituelle. J'approchai mes lèvres de sa tempe et murmurai au creux de son oreille :

    ▬ Méfie-toi, Nathanaël, un jour, il se pourrait bien que je réponde oui !

Je déposai alors un baiser tendre sur sa joue et m'écartai pour de bon. M'avait-il laissé le champ libre ou avais-je repris mes distances seule ? Peu importait. Le fait était que je me concentrai de nouveau sur les paroles de Nate ...

    ▬ Madame, je suis à votre entière disposition. Vous pouvez faire de moi ce que vous voulez, enfin presque.
    ▬ Je te prends au mot, Nate. Donne-moi ta main et ferme les yeux. Ne triche pas ! De toute façon je le saurais ! après quelques instants de silence j'ajoutai en souriant pour moi-même : La prochaine fois, fais attention à ce que tu me proposes ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Lun 4 Oct - 13:10



Spectateur des réactions de la Belle, il ne la quittait pas des yeux. Nathanaël était attaché à Abigail et il se voulait toujours dragueur avec elle. Ce jeu c'était imposé il y déjà un long moment entre eux, mais ils ne s'en lassaient jamais. Front contre front il n'hésitait pas à y déposer ses lèvres de tant à autre et il la gardait ainsi contre lui, face au reste du monde. Il y avait dans ce jeu beaucoup d'ambiguïté, d'amusement et de sincérité. Joueuse, elle avait changé ses réactions habituelles et elle avait approché ses lèvres avec douceur contre son oreille pour murmuré quelques mots, arrachant ainsi un demi frisson à Nate ▬ Méfie-toi, Nathanaël, un jour, il se pourrait bien que je réponde oui ! » Il se mit à sourire bêtement alors que les lèvres de la Belle était venue s'écraser sur l'une des joues du Don Juan. Il n'en attendait pas moins de la demoiselle, et elle avait réussi à le surprendre d'une façon plaisante. Abigail était toujours pleines de surprises. Il aurait pu répondre à son amie, mais il n'en fit rien préférant laissé le doute plané entre eux.

Il l'avait laissé libre de ses mouvements et elle en avait profité pour s'écarter de lui. Finalement il repris son sérieux toujours avec un brin d'humour et il n'hésita pas à se mettre sous les ordres de son amie. Son sourire avait quitté ses lèvres et son visage était devenu sans expression, il était droit et ne bougeait pratiquement plus. Bien qu'il n'avait qu'une envie, celle de rire aux éclats.
▬ Je te prends au mot, Nate. Donne-moi ta main et ferme les yeux. Ne triche pas ! De toute façon je le saurais ! » Curieux de savoir ce que Abigail lui réservait comme surprise, il s'exécuta. Il lui tendit sa main et referma celle-ci sur celle de la jeune femme puis il lui fit un léger clin d'oeil avant de fermer ses yeux définitivement. Il avait en elle une entière confiance, alors il pouvait se laisser guider par elle sans aucune inquiétude. ▬ Je ne triche pas, promis. » Maintenant qu'il lui avait fais la promesse de ne pas triché, il s'obligeait à ne pas ouvrir les yeux bien que la tentation était intense. Ce fut dans un moment de silence que la douce Abigail se décida à reprendre la parole, faisant alors sourire le Don Juan. ▬ La prochaine fois, fais attention à ce que tu me proposes ... » Un léger rire s'échappa de la bouche de Nathanaël avant de dire, d'une voix mi-désolé, mi-amusé. ▬ Tu sais que je ne peux te résister ma Douce et encore moins résisté à la tentation de t'embêter. Ce n'est pas de ma faute ! » Il fit une petite moue, les yeux toujours clos, puis il redevint sérieux ou presque.

Revenir en haut Aller en bas





Abyjust a beautiful liar


★ MESSAGES : 260
★ ICI DEPUIS : 01/09/2010
★ POINTS : 104
★ LOCALISATION : Derrière les flashs

more

A propos de moi
ÉTOILES:
73/100  (73/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Dim 10 Oct - 0:09

Je serrai donc sa main à la fois tendrement et fermement, pour le guider où le vent m'emmènerait. Je n'avais pas d'idée précise en tête, mais le simple fait de savoir que je le tenais à ma merci était quelque chose de très excitant. Nous n'avions pas peur de l'aventure, l'un comme l'autre, aussi je savais que j'avais carte blanche. Prenant soin de marcher là où aucune embuche ne gênerait Nate, je cheminai vers le bout de la rue dans laquelle nous nous étions donnés rendez-vous. Je traversai la chaussée, l'entraînant toujours avec moi d'un pas tranquille. Je jetai un bref coup d'oeil à mon ami momentanément aveugle : il ne bronchait pas. Il souriait presque, même ! Parfait. Savoir qu'il me faisait confiance me fit sourire grandement. J'étais de ceux qui avait sans cesse besoin de preuves qu'on tenait à eux, même si je n'en demandais jamais. Avec Nate, tout était simple. Un simple regard de sa part ou, comme aujourd'hui, un sourire découvert, et mon coeur se remplissait d'une joie chaque jour nouvelle. Cet ange du XIXe sicèle me faisait l'honneur de marcher en ma compagnie sur un bout du chemin de nos vies ... que demande le peuple ?

Les minutes parurent défiler comme des secondes, mais je me doutais qu'il en était tout autrement pour Nate qui devait se questionner et s'impatienter. Je bifurquai alors à gauche pour entrer dans un petit parc. L'entrée était délimitée par un immense et fin portail en fer forgé noir. Cela donnait un côté très majestueux à l'endroit, et je sentais que cela m'inspirait. Nous pourrions ainsi alterner ballade, bavardages et séances photos dans le même lieu. C'était exactement ce qu'il nous fallait ! Je tenais cependant à faire durer la surprise un peu pour Nate, poussée par la partie extrêmement joueuse de moi-même. Toujours main dans la main, nous avançâmes donc sur le sol en petits graviers pour atteindre le coeur de ce charmant petit parc. Il y avait là une place, ornée d'une superbe fontaine autour de laquelle les enfants jouaient et riaient de bon coeur. Je me surpris alors à envier cette foule de petites gens innocents, foulant les cailloux en se courant après ... J'avais envie de retomber en enfance et de jouer avec eux, sans véritablement comprendre pourquoi. Enfin, je ne me laissai pas le temps de divaguer sur le sujet, et mis fin au petit jeu de Nathanaël ...

    ▬ Allez, t'as bien mérité un petit retour à la réalité ! Ouvre les yeux et admire le monde, Nathanaël Owens !


Alors que le beau goss qui m'accompagnait refaisait surface et réhabituait ses yeux à la lumière du jour, je lâchai discrètement sa main pour aller m'asseoir sur le rebord de la fontaine. Les mains appuyés contre ce même rebord, la tête légèrement en arrière pour laisser mon visage profiter des rayons du soleil, je fermai les yeux à mon tour et me laissait envahir par les bruits environnants. La nature offrait toujours un spectacle de sons fascinants ! Mais aujourd'hui, c'était surtout ces enfants que j'entendais. Leurs courses dans les gravillons, leurs rires cristallins, leurs pleurs dus à des petits bobos que leur mère s'empressait de recouvrir d'un baiser et d'accompagner de paroles tendres ... Je repensai alors à ce vide en moi. Ayant été privée de ma mère à l'âge de 16 ans, on réalise combien les autres sont chanceux et combien on ne se remet jamais vraiment de ce genre de perte ... Une larme perla alors aux coins de mes paupières closes et je continuai d'imaginer ce que faisaient ces bambins, rien qu'en prêtant attention à mes sensations auditives ...

[HJ : désolé c'est pas top ... Mais je voulais te laisser le champ libre de mettre la réaction de Nate suite à cette ballade les yeux fermés.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Mar 12 Oct - 15:44



Le contact avec la main d'Abigail était toujours agréable et tendre pour Nathanaël. Il appréciait être proche de la jeune femme. Il sentit la main de son amie se refermer sur la sienne et il eut un léger sourire, les yeux toujours clos il faisait confiance à Abigail mais avait une petite apréhension tout de même. Il n'était pas du genre à ce laisser guider de la sorte. Lorsqu'elle se mit en route, il ne put que suivre aveuglement la demoiselle silencieusement. Nate était amusé par cette situation. Il s'imaginait les passants dans la rue qui devait les regarder bizarrement et ça l'amusé d'autant plus. Un large sourire était venu s'installer sur les lèvres du garçon tandis qu'il avançait toujours sans savoir où elle allait l'emmener. Il fallait avoué que c'était très intriguant et excitant. Le temps paraissait long pour lui, il avait l'impression d'avoir traverser la ville entière alors qu'il ne marchait que depuis quelques minutes. Impatient de découvrir le lieux dans lequel elle l'avait emmené, il accéléra le pas suivant toujours de très près Abigail. Parfois il avait envie d'ouvrir les yeux, mais il se retint à maintes reprises ne voulant pas blesser la jeune femme à qui il avait fais une promesse. Nathanaël essayait d'écouter attentivement des bruits qui pourrait le mettre sur une quelconque piste, des pieds il essayait de découvrir des marques comme un vrai aveugle. Cependant il n'était vraiment pas doué pour ce genre de chose. Il était comme un gamin à ce moment et c'était toujours très amusant de la voir ainsi.

Soudain. Il put percevoir des bruits d'enfants et sentir sous ses pieds des graviers. Il entendait des personnes courir et rire. L'endroit semblait enfantin, alors il se mit à se questionné mais rien ne lui vint en tête. Pendant un instant Abigail resta immobile et Nate put en déduire qu'ils étaient bel et bien arrivé.
▬ Allez, t'as bien mérité un petit retour à la réalité ! Ouvre les yeux et admire le monde, Nathanaël Owens ! » Il était enfin temps pour notre Don Juan de découvrir l'endroit dans lequel il se trouvait mais il garda un instant les yeux fermé, appréciant ce moment durant un instant. Doucement il ouvrit les yeux éblouïe par la lumière il les referma instinctivement puis il les ouvrit de nouveau. Essyant de s'habituer à la lumière du jour qui refaisait surface aux yeux du garçon, il n'eut pas le temps de découvrir les lieux ni de voir qu'Abigail s'était éloigné de lui. Ce fut qu'une fois que ses yeux put voir correctement qu'il découvrir le parc dans lequel elle l'avait emmené. Nathanaël dirigea son regard vers la fontaine où il put y voir Abigail assise sur le rebord de celle-ci. A cette vision, il ne put que sourire de nouveau. Finalement il prit son paquet de clope et sortit une cigarette qu'il mit entre ses lèvres, il l'alluma discrètement et poussa un profond soupire. Nate était appaisé et détendu, grâce à Abigail. Il s'approcha lentement d'elle et s'asseya à ses côtés, tirant quelques fois sur sa cigarette et recrahant la fumé dans la direction opposé de celle de son amie. ▬ Tu es resplendissante. » Il ne pouvait s'empêché de dire ce qu'il pensait et surtout lorsque c'était à la gentes féminine. De plus il était toujours amusé de voir la jeune femme rougir parfois à ses compliments.

Regardant autours de lui, il put voir ses enfants heureux avec leur parents, jouant à toutes sortes de jeu ensemble. Il eut un léger sourire à cette vision. Une vision qu'il n'avait jamais eu dans sa propre enfance, mais il était content pour ses autres gosses qui avaient beaucoup de chance, selon lui. Nathanaël reporta son attention sur Abigail.
▬ Tu as eu raison de venir dans ce parc. C'est agréable. » Il toucha l'eau de la fontaine et éclaboussa volontairement sa partenaire. Il avait l'impression de retourné en enfance, en quelque sorte. D'un rire cristalin, il s'éloigna de la photographe tout en demandant, curieux de savoir ce qu'elle avait prévu. ▬ Que vas-tu faire de moi ? » Il ne la quittait pas des yeux et était à présent à quelques mètres d'elle. Il aurait voulu dessiné ce qu'il voyait face à lui, il prendrait le temps une autre fois certainement. Il appréciait ce cadre. Perdue dans ses pensées, il sentit quelque chose ou plutôt quelqu'un le bousculé. A ce moment là il put voir un petit garçon, les fesses par terre et les larmes aux yeux. Nathanaël se mit à sa hauteur et l'observa un instant tout comme faisait le petit. ▬ Eh alors. Il faut pas pleurer, tu es un grand non ? » L'enfant se mit à sourire, puis il se leva et fit l'homme fort ce qui fit rire Nathanaël. Il le regarda s'éloigné toujours dans la même position, et au bout d'un moment il se redressa. Souriant à Abigail, il se passa la main dans les cheveux. Gêné par cette petite scène. ▬ Sale gosse. » Nathanaël n'était pas du genre à être agréable avec tout le monde et encore moins avec les enfants, mais pour une fois il avait fais une exception et ça l'avait lui même troublé. Il fuma sur sa cigarette, presque totalement consumé, comme si de rien n'était puis il posa son regard sur Abigail d'un air interrogateur attendant la suite.
Revenir en haut Aller en bas





Abyjust a beautiful liar


★ MESSAGES : 260
★ ICI DEPUIS : 01/09/2010
★ POINTS : 104
★ LOCALISATION : Derrière les flashs

more

A propos de moi
ÉTOILES:
73/100  (73/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Ven 15 Oct - 23:31

Je ne prêtais toujours attention qu'à ce que mes oreilles percevaient. Pas de vision synonyme de préjugés et de critiques. Mes paupières closes me permettaient d'apprécier l'harmonie environnante ... et de masquer mes yeux rougis par les larmes, par la même occasion. Je distinguai toujours ces enfants jouant et riant et j'avais un mal fou à me contrôler pour ne plus penser à l'image de ma mère qui s'imposait dans mon esprit. Il fallait pourtant que je le fasse, immédiatement ! Je ne m'étais jamais montrée faible, je n'allais pas commencer maintenant. Surtout que cela entrainerait les habituelles explications de ma tristesse, et je ne supportai pas d'en parler et d'affronter la gêne des gens qui ne savent pas comment réagir à l'annonce d'un décès, trop chanceux pour avoir vécu ce genre de drame. Ainsi, je n'en parlais pas, je ne pleurais pas, je ne faiblissais pas. Et tout aller pour le mieux pour tout le monde ...

    ▬ Tu es resplendissante.

Cette simple phrase me fit sourire, légèrement rosir de plaisir et m'offrit surtout la dispersion tant espéré. Nate était si charmeur et charmant ! Quelle chance j'avais de passer la journée avec lui ! Il était tout ce don j'avais besoin : un brin de séduction, de l'amusement, du divertissement ... Mon large sourire ne désemplissait pas pendant que j'ouvrai les yeux et séchai d'un habile geste féminin les traces de larmes aux coins de mes yeux, le tout à l'abri des regards de Nathanaël qui fumait, la tête dans la direction opposée.

    ▬ Tu as eu raison de venir dans ce parc. C'est agréable.
    ▬ Je suis pleine d'idées lumineuses, comme d'habitude !

Ma légère vantardise, plus pour rire que sincère, fut récompensée d'un giclée d'eau de la part de mon ami à la gueule d'ange. Je fis semblant de m'offusquer, raidie par le contact frais de l'eau sur ma peau. D'un coup d'oeil menaçant, je laissai présager des représailles à Nate, mais finalement, je jugeai qu'une simple menace était tout aussi efficace ... pour le moment. Le beau Nathanaël plongea alors son regard de braise dans mes prunelles et chuchota :

    ▬ Que vas-tu faire de moi ?

Il ne me laissa cependant pas le temps de répondre à sa question, s'occupant d'un petit garçon qui avait trébuché à côté de lui. L'image était si rare et touchante, que je remerciai le ciel de m'avoir donné tant de rapidité d'action. Je saisis mon appareil et figeai pour l'éternité cet instant où un top model au coeur d'or ne pouvait s'empêcher de revenir à ses racines de petit garçon. J'étais certaine que ce genre de clichés plairait beaucoup à sa mère, lors de ma prochaine lettre ... Cette photo fut rapidement suivie d'une deuxième, où l'on voyait Nate la main de les cheveux, exprimant une légère gêne d'avoir montré une telle facette de sa personnalité en passant une main dans ses cheveux. Réflexe de star, sûrement. Alors qu'il continuait de fumer, Abi se leva d'un bond et saisis la main du jeune pour le tirer à elle. Une fois que son ami fut debout, à quelques dizaines de centimètres d'elle, elle murmura :

    ▬ Show must go on ! et alors que l'ambiguïté s'installait dans la proximité de leur visage, elle le poussa de sa main droite, éclatant de rire, tenant son appareil de sa main gauche. Abi lança aussitôt d'une voix enjouée : Pose pour moi !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Mer 27 Oct - 11:26

Il était nostalgique, parmi tout ces enfants qui s'amusaient sans se soucié de monde extérieur. L'innoncence des enfants. Quelque chose que Nathanaël aurait aimé découvrir, grâce à ses parents. Il s'en foutait à présent et il espérait qu'aucune de ses petites têtes n'auraient à souffrir dans leur vie futur. Nathanaël n'était pas qu'un simple séducteur sans coeur. Il en avait un, cachait bien au fond de lui. ▬ Je suis pleine d'idées lumineuses, comme d'habitude ! » Il approuvait. Effectivement, elle avait eu une bonne idée. L'endroit était reposant et appaisant. Le sourire de Nate était toujours présent sur ses lèvres, bien heureux d'être en compagnie de sa douce Abigail. Cependant il se demandait ce qu'avait prévu Abigail. Quelle était la vraie raison pour l'avoir emmené dans un parc remplie d'enfants et y avait-il une raison ? Il ne savait absolument rien de ce qui allait pouvoir se passé, mais il était impatient de le découvrir, comme un gamin. Evidemment il eut une idée. Nathanaël allait certainement être pris en photo, parce que c'était souvent le cas avec elle et c'était amusant pour lui. Être photographie, comme un mannequin. Il y prenait goût et bien entendu avec le sérieux de Nate, c'était toujours amusant ! En effet, il n'était jamais sérieux. Jamais ! Il devait toujours faire l'imbécile, tout ça pour faire rire Abigail. Alors qu'il était en pleine réflexion, son attention fut prise par un petit gars qui l'avait bousculé, tombant sur les fesses. Il s'était mis à pleuré et dans un élan de gentilesse, notre Don Juan avait été doux et souriant avec le petit homme. Un moment de faiblesse ; selon lui. Il ne fit pas attention à Abigail qui avait l'appareil photo en main et qui prenait quelques clichés. Ce fut seulement lorsqu'il redressa la tête, laissant partir l'enfant qu'il la remarqué. Une main dans les cheveux il se sentit gêné. Non pas parce qu'elle avait immortalisé ce moment, mais parce qu'il s'était montré faible. Toujours selon lui..

Il n'eut le temps de rien. Abigail était venue près de lui, lui avait attrapé la main et l'avait tiré vers elle. Près d'elle à quelques centimètres de son visage, Nate se mit à sourire remarquant avec plaisir le proximité de leur visage. Il remarqué toujours rapidement ce genre de chose. Il plongea son regard dans celui de son amie, attendant qu'elle remarque également cette proximité.
▬ Show must go on ! » Que voulait-elle dire par là ? Abigail était prise d'une pure folie, qu'il n'arrivait pas à comprendre. De quel manière devait il continuer ? Amusé par la situation, il se rapprocha un peu plus d'elle et ce fut à cet instant qu'elle dût remarqué leur rapprochement puisqu'elle le poussa de sa main libre. Riant aux éclats, il ne put s'empêché de faire de même. Reprenant quelque peu son sérieux, elle déclara d'une voix enjouée. ▬ Pose pour moi !! » Nathanaël avait toujours beaucoup de mal à posé, il préférait être au naturel. La cigarette au bec, il croisa les bras. ▬ Ma douce, tu sais très bien que je me sens bête quand je pose. Les seules poses que je sais faire, c'est dans mon lit. Dis moi ce que je dois faire ! » Amusé, il se mit à prendre des poses toutes les plus ridicules que possible, pour finalement redevenir sérieux fumant les quelques dernières lattes de sa cigarette avant de l'écraser au sol. Là il prit un air de mauvais garçon, tout naturellement à vrai dire mais également pour les clichés, il attendait juste patiemment les conseils de l'experte.
Revenir en haut Aller en bas





Abyjust a beautiful liar


★ MESSAGES : 260
★ ICI DEPUIS : 01/09/2010
★ POINTS : 104
★ LOCALISATION : Derrière les flashs

more

A propos de moi
ÉTOILES:
73/100  (73/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Ven 29 Oct - 21:42

    ▬ Ma douce, tu sais très bien que je me sens bête quand je pose. Les seules poses que je sais faire, c'est dans mon lit. Dis moi ce que je dois faire !

Ce cher Nathanaël, toujours plein de surprises et d'originalité, se mit à poser des manières les plus saugrenues qui lui venaient à l'esprit. Je ne pus m'empêcher de sourire et portai aussitôt le viseur de mon appareil devant mon oeil pour immortaliser cet instant de folie douce. Pas pour les poses prises par mon modèle, mais par l'expression de fierté qui brillait dans ses yeux. Il s'amusait comme un gamin, content de lui-même et du divertissement qu'il m'apportait. Je savais combien Nate s'enorgueillait d'être le seul à m'amuser autant. Il avait toujours une étincelle qui jaillissait au bon moment pour me déclencher un éclat de rire ! Rapidement cependant, par épuisement d'imagination sûrement, il s'arrêta et reprit son air sérieux pour terminer sa cigarette. Je me mis alors à éclater de rire. Plus que toutes ses pitreries, le fait de le voir ici déclenchait mon hilarité. Nathanaël Owens n'était pas fait pour être quelqu'un de sérieux et dès qu'il s'essayait à cet exercice, le décalage était si visible que s'en était risible.

    ▬ Ne joue pas les bad boys, je n'y crois pas deux secondes !

Je repris alors mon calme et cherchai quelques idées de clichés à faire de mon mannequin préféré. L'endroit était magnifique et reposant, idéal pour une série de portrait. Tout ce qu'il me manquait, c'était la place précise à photographier ; le modèle je l'avais déjà à ma disposition. Je fis donc un tour tranquillement sur moi-même, le regard passant aux rayons-x tout environnement susceptible de coller à l'image de Nathanaël. A peine mon petit tour terminé, je me stoppai net, les yeux rivés droit devant moi. Sans quitter du regard ma trouvaille, j'indiquai à Nate la direction à prendre d'un geste du bras tout en disant :

    ▬ Grimpe sur cette branche horizontale à mi-hauteur ! Une fois là-haut, sors un crayon et un bloc-note et griffone-moi ce que tu perçois de là-haut.

Je savais qu'en le rendant actif par quelque chose qu'il avait l'habitude de faire, Nathanaël m'offrirait les meilleurs clichés. Il serait lui-même et c'était exactement ce qui m'inspirait : le voir passionné par son art au point d'en oublier tout le reste. Je le connaissais assez pour savoir qu'il ne sortait jamais sans un minimum pour dessiner. Ainsi, ce début de séance photos était véritablement prometteur ! Alors qu'il me tournait le dos pour grimper agilement sur la branche, je pris le temps d'effectuer quelques règlages de bases sur mon appareil, afin de capter au mieux la lumière et le jeu de couleurs environnant. Sans quitter des yeux mon appareil pour ne pas trop m'afficher vulnérable, je lançais banalement comme s'il s'agissait d'une conversation sur la météo ...

    ▬ C'est terminé avec Alex.

Les spécialistes et les psychologues verraient sûrement ici une tentative d'évocation de ses sentiments personnels masqués par un désir de garder une carapace et de ne pas trop se livrer. Ils déduiraient que je suis de celles qui ne supporte pas de se montrer faible mais qui cache pourtant un très grand besoin d'être entourée et protégée. Ils devineraient aussi que j'entretenais avec mon interlocuteur une relation que je jugeais assez forte et importante pour briser un peu mon image de femme forte et indépendante que rien n'atteint et que rien ne touche. Ils sauraient que ce moment était rare et exceptionnel. Ils auraient probablement raison ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Lun 8 Nov - 18:47



Le sérieux n'était pas un point fort et encore moins une qualité chez Nathanaël. Sauf lorsqu'il devait être présent pour une personne avec qui il avait de forts liens. Il n'était absolument pas sérieux et la drogue pouvait évidemment y être pour quelque chose mais c'était également dans sa façon d'être ; dans son caractère. Il évité beaucoup de choses, de cette manière. Il pouvait de cette façon fuir de nombreuses situations mais il ne s'en portait pas mieux. Cependant c'était une façon de se protégé lui-même. Lorsqu'Abigail se mit à éclater de rire, il ne put s'empêché de faire de même. Elle ne connaissait que trop bien, pour savoir que ce n'était absolument pas le Nathanaël qu'elle avait appris à connaître. Lui, il se délecté du rire de sa douce amie tout en riant également mélant son rire à celui de la jeune femme. Dans cet endroit Abigail et Nathanaël devenaient des enfants ne se souciant de rien d'autre et s'en était agréable.
▬ Ne joue pas les bad boys, je n'y crois pas deux secondes ! » Il reprit son air habituel de jeune ténébreux mystérieux et intringuant, difficile à cerné en un regard. Le vrai Nathanaël Liam Owens que beaucoup connaissait sans vraiment le connaitre. Il jeta sa cigarette un peu plus loin et revint ensuite vers son amie. Il attendait toutes sortes d'instruction venant de sa part, qui pourrait le guidé à faire des poses le plus naturellement possible. Nathanaël était toujours gêné d'être photographié bien qu'il avait prit une certaine habitude avec Abigail. D'ailleurs, ils avaient ces manies d'artistes de prendre toujours leur instruments d'arts avec eux et Abigail était souvent sur le papier du garçon.

Elle se mit à regarder autours d'elle ; autours d'eux. Il y avait beaucoup de choses, mais un arbre en particulier intéressait la belle. Voyant le regard insistant d'Abi sur l'arbre en question, il put très vite comprendre qu'il allait devoir être agile pour grimpé à celui-ci.
▬ Grimpe sur cette branche horizontale à mi-hauteur ! Une fois là-haut, sors un crayon et un bloc-note et griffone-moi ce que tu perçois de là-haut. » Il se frotta les mains, comme si c'était un obstacle difficile et dangeureux alors que ce n'était pas vraiment le cas. Il jouait encore les idiots tout simplement ! Il s'avança vers Abigail avant de se diriger vers l'arbre sur lequel il devrait bientôt se hisser. Heureusement que c'est pour toi, ma Douce. » Il déposa un léger baiser sur la joue de son amie, et grimpa rapidement aux branches de l'arbre que lui avait désigné Abigail. Il avait eu beaucoup de chance puisque celui-ci avait beaucoup de branches et qu'il était donc facile de monter jusqu'à celle convoité par la photographe. Là haut il ouvrit son sac et attrapa une feuille de dessin dans l'une de ses pochettes et s'appuya sur celle-ci, ensuite il sortit l'un de ses fusains et remerfa son sac. Nathanaël était un habitué du fusain, pour sa technique et le rendu finale. Cependant il n'allait pas vraiment écouter la consigne de la demoiselle, puisqu'elle allait être son modèle comme à de nombreuses reprises. L'appareil photo à la main, il pouvait également appercevoir quelques traits de son visage, de plus il aimait cette façon de se cachait derrière cet imposant objet. Faisant mine de regarder le paysage qui l'entouré, il laissait toujours son regard se posé sur elle durant de longues minutes. Sans doute l'avait-elle remarqué. Concentré, il observer chaque traits de son visage et faisais attention à la lumière et au contraste qu'il voulait donné à son dessin. Malheureusement, il entendit quelques mots qui l'arracha à sa passion et à sa concentration. ▬ C'est terminé avec Alex. » Nathanaël fit une légère grimace et il se remit à dessiné son amie. Evidemment il n'était pas un insensible et un sans coeur, mais il savait qu'elle ne voulait certainement pas qu'il descende et laisse tout tombé. Bien qu'il en mourrait d'envie, il resta silencieux durant plus de dix minutes, de longues minutes pour lui. Il donnait quelques derniers coups de fusains avec précision et finesse. Il avait été rapide pour un dessin comme celui-ci auquel il aurait voulu passé plus de temps pour le faire tout aussi parfait et beau qu'elle l'était également. Il ne pouvait plus resté sur sa branche, il bruler d'envie de descendre et observé le visage qui se caché toujours derrière l'objectif ; l'appareil photo.

Rapidement il descendit de l'arbre manquant presque de tombé et tout en faisant attention à ne pas abîmé son dessin. Nate déposa ses affaires sur un banc non loin d'eux. Il ne prit pas le temps de montré le portrait qu'il venait faire. Il lui arracha son appareil photo des mains et délicatement il attrapa son menton entre ses doigts. Nathanaël se voulait rassurant. Il savait que ça ne devait pas être facile pour elle, même si il n'avait presque jamais connu ce sentiment, il savait que pour elle ce n'était pas rien.. Alors avec douceur il posa ses lèvres sur le front de la belle et il resta ainsi durant quelques minutes. Il voulait qu'elle sache qu'il était là pour elle, n'importe quand. Nate n'était jamais vraiment doué pour les mots réconfortants, alors les gestes étaient sa marque d'affection et de communication en quelque sorte. Il décolla enfin ses lèvres du front de la douce Abigail, puis il lui leva la tête à l'aide de ses doigts toujours posé sous son menton. Il ne la quittait plus des yeux et il finit par dire quelques mots, d'une façon maladroite certe, mais il espérait qu'elle comprenne qu'il était des plus sincères.
▬ Ma douce.. Tu es une femme merveilleuse. Tu es forte et ça ira.. Difficilement, mais ça ira et je suis là. Toujours, pour toi ma Douce. » Il lui sourit, agréablement et d'un geste toujours maladroit il tourna l'appareil photo de façon à ce qu'ils soient devant l'objectif. Il embrassa la joue de la jeune femme et il prit la photo. Certe, ce n'était pas une photo faites de mains expertes mais c'était une belle photo pas vraiment cadré mais on les voyaient et c'était l'essentiel. ▬ Quand tu regardera cette photo, faites par le professionnel que je suis, je veux que tu penses à moi et que tu peux venir à n'importe quelle heure de la journée ou de la nuit. Si tu as juste besoin de discuté, ou seulement d'être avec quelqu'un, mon appartement est grand ouvert et promis je n'abuserais pas de toi. Qu'il y est quelqu'un avec moi, ou non tu sera la seule qui compte à ce moment-là. Ma douce Abigail. » Il essayait toujours de faire de l'humour, maladroitement mais il essayait et c'était l'intention qui comptait à cet instant précis. Il espérait que le message soit passé. Certains de ces mots pouvaient paraitre ambigüe mais c'était une habitude entre Abigail et lui. Il lui sourit encore et toujours, caressant sa joue délicatement et tendrement.

Revenir en haut Aller en bas





Abyjust a beautiful liar


★ MESSAGES : 260
★ ICI DEPUIS : 01/09/2010
★ POINTS : 104
★ LOCALISATION : Derrière les flashs

more

A propos de moi
ÉTOILES:
73/100  (73/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Dim 21 Nov - 19:14

Quelques minutes silencieuses s'écoulèrent, nous voyant nous appliquer chacun à notre art. L'annonce de ma séparation avec Alexander avait jeté un léger froid et j'avouai que je m'en voulais quelque peu. Mais je n'avais pas pu me contrôler, j'avais un besoin immense de me confier et ce malgré ce que je disais ! J'avais du mal à le réaliser, encore plus à l'accepter, mais j'avais besoin de soutien et de compagnie. Pour oublier cette désagréable sensation de devoir compter sur les autres, je me concentrai sur mon objectif et mitraillai Nathanaël. C'était mon talent après tout, alors autant le mettre à profit ! Je tirai ainsi des dizaines de clichés, tous me plaisant plus les uns que les autres, tant Nate était un model parfait. Cependant, le mannequin descendit de son pied d'estale plus vite que je ne l'aurai cru et se dirigea droit vers moi. Il posa ses affaires sur un banc avoisinant, s'approcha de moi pour m'enlever mon appareil et saisir délicatement mon menton entre ses doigts. Leur regard plongeait l'un dans l'autre quelques instants, puis Nate s'approcha plus encore pour déposer un baiser sans fin sur mon front. Le contact fut très agréable et moi, qui ne demandais qu'à me laisser aller, fermai les yeux pour savourer le sentiment d'être importante aux yeux de quelqu'un. Et c'était exactement ce que me disait ses lèvres : qu'il m'aimait, qu'il voulait être là pour moi afin que j'aille mieux. Puis, son baiser prit fin pour que le contact entre nos yeux reprennent vie, à mon plus grand plaisir. La sincérité que j'y lisais était le plus beau des cadeaux en cette belle journée. Puis, sa voix d'ange vint embaumer mon coeur des paroles dont j'avais besoin pour qu'il soit réchauffer :

    ▬ Ma douce.. Tu es une femme merveilleuse. Tu es forte et ça ira.. Difficilement, mais ça ira et je suis là. Toujours, pour toi ma Douce.Il prit ensuite l'initiative de nous prendre en photo, en profitant pour déposer un nouveau baiser sur ma joue qui fut cette fois immortalisé par la pellicule avant d'ajouter : ▬ Quand tu regardera cette photo, faites par le professionnel que je suis, je veux que tu penses à moi et que tu peux venir à n'importe quelle heure de la journée ou de la nuit. Si tu as juste besoin de discuté, ou seulement d'être avec quelqu'un, mon appartement est grand ouvert et promis je n'abuserais pas de toi. Qu'il y est quelqu'un avec moi, ou non tu sera la seule qui compte à ce moment-là. Ma douce Abigail.

Alors qu'il caressait tendrement ma joue, une larme perla aux coins de mes yeux. Toutes ces belles paroles me touchaient plus que je n'aurais voulu. Elles avaient d'autant plus de valeur qu'elles étaient prononcé par quelqu'un que j'adorais, un garçon formidable qui n'avait pas l'habitude des longs discours. Or, à cet instant précis, il avait su trouvé les mots justes pour que la peine dans mon coeur se dissipe. Mais j'étais tellement chamboulée que des larmes de joie commencèrent à couler ... D'une voix pleine d'émotion, je murmurai alors en enfouissant ma tête contre son cou :

    ▬ Nate ... Tu n'imagines pas combien ça compte pour moi !

Je me laissai alors aller quelques instants, profitant de la chaleur de son corps pour y trouver une autre preuve de son attachement à moi. J'avais le besoin de le sentir là, tout contre moi, que son affection était bien réelle et que ce n'était pas un de ces merveilleux rêves qui vous déprime au réveil quand on réalise que tout ceci n'était que fumée. Les secondes s'égrainèrent ainsi ... collés l'un contre l'autre, mes bras enserrant le torse de Nathanaël. Je réinstallai ensuite une distance plus raisonnable entre nous, presque à contre coeur, et arrangeai ma coiffure de gestes habiles et féminins. J'essuyai aussi mes yeux, devinant qu'un peu de mascara avait coulé ces dernières minutes. Puis, j'adressai un sourire à moitié gêné à moitié amusé à Nate tout en lui disant :

    ▬ Désolé de t'imposer une image de moi aussi pitoyable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Mar 30 Nov - 18:23



Il avait fait preuve de gentilesse et de douceur comme à son habitude lorsqu'il était à ses côtés. Il ne pouvait être qu'aimant et attentionné près de la douce Abigail et il aimait être ainsi avec elle. Elle faisait partie de ses femmes différentes qu'il avait la chance de connaitre et il était de son devoir de se comporté d'une autre façon, bien que c'était tout naturel. Il n'y avait aucune animosité dans ses gestes ou dans le timbre de sa voix et s'en était plaisant. Nathanaël ne savait pas ce que c'était de perdre un être qu'on aime, mais il pouvait deviné la peine qu'elle pouvait ressentir. Il la connaissait assez bien pour savoir qu'elle n'était pas du genre à se laissé aller devant les autres et même devant lui elle restait une femme forte. Pourtant, elle pouvait avec lui. Il resterait à ses côtés, durant des heures si il le fallait parce qu'elle était importante pour lui. Une femme importante aux yeux de Nate ça ne court pas les rues. Non. Il se voulait rassurant et bien qu'il était maladroit, ça partait d'un bon sentiment et il savait qu'elle ne lui en tiendrait pas rigueur, au contraire. Il lui avait dis des mots. Des mots qu'il avait rarement dit à une personne, des mots sincères et agréable à entendre surtout sortant de sa bouche. Alors, il espérait lui redonné un semblant de sourire et qu'elle se sente moins seule, peut-être. Tandis qu'il s'était tue, il lui caressait délicatement la joue, tout en lui souriant toujours. Il avait vu aux coins de ses yeux une larme qui résistait pour ne pas glisser le long de sa joue. Une vision qui aurait pu le mettre en colère, mais ce n'était pas le moment de jurer. En effet, il ne supportait pas la voir pleurer et c'était sans doute la première fois qu'il la voyait d'ailleurs.. Abigail enfouie sa tête contre son cou, et il la laissa faire l'encerclant de ses bras et fermant légèrement les poings pour se contenir d'une quelconque crise de colère. Pas contre elle. Bien sur que non ! Contre l'amour, simplement.


▬ Nate ... Tu n'imagines pas combien ça compte pour moi ! » Nathanaël se mit à sourire. Il espérait que ça compte pour elle et c'était apparemment le cas. Il en était fort content ! Bien que cette situation n'était pas celle qu'il préférait le plus depuis le début de leur journée. Tendrement il lui caressait les cheveux, la serrant un peu plus fort contre lui puis il laissa échapper un léger soupir. Alors que le moment était doux et agréable, elle remis une distance plus raisonnable entre elle et lui. Nate aurait pu resté contre elle pendant des heures encore, mais il fallait bien la laissé partir. Evidemment ! Abigail se recoiffa et essuya ses yeux machinalement ce qui fit sourire Nathanaël. Il admirait sa façon de se remettre en bon état et de camouflé toute trace de faiblesse. ▬ Désolé de t'imposer une image de moi aussi pitoyable. » Pitoyable ? Ce n'était pas le mot qui convenait et il croisa les bras. Presque d'un air boudeur, il l'observait sans dire un mot. Silencieux, il se dirigea vers le banc ou il avait posé ses affaires, il y déposa l'appareil photo qu'il avait emprunté à Abigail et repris son dessin. S'installant confortablement il reprit son dessin, ne regardant que sa feuille et rien d'autre durant de longues minutes. Il n'avait plus rien dis depuis. Concentré, absorbé par son dessin il le terminé lentement et avec beaucoup de finesse et de précision. Finalement il se remit sur ses deux jambes et se dirigea vers Abigail, puis il lui tendit son dessin. ▬ Moi, je vois une jeune femme admirable qui cache trop ses émotions et qui se sent seule alors qu'elle ne l'est pas. Je ne vois pas une femme pitoyable, bien au contraire. » Nathanaël avait modifié son dessin, à présent elle n'était plus seule sur la toile. Il était là également derrière elle, se tenant debout. Certe le dessin ne pouvait pas être aussi précis et les détails n'étaient pas très présent mais l'idée était là et ils étaient tout de même parfaitement représenté. Nate aurait certainement voulu passé des heures sur se dessin pour qu'il soit parfait à ses yeux mais il n'avait pas vraiment eut le temps. Il avait en tête d'en refaire un autre, plus perfectionné mais il y mettrais sans doute toute une nuit et c'était une idée qui lui paraissait très bonne.

Il repartit s'asseoir. Tranquillement sans dire un mot de plus à ce qu'il venait de lui dire. Il posa sa tête sur le dos du banc et il ferma les yeux quelques secondes ou peut-être était-ce quelques minutes. Les rayons de soleil venait réchauffé son visage à la peau blanche et c'était agréable. Lorsqu'il récouvrit les yeux, il les posa directement sur Abigail et se mit à sourire tout naturellement.
Revenir en haut Aller en bas





Abyjust a beautiful liar


★ MESSAGES : 260
★ ICI DEPUIS : 01/09/2010
★ POINTS : 104
★ LOCALISATION : Derrière les flashs

more

A propos de moi
ÉTOILES:
73/100  (73/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Lun 27 Déc - 13:05

Nate me tendit alors sa feuille de dessin qu'il venait de craynner depuis plusieurs minutes. Je n'avais aucune idée de ce qu'il y ajoutait, puisqu'il m'avait déjà dessiné du haut de sa branche un peu plus tôt. Néanmoins, j'étais ravie de cette petite pause qui me permettait de refaire surface, d'essuyer mon visage et d'oublier pour le reste de l'après-midi la solitude qui me rongeait dès que je pensais à Alexander. Pour me concentrer sur autre chose, je regardai alors avec attention Nathanaël, comme si je voulais mémoriser le moindre de ses traits. La délicatesse de son visage, la rebellion de sa coupe de cheveux, la clarté de ses yeux si purs qui scintillent toujours d'une lueur incomparable lorsqu'il exerce son art. Je disais donc, que Nate revenait vers moi en me tendant son dessin. Je m'y voyais représenter, comme je m'y attendais, mais à ma plus grande surprise, Nate se tenait derrière moi sur le dessin. J'entendis alors la voix de mon ami se rapprocher de mon visage et chuchoter :

    ▬ Moi, je vois une jeune femme admirable qui cache trop ses émotions et qui se sent seule alors qu'elle ne l'est pas. Je ne vois pas une femme pitoyable, bien au contraire.

Alors que j'admirais toujours sans un mot son chef d'oeuvre, Nate repartit vers le banc où il s'installa confortablement, les paupières closes. De mon côté, à chaque fois que mon regard se posait sur un nouvel endroit sur le dessin, je m'émerveillai un peu plus. Bien décidée à le remercier, je refis surface et me dirigeai vers lui. Alors que je marchais dans sa direction, je vis Nathanaël rouvrir les yeux, poser son regard sur moi et me sourire, tout naturellement. Je répondis alors à son sourire, comme à chaque fois que nous passions du temps ensemble. J'arrivai alors à sa hauteur et nous ne nous étions toujours pas quitté des yeux. Instinctivement, comme absorbée par lui, je vins m'asseoir sur ses genoux et déposai un tendre baiser sur sa joue avant de murmurer :

    ▬ Merci.

Soudain prise d'un besoin de tendresse et d'affection, comme cela pouvait m'arriver de temps en temps, je posai ma tête sur son épaule et enfouis mon visage dans son cou. Je fermai les yeux quelques secondes pour profiter de cet instant puis revins à la réalité. Je ne sais pas si à cet instant précis j'avais perdu la raison ou si mon cerveau s'était déconnecté. J'approchai alors mon visage du sien, doucement. Cette proximité presque intime me plaisait, je le sentais. Puis, alors que nos lèvres n'étaient qu'à quelques millimètres les unes des autres, je réalisai ce que j'étais entrain de faire. Je remis une distance plus correcte entre nos deux visages et baissai la tête.

    ▬ Désolé, je sais pas pourquoi j'ai fait ça. Je voulais pas nous mettre dans cette situation embarassante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Jeu 6 Jan - 18:30



Le dessin de Nathanaël avait certainement plu puisqu'elle admiré ce bout de papier, comme une petite fille émerveillé par quelque chose de précieux et de beau. Lui, il avait un sourire accroché aux lèvres. Il y avait cette proximité entre eux qui en était presque troublante mais pour Nathanaël ce n'était pas un changement, ils avaient toujours été proches même si ça pouvait paraître ambigûe à certain moment. Lui, ça ne le déranger pas de toute manière. N'était-il pas un homme à femme après tout ? Certe, Abigail n'était pas comme les autres du moins il ne la considéré pas comme les autres et il ne l'a traité pas comme les autres. Elle faisait partie de celle qui avait la chance de le connaître d'une autre manière et c'était une aubaine, pour elle en tout cas. Lui qui était un salaud né.. Les femmes, les femmes. Haaaa, les femmes ! Finalement il s'était assis et n'avait pas quitté des yeux son amie sauf peut-être la fois où il avait fermé les yeux pour se détendre le temps de quelques secondes. Lorsque Nate avait ouvert les yeux pour les reposé sur Abigail, elle s'était avancé vers lui doucement mais surment pour s'asseoir sur ses genoux. Elle déposa ses lèvres sur l'une des joues de l'artiste et ce geste eu le dons de surprendre quelque peu celui-ci, bien que c'était agréable.
▬ Merci » Avait-elle simplement murmuré et lui se mit simplement à sourire. Certains les auraient prit pour un jeune couple, et pourtant ils n'étaient que très bons amis, mais certains gestes pouvaient paraitre ambigüe comme peut-être cette soudaine proximité et ses gestes qui dégagé beaucoup de tendresse. Après tout comme Nathanaël ne pouvait pas être tendre avec Abigail ? Elle était elle-même douce et agréable, c'était dans sa nature.

D'ailleurs, la jeune photographe fut prise d'un grand besoin d'affection ou de quelque chose dans le genre. Abigail avait posé sa tête sur l'épaule de Nate et elle avait également enfoui son visage contre son cou, il put sentir le souffle de la jeune femme se perdre contre sa peau et c'était un endroit sensible pour notre Don Juan. Il fremit et ferma les yeux quelques secondes seulement pour finalement les réouvrir et les posé sur elle, un beau sourire illuminant sa gueule d'ange. Nathanaël avait entouré le corps de la jeune femme d'un de ses bras presque instinctivement et il ressera l'étreinte avec délicatesse. Le visage d'Abigail se rapprochait lentement de celui de Nate jusqu'à ce qu'elle s'arrête à quelques millimètres. Juste quelques millimètres. Cette fois, il était troublé par ce nouveau rapprochement assez soudain mais il détourna pas les yeux et il ne bougea encore moins la tête. Il se demandait se qui était entrain de se produire, mais il resta silencieux. Les yeux dans les yeux il se plongeait volontié dans l'étendu de ses yeux tout en continuant à sourire.. Finalement Abi remit une distance entre eux et elle baissa la tête presque comme si elle se sentait honteuse.
▬ Désolé, je sais pas pourquoi j'ai fait ça. Je voulais pas nous mettre dans cette situation embarassante. » Il se mit à rire doucement, pas par moquerie mais plutôt parce qu'elle avait toujours pour habitude de s'excuser pour n'importe quoi et même les choses les plus futiles. Grâce à seconde main qui n'était pas dans le dos de son amie, il posa ses doigts sous le menton d'Abigail et lui releva ainsi la tête pour que leur yeux se croisent de nouveau. D'un sourire tendre et qui se voulait rassurant il finit par prendre la parole. ▬ Tu t'excuses toujours. Je trouves ça très mignon, mais tu n'es pas obligé de t'excusé pour si peu ma Douce. Je ne trouves pas que cette situation est embarasante, alors ne t'en fais pas. » Nathanaël embrassa la joue d'Abigail, où plutôt la commissure de ses lèvres. Certainement qu'elle allait être géné, mais lui ne l'était pas. Ce n'était qu'un léger baisé proche de ses lèvres, ce n'était pas comme si il l'avait réellement embrassé. Nate ne voulait pas vraiment imaginé ce que celà pourrait être de déposé ses lèvres sur les siennes. Ils étaient tellement proches depuis longtemps, de plus il ne voulait pas se laissé allé à la tentation.

Revenir en haut Aller en bas





Abyjust a beautiful liar


★ MESSAGES : 260
★ ICI DEPUIS : 01/09/2010
★ POINTS : 104
★ LOCALISATION : Derrière les flashs

more

A propos de moi
ÉTOILES:
73/100  (73/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Ven 7 Jan - 20:13

    Je sentis alors ses doigts relever doucement mon menton afin que nos regards se croisent. Il m'adressa alors un tendre sourire auquel je ne pus m'empêcher de répondre. Pendant ce bref instant de complicité retrouvée, Nate me répondit de son habituel voix douce : "Tu t'excuses toujours. Je trouves ça très mignon, mais tu n'es pas obligé de t'excusé pour si peu ma Douce. Je ne trouves pas que cette situation est embarasante, alors ne t'en fais pas." Il ponctua alors sa petite phrase de consolation par un doux baiser au coin de mes lèvres, qui me laissa sans voix. Ce qui nous unissait depuis le début c'était cette proximité que d'autres auraient pu prendre pour de l'amour bien que ce n'était que de l'amitié. Ce quiproquo nous amusait énormément d'ailleurs. Mais là, à cet instant précis, l'espèce de tentation avec laquelle nous jouions ordinairement devenait réel. Du moins à mes yeux, elle l'était. Moi j'avais toujours eu le rôle de celle qui faisait l'indifférente à ce Dom Juan qu'était Nathanaël. Pourtant, là, tout de suite, j'étais attirée par ce corps parfait. Nate était mon ami, un excellent ami dont je ne pouvais pas me passer. Ca c'était la pure vérité. Mais je ne rèvais que de pousser la tentation plus loin en joignant mes lèvres aux siennes. Voir jusqu'où on était prêt à aller. Voir si l'envie qui montait en moi pour ce beau gosse était méritée, si elle valait le coup ...

    Je restais proche de lui, incapable de me rapprocher en ayant peur de tout gâcher et incapable de m'éloigner, trop attirée par Nate. Dans mon indécision, je profitais au moins du plaisir d'être sur les genoux d'un ami parfait, toujours là pour moi de la plus belle des manières. Tout le monde n'avait pas cette chance ! Néanmoins, ma tête bouillonnait. Entre un plaisir nouveau et fort qui naissait et une raison dont j'ignorais si elle était justifiée ou non, mes tourments durent se remarquer. En effet, je vis dans le regard de Nathanaël qu'il comprenait que quelque chose n'allait pas chez moi. Pour toute réponse, je m'approchai de son visage et murmurai, la bouche si proche de son oreille qu'elle la caressait presque ... "Toutes les fois où tu m'as sous-entendu que tu voulais me mettre dans ton lit : as-tu imaginé qu'un jour je pourrais répondre 'oui' à tes propositions ?" Attendant sa réponse, je restai la joue quasiment collée contre la sienne, nos bouches respectives disposées à chuchoter à l'oreille de l'autre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Lun 10 Jan - 20:21



On ne pouvait pas dire que Nathanaël jouait avec Abigail. Il aimait la taquiné, mais il ne jouait pas avec leur relation bien qu'elle paraissait souvent ambigüe, avec elle il ne se la jouait pas salaud parce qu'il avait bien trop peur de la perdre. Evidemment il ne pouvait rien faire contre son côté séducteur et elle était une belle femme bien que ce n'était que sa plus proche amie. Il la respecté, plus que les autres. Elle était que trop importante à ses yeux et le coeur d'une femme était fragile et il fallait en prendre soin et ça Nathanaël le savait que trop bien, mais il ne savait jamais y faire. Certe, il avait déposé un baisé à la commissure de ses lèvres, tout proche de celle-ci et il l'avait bien entendu fais exprès. Près d'elle, il ne pouvait pas résisté à être encore plus proche, il avait toujours voulu resté à une distance raisonnable mais c'était souvent le contraire. Cette proximité et ce geste avait destabilisé Abigail, il pouvait le lire dans ses yeux. Plongé dans son regard, il savait que la jeune femme semblait perdue et qu'elle se battait avec ses pensées que lui même ne pouvait connaitre ni comprendre. Il aurait voulu lui porté un quelconque soutiens, et peut-être même répondre aux questions qu'elle pouvait éventuellement se posé, mais elle restait silencieuse et lui attendait patiemment qu'elle daigne dire un mot. Une question arriva à ses oreilles bien plus vite que prévu. En effet, la jolie photographe était venue près de son oreille lui murmurer quelques mots qui lui chatouillèrent l'oreille tant les lèvres d'Abigail était proche de celle-ci. Il put sentir son souffle lorsqu'elle ouvrit la bouche et ses lèvres effleuré parfois l'oreille de l'artiste tant elle était proche.
▬ Toutes les fois où tu m'as sous-entendu que tu voulais me mettre dans ton lit : as-tu imaginé qu'un jour je pourrais répondre " oui " à tes propositions ? » Nate eut un léger sourire qui s'afficha soudainement sur ses lèvres. Il ne s'était pas attendu à cette question et elle était d'ailleurs très pertinente. Lui ne s'était jamais imaginé qu'elle puisse répondre positivement à ses propositions quelques peu déplacé, en lui faisant ce genre de proposition il savait parfaitement qu'elle ne serait pas d'accord mais ce n'était pas pour cette raison qu'il lui faisait ce genre de demande. Abigail savait son caractère, et elle connaissait aussi son amour pour le corps des femmes et les plaisirs charnels, elle devait également savoir que pour Nathanaël c'était une femme absolument belle et qu'il se devait de la taquiné de cette manière. Oui, il avait parfois espéré qu'elle soit attiré par lui et qu'elle est les même envies, mais celà vallait-il la peine ? Leur amitié n'en prendrait-il pas un coup ? Nate ne connaissait pas réellement les conséquences si ils se laissaient allé à la tentation et peut-être en avait-il peur quelque part.

Durant plusieurs minutes il s'était mis à réfléchir. La question qu'elle venait de lui posé, l'avait surpris mais à présent il se posé quelques questions dont il n'avait pas vraiment de réponse. La tenant toujours contre lui, sur ses genoux il replongea ses yeux dans ceux de son amie et se décida à lui répondre.
▬ Abi Chérie, tu es une femme bien trop censé pour vouloir répondre oui à mes propositions peu romantique. Je n'ai aucun tact lorsque je te fais ce genre de demande, je suis même désolant parfois. As-tu imaginé qu'un jour tu pourrais me répondre oui à mes propositions ? » Il répondait plutôt par une question, mais il avait dis ce qu'il pensait réellement et il était vrai qu'elle méritait certainement mieux comme style de demande. Bien sur, il était évident qu'il ne la repousserait jamais celà lui serait impossible et il le savait pertinemment que si ce genre de chose arrivait, il ne pourrait rien y faire. Leur proximité leur avait peut-être finalement joué des tours. Bons ou mauvais ? Nathanaël était maintenant silencieux et il observait Abigail sans aucune retenue. Souriant à la jeune femme, d'un sourire angélique. Dans son dos, l'une des mains du garçon s'était activé caressant lentement et délicatement le bas de son dos et remontant parfois jusqu'à sa nuque. Il se voulait doux et affectueux ce qui le rendait attendrissant et qui était rare.
Revenir en haut Aller en bas





Abyjust a beautiful liar


★ MESSAGES : 260
★ ICI DEPUIS : 01/09/2010
★ POINTS : 104
★ LOCALISATION : Derrière les flashs

more

A propos de moi
ÉTOILES:
73/100  (73/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Dim 6 Fév - 1:50

    ▬ Abi Chérie, tu es une femme bien trop censé pour vouloir répondre oui à mes propositions peu romantique. Je n'ai aucun tact lorsque je te fais ce genre de demande, je suis même désolant parfois. As-tu imaginé qu'un jour tu pourrais me répondre oui à mes propositions ? Tout en passant tendrement sa main dans mon dos, Nathanaël m'adressait un large sourire éclatant. Je ne savais pas s'il me posait cette question pour éviter de répondre véritablement à la mienne, ou s'il attendait une vraie réponse de ma part. En tous cas, je devais avouer qu'elle me posait problème. Il y a encore une petite heure de ça, mon esprit vif et clair aurait répliqué à mon ami Owens que jamais une telle idée n'aurait pu infester mon cerveau ! Mais là, j'étais si perturbée ... J'aurais été capable d'oublier mon appareil photo, or il s'agissait de la seule chose encore teintée de sens à mes yeux ! J'avais les pensées en pagaille et j'avais même, oui, imaginé répondre aux avances de mon ami séducteur. Alors, dans un dernier élan de franchise, je chuchotai à Nate : ▬ Une fois. Il y a une dizaine de secondes ... Un bref silence s'installa alors, me laissant le temps de divaguer dans le labyrinthe de mon esprit tout en profitant de la proximité rassurante et protectrice de Nathanaël.

    Un certain temps avait passé. Je n'aurais su dire combien. Je venais seulement de retourner à la réalité, toujours assise sur les genoux de mon ami et accrochée d'un bras à son cou. Pour la première fois depuis des lustres, j'affichais un sourire apaisé. J'étais bien. Véritablement bien. D'un bref coup d'oeil à Nathanaël, je sus qu'il avait tout compris. J'avais fait le point. On m'avait laissé du temps. Enfin, depuis ma douloureuse rupture avec Alexandre, quelqu'un avait su être là pour moi, naturellement, compréhensif et n'attendant pas une guérison immédiate. Et cette thérapie du silence et du réconfort par la chaleur de l'autre, je la devais à Nate. Je lui murmurai alors un Merci affectueux, déposai mes tendres lèvres sur sa joue pour un doux baiser et me relevai, enfin. J'attrapai alors mon objectif et me plaçai à quelques mètres de Nathanaël, face à lui. L'oeil fixé sur mon viseur, je le dirigeai sur lui mais avant d'appuyer sur le déclencheur, j'écartai lentement mon visage sur la droite afin de lancer à Nate de mon habituelle voix taquine que je retrouvais avec plaisir : Je te dois une séance photo darling !

    Abigail était de retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Invité ”

Invité



more

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Lun 14 Fév - 16:28



L'ambiguïté qui s'était installé entre les deux amis était agréable pour Nathanaël. Il y avait un certain jeu de séduction de la part du Dom Juan, mais il n'y avait en lui aucune manipulation envers Abigail. Il était lui-même et tandis qu'elle l'avait toujours repoussé elle semblait revenir sur ses positions, ce qui avait surpris légèrement le dessinateur. La franchise était le mot d'ordre aujourd'hui encore plus que les fois précedantes. Il n'y avait jamais de secrets entre eux, du moins c'était ce qu'il pensé. Aucun taboo et aucun jugement et c'était agréable de pouvoir être avec une personne comme elle. Abigail lui avait chuchoté quelques mots à l'oreille, et il l'avait écouté attentivement.
▬ Une fois. Il y a une dizaine de secondes ... » Nathanaël avait légèrement sourit à l'aveux qu'elle venait de lui faire. Il n'aurait certainement jamais résisté à ce bout de femme si elle avait réellement céder à la tentation, mettant peut-être en péril leur grande amitié. Il ne s'était jamais posé la question de savoir ce qu'il adviendrait de leur relation s'ils venaient à se rapproché sérieusement l'un de l'autre. Abigail était une femme après-tout. Une belle femme qu'il connaissait depuis longtemps maintenant et elle était belle pas seulement à l'extérieur, elle l'était également dans son âme. Nate était resté silencieux et Abigail avait fais de même. Il avait pris la décision de ne rien dire, peut-être pour lui laissé le temps de mettre de l'ordre dans son esprit grâce à ce moment-là. Le silence était parfois une bonne thérapie, il n'était pas seulement signe de mal aise et autre connerie, il y avait du bon.

Toujours collé l'un à l'autre. Abigail avait cherché le regard de son artiste et il l'avait longuement regardé. Il avait compris en un seul regard tout ce qu'elle avait voulu lui dire. Il esquissa un tendre sourire tout en ne la quittant jamais des yeux.
▬ Merci. » Elle avait également déposé ses lèvres sur l'une des joues du garçon avant de se mettre sur ses deux jambes, quittant alors les bras de Nathanaël. Elle avait son appareil photo dans les mains et d'une voix enjoué elle avait déclaré. ▬ Je te dois une séance photo darling ! » Il s'était mis à rire presque aux éclats avant de prendre une pose presque naturelle. Abigail avait refais surface et il espérait qu'il avait pu contribué à cet élan de dynamisme. Il avait fais un léger clin d'oeil à sa Douce avant de lui dire quelques mots. ▬ Je suis tout à toi Abi Chérie. » Un sourire charmeur aux lèvres et un regard profond, Nathanaël était bien heureux de la revoir reprendre du poil de la bête. Il y avait toujours cette certaine ambiguité qui restait en suspent, mais là à présent il se foutait du reste du monde. Il n'avait qu'une envie, profité de cette belle journée avec son amie et la voir sourire encore et encore. ▬ Suis-je beau comme ça ma Douce ? » Il avait laissé échappé un nouveau rire, avant de prendre une nouvelle pose du parfait Dom Juan. Ha sacré Nathanaël.
Revenir en haut Aller en bas





Abyjust a beautiful liar


★ MESSAGES : 260
★ ICI DEPUIS : 01/09/2010
★ POINTS : 104
★ LOCALISATION : Derrière les flashs

more

A propos de moi
ÉTOILES:
73/100  (73/100)
DISPONIBILITÉ EN RP:
DIRTY LITTLE SECRETS:

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Sam 26 Fév - 0:22

    Une pose de séducteur, un sourire charmeur, et une voix enjoleuse qui sort avec une modestie à peine crédible : ▬ Suis-je beau comme ça ma Douce ? Très vite, après avoir répondu par un sourire communicatif à Nathanaël, je laissai mon art opérer. Mes mains me dictaient les gestes précis pour que chaque cliché surpasse le précédent. Mon cerveau se plaisait à imaginer toutes sortes d'endroits où mettre en scène mon modèle. Ma bouche indiquait à Nate l'attitude à adopter pour telle ou telle photo. Voila comment les minutes succédèrent aux minutes et, je le crois bien, les heures succédèrent aux heures. Le rythme infernal d'une passion qui emporte tout notre être dans un monde parallèle ... Finalement, alors que les lueurs du soleil commencèrent à virer au rougeâtre, indiquant la fin de la journée, et alors que je réalisai que mes périples photographiques nous avaient menés sur un quai, je lançai à mon ami d'un sourire satisfait et l'esprit appaisé : ▬ This is it, babe ! J'ai tout ce qu'il me faut, et même plus encore ! Je rompis alors la distance qui s'impose entre un photographe et son modèle pour rejoindre celui qui m'avait redonné le sourire et m'asseoir près de lui sur le quai, les pieds ballants dans le vide au dessus de l'eau. L'endroit était agréable, surtout avec une météo si clémente. Décidée à profiter jusqu'au bout de cette merveilleuse journée et pendant que Nate s'asseyait à côté de moi comme suite à un accord tacite entre deux jumeaux, je lui fis une proposition : ▬ Etant donné que je ne pourrais développer les clichés que demain, nous avons la soirée pour nous. Ca te dit que j'aille nous trouver de quoi improviser un pique-nique, ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé ”





more

MessageSujet: Re: We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens Aujourd'hui à 10:09

Revenir en haut Aller en bas

We are artists, baby ! ft. Nathanaël L. Owens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
index.gossipworld :: It's like water off a duck's back. :: Encyclopédie de Gossip World :: Corbeilles à Rps :: Saison #1-